Venezuela
Mafia au pays du Bolivar
par Yannick Lacoste
Article publié le 1er octobre 2007

Le 15 août dernier, les représentants syndicaux de l’Union Nationale des Travailleurs (UNT), travailleurs du ministère du Travail et de la Sécurité sociale du Venezuela, avaient rendez-vous avec la directrice de cabinet du ministre, Lennina Galindo, afin de présenter leur projet de convention collective nationale pour l’ensemble des travailleurs du secteur public. A leur arrivée, il leur est indiqué que la directrice de cabinet est en rendez vous avec le ministre José Ramón Rivero. Les représentants syndicaux décident donc d’attendre. A la fin de la journée, on revient à nouveau les voir pour leur indiquer que sur ordre du ministre, Lennina Galindo n’est pas autorisé à les recevoir. Les syndicalistes, furieux, décide alors d’occuper le ministère, jusqu’à être reçus. Quarante cinq personnes, hommes et femmes, restent donc à attendre. Dans un premier temps, chef de cabinet, vice-ministre sont envoyés pour convaincre les récalcitrants de sortir du ministère. Puis, comprenant qu’il ne pourrait éviter une confrontation, le ministre ordonne la fermeture des portes, mais aussi de couper l’eau et l’électricité. Six jours se sont ainsi écoulés sans évolution de la situation. On empêche les pompiers de rentrer, on interdit tout contact avec les employés du ministère qui, par solidarité, tentent vainement de leur faire parvenir de la nourriture. Privés d’eau, d’alimentation, de médicaments, devant ce manquement grave aux droits élémentaires de la personne humaine, les courageux syndicalistes restent tout de même en place. Le ministre fait alors appel à l’armée pour les évacuer. Celle-ci se rend sur les lieux, constate l’occupation, mais décide de ne pas intervenir. Furieux, le ministre décide alors d’utiliser purement et simplement des méthodes mafieuses, en faisant appel à des voyous de quartiers. Promettant à chacun 50 000 bolivars (environ 15 euros), il leur demande de faire sortir manu militari ces syndicalistes qu’il présente comme des opposants anti-chavistes. S’en suit une évacuation violente du ministère où les syndicalistes sont chassés par des voyous armés de revolvers.

Mais le plus cocasse de l’histoire n’est pas dans l’évacuation en tant que telle.

En fait, ces camarades syndicalistes sont tous membres du courant C-CURA [gauche] de la UNT, et se revendiquent pour beaucoup comme trotskistes. Et au moment où l’évacuation se déroulait, ce même ministre faisait un discours d’inauguration lors du premier hommage officiel rendu par la République bolivarienne à… Léon Trotski !

Les syndicalistes ont depuis fait appel à Chavez pour qu’une commission d’enquête soit nommée afin de faire toute la lumière sur cette triste histoire. L’affaire suit son cours.

De Caracas, Yannick Lacoste

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du Réseau d'Information et de Solidarité avec l'Amérique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info