Etats-Unis - Cuba
Nouveau rapport de la Commission sur Cuba : la recette pour un nouvel √©chec
par Wayne S. Smith
Article publiť le 21 août 2006

Au mois de mai 2004, la Commission d’assistance √ une Cuba libre de l’administration Bush publia un rapport de presque 500 pages qui semblait conclure que le gouvernement de Castro √©tait au bord de l’effondrement. Selon ce rapport, il suffirait de quelques pressions suppl√©mentaires - quelques √©missions de Radio Marti [1] de plus, quelques refus de visas suppl√©mentaires, et un soutien √ quelques dissidents de plus - et ce serait la fin. Les Etats-Unis, laissait entendre le rapport, entreraient alors en sc√®ne pour montrer aux Cubains comment faire fonctionner leurs √©coles, comme faire arriver leurs trains √ l’heure et comment cultiver leurs r√©coltes. L’op√©ration devait √™tre si ouvertement men√©e par les Etats-Unis qu’en juillet 2005 fut nomm√© un coordinateur pour la transition. Un observateur sceptique remarqua √ l’√©poque que l’administration Bush, dans le cas de l’Irak, avait au moins attendu l’invasion et l’occupation du pays avant de nommer un coordinateur. Est-ce que dans ce cas les Etats-Unis avaient l’intention d’envahir Cuba aussi ? Et si ce n’√©tait pas le cas, qu’est-ce que le coordinateur √©tait suppos√© faire depuis son bureau dans l’immeuble du D√©partement d’Etat ? Aujourd’hui encore, la r√©ponse √ la question reste floue.

La r√©action du Secr√©taire g√©n√©ral de l’Organisation des Etats Am√©ricains (OEA), Jose Miguel Insulza, √ l’id√©e d’un coordinateur √©tats-unien de la transition √ Cuba, r√©sume peut-√™tre le mieux la situation. ¬« Mais il n’y a pas de transition ¬ », a-t-il dit, ¬« et ce n’est pas votre pays ¬ ».

En effet, le plan de transition propos√© en 2004 avait une touche tellement ¬« made in USA ¬ » qu’il provoqua des r√©actions n√©gatives √ Cuba. M√™me les Cubains qui √©taient en d√©saccord avec le gouvernement de Castro ne voulaient pas que les Etats-Unis leur disent comment ils devaient diriger leur pays. Des dissidents notoires qualifi√®rent cette nouvelle approche comme contre-productive. Elizardo Sanchez, de la Commission pour les droits de l’Homme et la r√©conciliation nationale, par exemple, souligna que la politique √©tats-unienne annonc√©e en 2004 ¬« a eu un effet exactement contraire √ celui que l’on serait en droit d’attendre ¬ ».

Les √©v√™ques catholiques de Cuba ont aussi exprim√© leur d√©saccord avec l’approche √©tats-unienne, en d√©clarant que ses mesures ¬« menacent √ la fois le pr√©sent et l’avenir de notre nation ¬ ».

En outre, peu de Cubains √©taient d’accord avec l’id√©e qu’ils devaient abandonner la sant√© et l’√©ducation gratuites et plusieurs autres services fournis par leur gouvernement.

Le nouveau rapport

Aujourd’hui, la Commission a publi√© un nouveau rapport [2], lors d’une c√©r√©monie qui s’est tenue le 10 juillet et pr√©sid√©e par la secr√©taire d’Etat Condoleezza Rice, le secr√©taire au Commerce Gutierrez et le coordinateur de la Transition Caleb McCarry. Il est int√©ressant de noter que le nouveau plan, peut-√™tre en r√©ponse aux accusations selon lesquelles le premier rapport n’√©tait rien d’autre qu’un plan d’occupation √©tats-unien, insiste sur le fait que son objectif est plut√īt l’assistance √ porter aux Cubains sur l’√ģle. Il insiste sur le fait que la solution doit venir des Cubains eux-m√™mes. Et que les Etats-Unis se contentent de se tenir pr√™ts √ soutenir leurs initiatives. Mais une fois dit cela, le rapport √©num√®re, page apr√®s page, toute une s√©rie de recommandations, de la r√©organisation de l’√©conomie et de l’√©ducation jusqu’√ la tenue d’√©lections multipartites - √ condition toujours, et bien s√ »r que les Cubains sur l’√ģle soient d’accord !

