L’ignominie de l’Empire : le cas des cinq prisonniers politiques cubains
par Salim Lamrani
Article publié le 17 décembre 2003

Il n’est pas nécessaire d’être un chaud partisan du régime cubain présidé par Fidel Castro pour se rendre compte du caractère odieux de la situation des maintenant célèbres CINCOS de Cuba. L’article ci-dessous revient sur leur situation.

Nombreuses et patentes sont les iniquités commises par le gouvernement de la première puissance mondiale à l’égard de Cuba, mais il en est une qui dépasse tout entendement de par sa cruauté. Depuis le 12 septembre 1998, cinq jeunes Cubains croupissent arbitrairement dans les geôles états-uniennes. Leur crime ? Avoir infiltré les groupuscules paramilitaires de l’exil anti-castriste, responsables d’innombrables attentats contre la population cubaine de l’Ile, dans le but de déjouer les crimes potentiels de la mafia cubano-américaine, qui est essentiellement composée de la FNCA (Fondation Nationale Cubano Américaine). Cette histoire, scandaleusement censurée par la presse internationale, tellement honteuse et révoltante par son caractère tyrannique et léonin, mérite quelques lignes.

Tout d’abord, il est impérieux d’évoquer une réalité avilissante mais qui, grâce aux filtres de la propagande doctrinale dominante, est très peu connue : Cuba est le pays qui a souffert de la plus longue campagne terroriste de l’histoire. Pour des raisons idéologiques, l’historiographie orthodoxe et conventionnelle ainsi que les consortiums médiatiques occidentaux ne souhaitent pas reconnaître ce truisme, alors que l’assise factuelle est abondante et irréfutable. Et il ne s’agit pas de n’importe quel terrorisme. Il s’agit d’un terrorisme d’État perpétré par Washington depuis 1959 sous diverses formes : paramilitaire, économique, bactériologique, politique et diplomatique. Par souci de clarté, un seul aspect de cet effrayant éventail sera abordé : le terrorisme international paramilitaire. [1]

Les actions criminelles lancées contre Cuba s’organisent à partir du territoire de la Floride. Là s’entraînent, ouvertement et à l’arme lourde, des terroristes d’extrême droite d’origine cubaine financés par les organisations d’exilés telles que la FNCA, Alpha 66, Omega 7 et Brothers to the Rescue, entres autres, et elles-mêmes subventionnées par Washington. Cinq jeunes personnes d’origine cubaine - dont deux d’entres elles disposent de la nationalité états-unienne - Gerardo Hernández Nordelo, Ramón Labañino Salazar, Antonio Guerrero Rodríguez, Fernando González Llort et René González Sehweret, pénétrèrent, au péril de leur vie, au sein de ces groupuscules fascistes afin de prévenir la réalisation d’actes meurtriers contre leur pays. Ils réussirent à contrarier cent soixante-dix attentats contre Cuba en alertant à temps les autorités de La Havane. [2]

Le gouvernement cubain informa alors son homologue états-unien et, en juin 1998, une délégation du FBI se rendit à Cuba où elle reçut une documentation complète concernant les agissements des extrémistes de Miami. La réaction de Washington ne tarda guère : les…cinq Cubains furent arrêtés pour espionnage alors que les terroristes contre-révolutionnaires continuèrent tranquillement à s’entraîner dans le sud de la Floride. Ils furent immédiatement confinés dans des cellules d’isolement, et ce, pendant dix-sept mois jusqu’au 3 février 2000, alors que la législation pénitentiaire états-unienne prévoit un isolement maximum de soixante jours, et uniquement pour les prisonniers dangereux. Tout cela eut lieu avant un procès fallacieux qui allait entrer dans les annales du déni de justice. [3]

La procédure pénale ne fut rien de moins qu’une grotesque parodie. Un seul exemple parmi tant d’autres : la défense n’eut pas accès aux preuves avancées par le procureur car elles furent étrangement classées secrètes. L’affaire fut tellement entachée d’irrégularités que la International Association of Democratic Lawyers dont les membres se répartissent dans plus de quatre-vingt-dix pays, le National Jury Project et le National Lawyers Guild demandèrent vainement la révision de l’affaire. Trente et un membres du Parlement britannique condamnèrent également le procès. Parmi les violations législatives se trouvait l’Amendement VI de la Constitution des Etats-Unis qui établit le droit des accusés à un procès régulier et à un juré impartial, deux conditions inexistantes à Miami. L’atmosphère profondément politisée de Floride et la captieuse campagne de presse, lancée à l’encontre des cinq accusés avant le début de l’instruction judiciaire, les condamnaient sans équivoque, faisant d’eux les parfaits boucs émissaires d’une aversion anti-révolutionnaire érigée en dogme depuis plus de quatre décennies. [4]

