Jesus Ramirez Cuevas
  • Répercussions sociales et politiques du tremblement de terre de 1985
    Mexico : quand les citoyens prirent la ville en main
    La destruction provoquée par le tremblement de terre de 1985 a changé la physionomie et la vie de la ville de Mexico. La résignation de ses habitants a été enterrée sous les décombres de l’incompétence gouvernementale à répondre à la situation d’urgence. La catastrophe naturelle a rasé des immeubles, éteint des milliers de vies et précipité la chute du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) dans (...)
    La Jornada | 28 octobre 2005 | Lire la suite
  • Le 12 octobre, date clé de l’identité américaine
    Le jour de la résistance indigène
    La commémoration de l’arrivée de Christophe Colomb sur les côtes du continent américain en 1492 est toujours motif d’interprétations et de polémiques. Les héritiers culturels des conquistadors européens considèrent cette date comme étant le début de la « civilisation » sur ces terres. Par contre, pour les peuples indiens, ce fut le commencement d’une guerre d’extermination qui imposa un (...)
    La Jornada | 17 octobre 2005 | Lire la suite
  • Mexique : une grève de la faim qui a marqué l’histoire
    Le 28 août 1978 est une date-clé pour les droits de l’homme au Mexique. Ce jour-là, 84 femmes et 4 hommes commençaient un jeûne dans la cathédrale de la ville de Mexico pour exiger la liberté de prisonniers et disparus politiques. Cette protestation représentait un défi lancé au système politique. Les mères des disparus ont révélé l’existence de la guerre sale (« guerra sucia »). Leur action a permis (...)
    La Jornada | 15 septembre 2005 | Lire la suite
  • Ciudad Nemagon, histoire d’une tragédie
    Nicaragua : la loi des compagnies bananières
    A Ciudad Nemagon vivent des centaines de personnes malades à cause d’un puissant pesticide du même nom, qui tue non seulement les nématodes de la banane mais aussi les personnes. Ce produit a été utilisé abondamment par des entreprises bananières états-uniennes au Nicaragua et dans d’autres pays, même après avoir été interdit aux Etats-Unis quand ses effets cancérigènes ont été prouvés. Les (...)
    La Jornada | 7 septembre 2005 | Lire la suite
  • Crise politique
    Brésil : quand la corruption atteint la gauche
    La vague de dénonciations qui ébranlent le Brésil menace de faire sombrer le gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva. Attaqué par la droite et par la gauche, le président brésilien affronte de nouvelles révélations qui l’impliquent indirectement. Son parti, le Parti des travailleurs (PT), est divisé tandis que ses adversaires envisagent d’intenter un jugement politique (impeachment) à son encontre. (...)
    La Jornada | 29 août 2005 | Lire la suite
  • Les meurtres d’indigents augmentent au Mexique
    Les « jetables »
    En Amérique latine, les crimes systématiques de vagabonds, enfants des rues et autres personnages des dénommés bas fonds, sont chaque fois plus fréquents. En Colombie et au Brésil, chaque année des délits de ce type se produisent par centaines, beaucoup perpétrés par des policiers, et au Mexique les exécutions d’indigents de plus en plus fréquentes, inquiètent. Les exécuteurs de ce « nettoyage social », (...)
    1er juillet 2005 | Lire la suite
  • Entretien avec Sergio Antonio Gorgen, Mouvement des sans terre
    Brésil : avec Lula, « nous ne nous faisons pas d’illusions »
    Le MST est aujourd’hui le mouvement social le plus important du Brésil. Durant plus de 20 ans, il a mobilisé des milliers de paysans sans terre pour combattre l’injustice dans le domaine agraire dans une nation où 1% des propriétaires accaparent 43% du territoire. Jusqu’à maintenant, il a récupéré la terre pour plus de 350 000 familles. Le MST, organisé démocratiquement à la base et de façon (...)
    La Jornada | 4 juin 2003 | Lire la suite