La pr√©misse de base, que le r√©gime serait au bord de l’effondrement, est aussi prononc√©e et aussi peu r√©aliste dans le nouveau rapport que dans l’ancien. Deux ann√©es ont pass√© et, plut√īt que de s’effondrer, l’√©conomie cubaine montre des signes de reprise. M√™me la CIA estime la croissance √ 8%. Cuba entretient de nouvelles relations √©conomiques vitales avec le Venezuela et la Chine et il existe des indices de la pr√©sence d’importantes r√©serves p√©troli√®res au large de l’√ģle, au nord, et plusieurs pays ont propos√© leurs services pour entreprendre des forages. Les choses ont l’air de s’am√©liorer et non pas d’empirer.

Pourtant, le nouveau rapport ne mentionne rien de tout cela. Au contraire, il affirme : ¬« une malnutrition chronique, des eaux potables pollu√©es, des maladies chroniques non soign√©es continuent d’affecter une proportion non n√©gligeable de la population cubaine. ¬ » Et bien s√ »r, le rapport ajoute que la ¬« situation ne s’am√©liorera pas tant que Fidel Castro sera au pouvoir. ¬ »

Peu importe que les indicateurs des Nations unies montrent que la population cubaine b√©n√©ficie d’une sant√© nettement meilleure que celles de la plupart de ses voisins, y compris celle du territoire √©tats-unien de Puerto Rico. Une des raisons √©tant que les Cubains b√©n√©ficient d’un syst√®me de sant√© gratuit. Il est int√©ressant aussi de noter que l’esp√©rance de vie des Cubains est sup√©rieure de 5 ans √ celle des Afro-am√©ricains !

Fonds détournés pour des ingérences internationales

Le rapport insiste pour affirmer que les revenus engrang√©s par l’√©conomie cubaine ne sont pas employ√©s au service du peuple cubain, mais pour des objectifs inavouables. ¬« Les revenus ne profitent pas au peuple cubain ¬ », insiste le rapport, ¬« mais sont d√©tourn√©s pour maintenir l’appareil r√©pressif du r√©gime et financer la politique interventionniste et les op√©rations de d√©stabilisation dans d’autres pays du continent... Les ing√©rences internationales du r√©gime de Castro s’effectuent au d√©triment du peuple cubain. ¬ »

D’abord, si c’√©tait le cas, si des fonds avaient √©t√© si massivement d√©tourn√©s, les Cubains ne b√©n√©ficieraient plus de la sant√© et de l’√©ducation gratuites et les programmes sociaux se seraient effondr√©s il y a bien longtemps. Qu’ils ne se soient pas effondr√©s prouve que les accusations du rapport sont fausses. De plus, le rapport ne donne aucun exemple de cette ¬« ing√©rence internationale ¬ » vers laquelle une part √©norme de l’√©conomie cubaine est cens√©e √™tre d√©tourn√©e. Des m√©decins cubains ont √©t√© envoy√©s dans de nombreux pays, dont le Guatemala et Ha√Įti, en plus du Venezuela et la Bolivie. A chaque fois, on a lou√© la qualit√© et le d√©sint√©ressement de leur intervention. Si c’est cela l’ing√©rence internationale √ laquelle se r√©f√®re le rapport, alors il en faudrait encore plus. Si ce n’est pas cela, le rapport devrait fournir des exemples de l’interventionnisme √ laquelle il fait allusion.

Empêcher la succession

Selon la constitution cubaine, lorsque Castro dispara√ģtra, il sera succ√©d√© par le vice-pr√©sident. A l’heure actuelle, il s’agit de Raul Castro. Ils seront nombreux au sein du nouveau pouvoir, et m√™me dans la soci√©t√© cubaine, √ soutenir des r√©formes politiques et √©conomiques - et ils seront nombreux aussi √ s’y opposer.

Cependant, l’objectif principal du nouveau plan de la Commission Bush est d’emp√™cher purement et simplement cette succession, en faisant appel aux citoyens cubains et √ la communaut√© internationale pour rejeter le gouvernement qui serait mis en place dans le cadre de la constitution cubaine et pour exiger √ la place un nouveau gouvernement. Mais il est peu probable que le peuple cubain, pas plus que la communaut√© internationale, ne s’oppose frontalement au r√©gime de succession. Les changements se produiront, lentement, et seront le fruit d’un processus interne et pas d’une recette impos√©e de l’ext√©rieur - et certainement pas impos√©e par les Etats-Unis. Comme l’a d√©clar√© Osvaldo Paya, un des dirigeants de la dissidence cubaine, il y a quelques semaines en anticipant la publication de ce second rapport : ¬« Nous n’acceptons pas les programmes de transition concoct√©s √ l’ext√©rieur de Cuba. ¬ »

Des mesures pour empêcher la succession

L’objectif de l’administration Bush, d√©clar√© comme tel dans le rapport de la Commission, est de garantir ¬« l’√©chec de la strat√©gie de succession du r√©gime de Castro ¬ », mais les mesures pr√©sent√©es sont aussi inadapt√©es que celles pr√©sent√©es il y a deux ans contre le gouvernement de Castro.

