Nationalisations en Bolivie : l’Italie et le Brésil font monter les enchères
par Benito Pérez
Article publi le 3 mai 2007

Malgré les pressions internationales, le président bolivien Evo Morales s’est fixé jusqu’ mardi [1er mai] pour récupérer la téléphonie et les raffineries, deux secteurs privatisés durant les années 1990.

Rien ne semble arrêter Evo Morales sur le chemin de la resocialisation de l’économie bolivienne. Un an jour pour jour après avoir décrété la récupération des hydrocarbures, le président bolivien entend annoncer, mardi 1er mai, la prise de contrôle effective des deux principales raffineries du pays, propriété du groupe brésilien Petrobras. La nationalisation d’ENTEL, l’ex-société publique de téléphonie dont l’italienne ETI [1] possède 50% des actions, et de deux sociétés pétrolières vendues naguère  Repsol et Pan American (BP) sont aussi  l’ordre du jour. Reste  vaincre les résistances des détenteurs de capitaux et surtout de leurs alliés gouvernementaux. Avec l’annonce de cette date butoir, le chef de l’Etat s’est montré fidèle  sa méthode, affichant sa détermination  récupérer par tous les moyens ces entreprises jugées stratégiques. Mais si Petrobras et ETI se disent prêtes  lâcher une part, voire la totalité de leurs paquets d’actions, de grosses divergences demeurent quant au prix et aux conditions d’achat. Et pour ce qui est des ex-pétrolières publiques Andina et Chaco, rien n’indique qu’elles seront cédées de plein gré par leurs propriétaires espagnol et anglo-américain.

Négociations en berne

Illustration de l’aspérité des négociations, après trois semaines de pourparlers secrets, les dirigeants d’ETI ont brutalement quitté la table des négociations mardi 24 avril, dénonçant « les pressions des médias boliviens et du gouvernement  » et réclamant de poursuivre les discussions «  l’étranger  ».
Dilatoire, la volte-face est aussi liée  la publication, la veille, d’un décret présidentiel contraignant deux fonds de pensions privés [2]  remettre  l’Etat les 47% d’actions d’ENTEL qu’ils géraient depuis la privatisation de la société en 1995. Une opération blanche pour les comptes de l’Etat, ce dernier affirmant que le paquet d’actions « appartient au peuple bolivien  », mais ne le laissant plus qu’ 3% du contrôle d’ENTEL...
Plus gênant encore pour ETI, un second décret présidentiel est venu annuler la « certification  » reçue en 2005 par la multinationale italienne, selon laquelle elle avait bel et bien investi 612 millions de dollars dans ENTEL, condition posée lors de sa privatisation. Selon l’actuel gouvernement, ce blanc-seing octroyé par l’administration précédente serait illégal, seule la Superintendance des télécoms, un organe régulateur indépendant, étant habilitée  offrir une telle certification. Or, un récent rapport de cette instance estime qu’un quart de la capitalisation promise n’a jamais quitté l’Italie.

Bruxelles  la rescousse ?

Affaiblie en pleine négociation, la multinationale italienne s’est tournée vers Rome, qui, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, l’ex-communiste Massimo D’Alema, a aussitôt « saisi  » la Commission européenne, afin de « garantir le respect des droits de propriété d’une grande entreprise  ».
Poids plume pour son vrai propriétaire - le groupe Pirelli (6 milliards de dollars de chiffre d’affaires) - ENTEL n’en est pas moins une bonne affaire  préserver  l’heure où la holding italienne cherche  vendre sa participation dans ETI. Largement majoritaire sur les marchés internes de la téléphonie et d’Internet, ENTEL a réalisé l’an dernier 51 millions de dollars de bénéfice net sur un chiffre d’affaires de 246 millions !
Au début des négociations, ETI avait fixé le prix de sa participation dans ENTEL  180 millions de dollars. Une offre jugée « beaucoup trop élevée  » par La Paz qui n’en offrirait, murmure-t-on, pas la moitié.
Mercredi, dans un souci d’apaisement, La Paz a assoupli le délai imparti aux négociations. La recherche d’un compromis pourrait donc se poursuivre au-del du 1er mai.

Quasi-monopole privé

Le désaccord n’est pas moins abyssal quant au sort des deux raffineries convoitées par l’Etat bolivien. Basées  Cochabamba et Santa Cruz, ces deux usines traitent les 4/5 du brut bolivien. Pour Evo Morales, leur prise de contrôle est indispensable s’il entend réaliser - dans les faits - la nationalisation des hydrocarbures annoncée l’an dernier. De même qu’il se doit de mettre la main sur les pipelines de la société Transredes, dont Shell conserve les commandes.
Sans le contrôle direct de ces infrastructures, l’entreprise publique bolivienne YPFB peine  concrétiser la propriété « légale  » des réserves boliviennes et le monopole de leur commercialisation qui lui ont été confiés par les réformes d’Evo Morales. Un an après le décret de « nationalisation  » des hydrocarbures, la Bolivie demeure  la merci des opérateurs privés en matière de fixation des prix et de régulation des flux. Une dépendance inadmissible pour le gouvernement bolivien s’il entend réellement « industrialiser  » son or noir et assurer l’approvisionnement d’un marché interne victime de la concurrence internationale et de la contrebande.

Marché ou patrimoine ?

Bien décidé  ne pas lâcher un tel levier de pouvoir, Petrobras avait dans un premier temps proposé de fonder une entreprise commune avec YPFB, qui lui aurait permis de garder la haute main sur les deux usines boliviennes.
Devant le refus de La Paz, le gouvernement brésilien - actionnaire  40% de Petrobras - a fini par dévoiler son offre de vente la semaine dernière : 215 millions de dollars, plus du double des 102 millions versés par les Brésiliens lors de la privatisation. Brasilia justifie ce prix par l’effort de Petrobras pour « moderniser  » les deux usines. Mais des sources proches de la négociation qualifient cette annonce de « politique  », estimant la vraie mise  prix brésilienne entre 160 et 180 millions de dollars, soit la valeur marchande des raffineries. Du côté bolivien, arguant des profits gigantesques réalisés par Petrobras, on s’en tient  une valeur dite « patrimoniale  » annoncée autour de 80 millions.

Menaces croisées

Accélérant la manoeuvre, M. Morales annonce désormais son intention de nationaliser les deux usines le 1er mai, reléguant la négociation financière  une seconde étape... Une perspective qui conduirait le Brésil  saisir les tribunaux internationaux et  bloquer tous ses investissements en Bolivie, rétorque Brasilia. De la part du premier partenaire commercial de la nation andine, l’argument a son poids...

Notes :

[1Telecom International (ETI) est une filiale de Telecom Italia, qui elle-même est contrôlée par la holding Olimpia, dont l’actionnaire majoritaire est le groupe Pirelli.

[2Gérés par la Zurich (CH) et BBVA (Esp)

Source : Le Courrier (http://www.lecourrier.ch), Genève, 28 Avril 2007.

Les opinions exprimes et les arguments avancs dans cet article demeurent l'entire responsabilit de l'auteur-e et ne refltent pas ncessairement ceux du Rseau d'Information et de Solidarit avec l'Amrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info