Les témoignages du général Whilhem, ex-commandant en chef des services d’intelligence ; de l’amiral Eugene Carroll, ex-chef adjoint des opérations navales et du colonel George Bucker, membre de commandement de la défense aérienne des Etats-Unis, attestèrent de la légitimité des activités des cinq accusés, en soulignant le danger représenté par les héritiers de Batista. Le général James Clapper, ex directeur de la DIA (Defense Intelligence Agency) - les services secrets du Pentagone - qui comparut en temps qu’expert devant la Cour, affirma que les accusés n’avaient pas mené d’actions relevant de l’espionnage. [5]

Malgré ces témoignages, le verdict, rendu en décembre 2001, fut kafkaïen : tous furent reconnus coupables des vingt-six chefs d’accusation (parmi lesquels l’espionnage et l’assassinat), démontrant ainsi qu’il s’agissait avant tout d’une affaire politique. Gerardo Hernández Nordelo fut condamné deux fois à la prison à vie plus 15 ans de réclusion (parmi les chefs d’accusation : l’homicide volontaire. Il fut reconnu responsable de la mort des pilotes des avions de l’organisation terroriste Brothers to the Rescue, abattus par la force aérienne cubaine le 24 février 1996, après avoir violé, à maintes reprises, l’espace aérien de l’île et menacé la sécurité de la population de La Havane. Une accusation surréaliste). Ramón Labañino Salazar se vit infliger la prison à perpétuité plus 18 ans de privation de liberté. Antonio Guerrero Rodríguez fut condamné à la prison à vie plus 10 ans, Fernando González Llort à 19 années de prison et René González Sehweret à 15 années de prison. Bref, des sentences inouïes dépassant le cadre juridique. [6]

Les conditions de détention sont plus que précaires et les cinq prisonniers sont placés dans des pénitenciers différents, distants d’au moins 1 700 kilomètres les uns des autres, pour entraver les visites consulaires. Ils sont respectivement détenus en Californie, au Texas, au Colorado, en Caroline du Sud, et au Wisconsin. Ils sont tenus à l’écart des autres détenus depuis le début de leur emprisonnement et se trouvent de nouveau régulièrement en cellule d’isolement depuis le 29 février 2003. De plus, ils ne peuvent pas recevoir la visite de leurs familles en raison des visas qui leur sont refusés. [7] Au nom de la déontologie et de la justice, au nom de leur innocence, cette inacceptable infamie doit cesser. La mémoire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti réclame justice pour les Cinq. [8]

Suite aux odieux attentats du 11 septembre 2001, George W. Bush a déclaré que le terrorisme était l’ennemi de la civilisation. Soit. Dans ce cas, il est impératif de mettre hors d’état de nuire l’une des plus dangereuses organisations terroristes du monde : la FNCA et ses ramifications. Tant que ces criminels avérés ne seront pas sous les verrous et tant que ces cinq prisonniers politiques moisiront injustement dans leurs cellules, la lutte contre le terrorisme lancée par Washington ne sera qu’un faux-fuyant spécieux destiné à promouvoir des intérêts impériaux. Le jour viendra où le gouvernement des Etats-Unis ne pourra plus ensevelir la vérité sous un atticisme vermoulu et il devra affronter enfin son histoire.

Au XIXème siècle, alors qu’il luttait contre la tyrannie espagnole, José Martí, l’Apôtre cubain, écrivit : « A leur naissance, les hommes voient s’ouvrir devant eux deux chemins : celui du joug qui oblige et subjugue ou celui de l’étoile qui illumine et tue. Tu choisiras l’étoile. Le chemin sera escarpé ... Quand un homme tombe pour une cause juste, des milliers d’autres se soulèveront. Et quand il ne restera plus un seul homme, même les pierres prendront les armes ». Gerardo, Ramon, Antonio, Fernando et René, à leur naissance, les hommes voient s’ouvrir devant eux deux chemins. Vous avez choisi l’étoile.

Notes :

[1Salim Lamrani, « Une Impunité totale » dans Le lobby cubain aux Etats-Unis de 1959 à nos jours (France : Cuba Solidarity Project, juillet 2003), perso.club-internet.fr/vdedaj/cuba/lobby.html (site consulté le 22 novembre 2003).

[2Mumia Abu-Jamal, « Los Cinco impidieron más de 170 actos terroristas contra Cuba », Granma Internacional, (2 janvier 2003), 2. www.granma.cu/espanol/ene03/juev2/cinco.html (site consulté le 22 novembre 2003).