Extension des émissions

Le nouveau rapport, par exemple, demande une augmentation des √©missions de Radio et TV Marti et un renforcement de celles de pays tiers. Mais les √©missions de ces deux derni√®res ann√©es n’ont eu aucun effet mesurable sur l’opinion publique. Il est probable que de nouvelles n’aient pas plus d’effet.

Soutien aux dissidents et √ la soci√©t√© civile

Le rapport pr√©sent√© il y a deux ans proposait un soutien aux dissidents et aux repr√©sentants de la ¬« soci√©t√© civile ¬ » comme moyen de combattre le gouvernement. Le nouveau rapport propose un peu plus de la m√™me chose, et m√™me la cr√©ation d’un fonds de 80 millions de dollars pour renforcer le soutien. Mais comme nous l’avons d√©j√ mentionn√© dans un pr√©c√©dent article, les paroles d’un dissident sur l’√ģle r√©sument √ elles seules les effets de ce soutien : ¬« La bonne nouvelle est que la majorit√© de cet argent reste √ Miami. La mauvaise nouvelle est que cela rend, malgr√© tout, notre situation plus difficile ¬ ».

Ce qu’il voulait dire est que la majorit√© de cet argent est donn√©e √ des organisations de Miami, une partie √©tant suppos√©ment transmise √ des groupes √ Cuba. Mais en r√©alit√©, peu de cet argent arrive r√©ellement sur l’√ģle et reste entre les mains de ceux √ Miami. De plus, lorsque les Etats-Unis d√©clarent que leur objectif est de faire tomber le gouvernement cubain, et qu’ensuite ils disent qu’un des moyens pour y parvenir est de fournir des fonds aux dissidents cubains, ces derniers sont plac√©s de facto dans la position d’agents pay√©s par une puissance √©trang√®re pour renverser leur propre gouvernement. In√©vitablement, cela les place dans une position plus d√©licate et limite grandement leur efficacit√©.

Cela fut vrai dans le pass√© et l’est encore aujourd’hui. Ce nouveau financement, en un mot comme en cent, n’aura pas plus d’effets que l’ancien, surtout si, comme indiqu√© ci-dessus, la plupart des dissidents eux-m√™mes sont en d√©saccord avec le plan √©tats-unien. Il faut souligner par exemple qu’un des principaux leaders de la dissidence cubaine, Osvaldo Paya, a publi√© le 1er juillet de cette ann√©e une tribune libre dans le Washington Post qui insistait sur le fait que les Cubains voulaient pr√©server leur acc√®s √ une sant√© et une √©ducation gratuites - un √©l√©ment en contradiction avec les recommandations du rapport original de la Commission. Paya a aussi dit qu’il voulait la fin de l’embargo nord-am√©ricain et la lev√©e des limitations aux voyages impos√©es aux Am√©ricains qui devraient √™tre autoris√©s √ visiter l’√ģle. Cette derni√®re position a provoqu√© la col√®re chez les exil√©s extr√©mistes de Miami.

Limitation des voyages

Des mesures ont √©t√© mises en place il y a deux ans pour r√©duire drastiquement le nombre d’Am√©ricains qui visitent Cuba, particuli√®rement les Cubano-am√©ricains, et limiter les transferts d’argent et les envois de colis. Tout en affirmant que ces mesures ont eu un grand effet, le nouveau rapport demande leur durcissement. Mais si elles ont effectivement r√©duit les revenus provenant de ces sources, l’ensemble des revenus du tourisme n’a pas baiss√©, puisque de plus en plus de Canadiens, d’Europ√©ens et de Latino-am√©ricains (notamment de V√©n√©zu√©liens) continuent de se rendre sur l’√ģle.

De plus, il y a plusieurs aspects √ ce probl√®me. Il a longtemps √©t√© affirm√© par exemple que le meilleur moyen de faire passer le message de la d√©mocratie am√©ricaine √©tait par le voyage de citoyens am√©ricains √ l’√©tranger. Faut-il en d√©duire que la r√©duction du nombre de voyageurs am√©ricains serait contre-productive √ l’encouragement d’un changement √ Cuba ? Et est-ce que la douleur provoqu√©e par la s√©paration des familles cubano-am√©ricaines juste pour retirer quelques millions au gouvernement cubain, en vaut la peine ? La question est ouverte.