[3Leonard Weinglass, « Un juicio justo no puede llevarse a cabo en Miami-Dade, afirma Weinglass », Rebelión, (17 novembre 2002), 1. www.rebelion.org/ddhh/winglass171102.htm (site consulté le 22 novembre 2003). Ricardo Alarcón de Quesada, « A Sun That Will Never Burn Out », Free The Five, (11 février 2002), 2. www.freethefive.org/bacground.cfm (site consulté le 22 novembre 2003) ; Julio Fernández Bulté, « Tratamiento cruel e inhumano a los prisioneros cubanos », Granma Internacional, (26 avril 2002). www.antiterroristas.cu/index.php ?tpl=noticia/anew&noticiaid=84&noticiafecha=2002-09-11 (site consulté le 22 novembre 2003).

[4Paul McKenna, « Nunca hubo prueba alguna de que los Cinco Patriotas fueran a causa daño a los EE.UU. », Granma Internacional, (15 août 2002), 2. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/00208.html (site consulté le 22 novembre 2003) ; Leonard Weinglass, « El apoyo internacional realza la importancia del caso ante los tribunales, dice Weinglass » Agencia de Información Nacional, (18 janvier 2003), 1. www.injusticia_en_miami.cubaweb.cu/coberturacompleta/2003/ene2103weiglass.htm (site consulté le 22 novembre 2003) ; Simon Wollers, « Rob Miller of the Cuba Solidarity Campaign in Britain : We Question the Judicial Process of the Five », Antiterroristas.cu, (4 novembre 2002), 1. www.antiterroristas.cu/index.php ?tlp=noticia/anew&noticiaid=558&noticiafecha=2002-12-10 (site consulté le 22 novembre 2003) ; Simon Wollers, « National Jury Project : El juicio de Miami quitó cualquier posibilidad a los acusados cubanos », Antiterroristas.cu, (19 décembre 2002), 1. www.antiterroristas.cu/index.php ?tlp=noticia/anew&noticiaid=612&noticiafecha=2002-12-23 (site consulté le 22 novembre 2003) ; Jean-Guy Allard, « Escándalo de espías para salvar a la FNCA », Granma Internacional, (26 juin 2001),11. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0089.html (site consulté le 22 novembre 2003).

[5Ricardo Alarcón de Quesada, « Historia de una infamia », Radio Camagueya (pas de date), 4. www.cadenagramonte.cubaweb.cu/heroes/injusticia_miami3.htm (site consulté le 22 novembre 2003).

[6National Jury Project, « A General Analysis of the Trial of the Cuban Five », Free The Five, (janvier 2003), 2. www.freethefive.org/legal.cfm (site consulté le 22 novembre 2003) ; Saul Landau, « Murder Charges Against Castro ? », Z Magazine, 31 août 2001. www.zmag ;org/ZSustainers/ZDaily/2001-08/31landau.htm (site consulté le 22 novembre 2003) ; Cilio Diaz, « Miami, un lugar imposible para la justicia », Radio Camagueya, (pas de date), 1-2. www.cadenagramonte.cubaweb.cu/heroes/injusticia_miami5.htm (site consulté le 22 novembre 2003).

[7Felix Lopez, « De hombres de sacrificio necesita la Libertad », Granma Internacional, (7 mai 2002), 2-3. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0049.html (site consulté le 22 novembre 2003) ; Felix Lopez, « La mafia de Miami, los narcoterroristas y el escándalo Irán-Contras », Granma Internacional, (4 juillet 2001), 1. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0085.html (site consulté le 22 novembre 2003) ; Granma Internacional, « Cuba acusa a EE. UU. de violar derecho de los cinco », (10 mars 2003). www.granma.cu/espanol/marzo03/lu10/cinco10.html (site consulté le 22 novembre 2003) ; Agencias, « Los Cinco prisioneros políticos en los EE. UU., en confinamiento solitario », Rebelión, (11 mars 2003). www.rebelion.org/internacional/110303cinco.htm (site consulté le 22 novembre 2003).

[8Le célèbre cas de Sacco et Vanzetti est une analogie presque parfaite. Dans cette affaire historique comme dans celle des Cinq, les caractéristiques sont étrangement similaires : une arrestation pour des raisons politiques, une accusation fallacieuse et un verdict extrêmement lourd. Arrêtés en 1920 à Brockton, au Massachusetts, Sacco et Vanzetti, deux anarchistes de Boston, furent accusés, à tort, de vol à main armée et de meurtre. En réalité, leur engagement politique, qui ne plaisaient que très peu aux autorités états-uniennes, était la principale cause de leur condamnation. Malgré la mobilisation internationale en leur faveur, ils furent condamnés à la peine capitale et électrocutés en août 1927. Voir Howard Zinn, A People’s History of the United States (1980. New York : Harper Collins, 1999), p. 376.

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du Réseau d'Information et de Solidarité avec l'Amérique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info