Pas d’assistance au Conseil des √©glises cubaines

De nouvelles mesures sont propos√©es m√™me contre les √©glises cubaines, par le renforcement de la r√©glementation sur l’aide humanitaire pour garantir qu’une telle aide ne profite pas ¬« aux organisation gouvernementales ou contr√īl√©es par le gouvernement, telle que le Conseil des √©glises cubaines ¬ ». Cette mesure fait suite √ une s√©rie de d√©nis de visas oppos√©s √ diff√©rents membres du Conseil des √©glises qui, selon l’administration Bush, est contr√īl√© par le gouvernement cubain. Comme l’a cr√ »ment contest√© un dirigeant religieux am√©ricain : ¬« Dans la mesure o√Ļ elles doivent jouer le jeu selon les r√®gles impos√©es par le gouvernement cubain, elles sont effectivement "contr√īl√©es". Mais de l√ √ laisser entendre que le Conseil des √©glises cubaines est simplement un instrument du gouvernement est absurde. Ce sont des dirigeants religieux l√©gitimes et nous appr√©cions beaucoup leur coop√©ration. ¬ »

Cela dit, les √©glises am√©ricaines ne pourront plus envoyer d’aide humanitaire au Conseil des √©glises cubaines, une mesure contre laquelle le Church World Service des Etats-Unis proteste d√©j√ vigoureusement.

Efforts pour contr√īler les exportations de nickel

Etant donn√© que les exportations de nickel sont devenues une importante source de revenus pour le gouvernement cubain, la Commission demande la cr√©ation d’une √©quipe inter agence pour tracer le nickel cubain et renforcer les contr√īles sur les importations de produits contenant du nickel (¬« Nous n’ach√®terons pas votre acier s’il y a une chance qu’il contienne le nickel cubain ! ¬ »), et plusieurs autres mesures pour d√©courager les pays tiers d’acheter du nickel cubain. De telles mesures ont d√©j√ √©t√© tent√©es dans le pass√© avec tr√®s peu de r√©sultats. Il y a peu de chances qu’elles en aient plus cette fois-ci. Il y a m√™me de fortes chances qu’elles provoquent des r√©actions n√©gatives au sein de la communaut√© internationale.

Les r√©actions du peuple cubain aux efforts visant √ saper leur √©conomie

Il faut se demander aussi comment l’administration Bush pense que le peuple cubain r√©agira devant ces mesures qui ne visent qu’√ lui rendre la vie plus difficile. Sont-ils cens√©s √™tre reconnaissants envers les Etats-Unis si ces mesures devaient √™tre √ l’origine de nouvelles p√©nuries et donc soutenir cette campagne contre leur propre gouvernement ? C’est peu probable. Au contraire, provoquer une mentalit√© d’assi√©g√© √ Cuba ne fera qu’affaiblir tout soutien √ la politique des Etats-Unis envers Cuba.

L’annexe secr√®te

Les mesures pr√©vues pour bloquer le processus de succession abord√©es dans ce rapport - du moins celles qui sont ouvertement abord√©es - ont peu de chances de r√©ussir. Cependant, le rapport contient une annexe qui, est-il dit, doit demeurer secr√®te ¬« pour des raisons de s√©curit√© nationale ¬ » et maximiser ses chances de succ√®s. On ne peut que deviner ce que cette annexe peut contenir. Etant donn√© l’histoire des relations Etats-Unis-Cuba, il y aura forc√©ment de la sp√©culation sur un complot d’assassinat contre Castro (mais cette fois-ci contre Raul) et de nouveaux plans pour des attaques men√©es par des exil√©s, si non une action militaire directe des Etats-Unis. Il n’y a pratiquement aucun soutien dans la communaut√© internationale √ la politique des Etats-Unis vis-√ -vis de Cuba. Et ce soutien va probablement encore faiblir devant les incertitudes et les soup√ßons soulev√©s par cette annexe secr√®te.

Cette analyse a √©t√© r√©dig√©e avant les remous provoqu√©s par la transmission du pouvoir √ Raul Castro, le 31 juillet, suite aux ennuis de sant√© de Fidel Castro.

Notes :

[1[NDLR] Radio anticastriste financée par le gouvernement états-unien et émettant depuis Miami. Elle a été crée en 1985 par un décret du président Reagan.

[2Texte du rapport (en anglais) √ t√©l√©charger :
www.state.gov/documents/organizatio....
Retranscription (en anglais) de la s√©ance de pr√©sentation du rapport :
www.state.gov/secretary/rm/2006/687....

Source : Center for International Policy (http://ciponline.org), 11 juillet 2006.

Traduction : Cuba Solidarity Project (http://vdedaj.club.fr/spip/index.php). Traduction revue par l’√©quipe du RISAL.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info