Eau

L’eau, l’or noir du XXIe siècle ? L’eau, bien public ou marchandise ?

  • Brésil
    Le jeûne d’un évêque du Nordeste , de l’État de Bahia, cherche à attirer l’attention sur un des chantiers qui auront les plus grands impacts environnementaux et sociaux dans le Brésil de Lula. « Pour l’amour du fleuve, pour l’amour du peuple riverain du San Francisco et du peuple du Nordeste », dit l’évêque de Barra âgé de 61 ans, Luiz Flavio Cappio. « Je suis en train de faire ce jeûne ». « Ce que Monseigneur Cappio revendique est simple et (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 24 janvier 2008
  • La destruction progressive de l’environnement à cause du développement technologique, commercial et industriel que connaît actuellement la planète, a conduit à une diminution significative des réserves aquifères au niveau mondial, ainsi qu’à la pollution d’océans, de mers et de rivières. L’eau a cessé d’être un bien social pour devenir un bien commercial avec un prix déterminé, et vendu au plus offrant. C’est en 1995 qu’a commencé la discussion à (...Lire la suite)
    Decio Machado | 22 octobre 2007
  • Vers la fin de la privatisation de l’eau dans le monde
    L’annonce officielle, le 3 janvier dernier, du départ de Suez de Bolivie confirme l’échec des délégations des services de l’eau aux entreprises privées telles qu’elles sont promues depuis les années 90. Cochabamba en 2000, Buenos-Aires et Santa Fe en 2005, La Paz-El Alto en janvier dernier : c’est en Amérique Latine que l’on proclame avec le plus de véhémence le fait que l’eau est un droit de l’homme et un bien public. Si aujourd’hui (...Lire la suite)
    Marjolaine Normier | 27 avril 2007
  • Bolivie
    À qui appartient l’eau ? Alors que la question se pose un peu partout à travers le monde, la Bolivie a récemment adopté une loi originale sur l’eau, qui pourrait servir d’exemple. La Ley del riego [loi de l’irrigation], entrée en vigueur en août 2006, va à l’encontre de la tendance mondiale qui tend à commercialiser l’eau. Elle fait de la Bolivie l’un des premiers pays à reconnaître l’eau comme un droit essentiel à la vie. De plus, elle (...Lire la suite)
    Jean-Philippe Catellier , Louis Jean | 11 avril 2007
  • Bolivie
    La guerre de l’eau à Cochabamba, en Bolivie, n’est pas encore terminée. Six ans après le soulèvement citoyen qui s’est terminé par l’annulation du contrat de concession pour la prestation du service d’eau et d’égouts à l’entreprise transnationale nord-américaine Bechtel, les habitants continuent d’attendre une plus grande efficacité dans la gestion du système de l’aqueduc local. La révolte d’avril 2000, connue comme la Guerre de (...Lire la suite)
    Juan Diego Restrepo E. | 11 avril 2007
  • Des mouvements sociaux d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, du Chili et de l’Uruguay, qui ont travaillé dur pour récupérer les services de distribution de l’eau privatisés dans la décennie 90, se sont réunis dans la ville argentine de Córdoba pour échanger leurs expériences et définir les pas à faire maintenant que certaines multinationales se retirent de la région. « Le grand défi, peut-être plus grand même que celui que nous avons affronté dans notre lutte pour (...Lire la suite)
    Marcela Valente | 7 août 2006
  • La mise en marche de la Zone de libre-échange des Amériques (ALCA, sigles en espagnol), du Plan Puebla-Panama (PPP) et du Traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Amérique centrale (CAFTA, sigles en anglais) pose et requiert - entre autres questions - la résolution de deux éléments centraux : une série de réformes légales (qui impliquent un processus de dérégulation nationale et de régulation régionale) et le moteur qui fait fonctionner le système et son modèle de production (...Lire la suite)
    Gustavo Castro S. | 20 juin 2006
  • La Communauté sud-américaine des nations (CSN) est une initiative non encore matérialisée qui a accompli officiellement en décembre dernier sa première année d’existence. Le sous-continent sud-américain est une des zones les plus riches de la planète en termes de biodiversité. Après un demi-millénaire de pillage des ressources naturelles du sous-continent américain par les puissances coloniales et néo-coloniales, les jeunes républiques de la région (qui n’ont pas encore 200 (...Lire la suite)
    | 14 juin 2006
  • Le récent Forum mondial de l’eau de Mexico a montré l’acuité du problème de l’accès à cette ressource vitale dans les grandes villes. Si l’Afrique reste le continent où l’accès à l’or bleu est le plus problématique, les populations pauvres des principales villes de Bolivie, pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, restent exclues des systèmes de distribution. Le nouveau gouvernement en place tente de résoudre la solution en pariant sur des entreprises (...Lire la suite)
    | 15 mai 2006
  • La politique du gouvernement Lula critiquée
    En 1994, quand, au cours de la deuxième des trois campagnes présidentielles infructueuses auxquelles il a participé, Luiz Inácio Lula da Silva est allé voir la rivière São Francisco, Roberto Malvezzi est parvenu, pendant une pause, à se glisser près de lui. Mieux connu sous le pseudonyme de « Gogo », Malvezzi travaillait, comme aujourd’hui, au sein des commissions de l’Eglise catholique pour la pêche et la terre. En ce temps- là, les militants progressistes comme Gogo pouvaient (...Lire la suite)
    Bill Weinberg | 7 mars 2006
  • Un bien non encore protégé par la loi
    La richesse d’une civilisation se mesurera bientôt en litres. On entend dire depuis quelque temps que le manque d’eau sera la cause de guerres dans un avenir pas très lointain et que la possession de cette ressource sera un trophée inestimable. Or ici, dans le Sud, au cœur d’une région partagée entre quatre pays, se trouve la perle rare, l’aquifère Guarani, qui non seulement passe actuellement pour être la troisième réserve souterraine d’eau douce du monde (...Lire la suite)
    Hinde Pomeraniec. | 26 décembre 2005
  • La Banque mondiale (BM) a une longue expérience dans le financement de projets hydrauliques au Mexique. Depuis qu’elle a conclu, en 1972, la première convention pour élaborer le Programme national hydraulique de 1975 jusqu’à la récente proposition (encore non approuvée) Appui pour la modernisation du secteur de l’eau et de l’assainissement, l’institution multilatérale a pris part dans le pays à plus de 30 projets liés à l’eau. L’éventail de (...Lire la suite)
    Luis Hernández Navarro | 4 août 2005
  • Dans la décennie des années 90, Ismael Serageldin, en tant que vice-président de la Banque mondiale, pronostiquait que les guerres du XXIe siècle seraient pour l’eau. La Bolivie a été l’un des premiers pays à lui donner raison. A peine le nouveau siècle étrenné, en avril 2000, la dénommée « or bleue » a déchaîné dans la ville de Cochabamba l’une des révoltes les plus bruyantes de l’histoire récente du pays. Ses habitants se sont mobilisés contre (...Lire la suite)
    Iñigo Herraiz | 27 avril 2005
  • Le 11 janvier 2005, le gouvernement de la République de Bolivie a annoncé qu’il mettait fin au contrat de gestion des services d’eau des villes de La Paz et d’El Alto, qui le liait pour 30 ans au consortium Aguas del Illimani, dont le principal actionnaire est la multinationale française Suez Lyonnaise des Eaux. Sur réception de cette nouvelle, les associations d’usagers ont refusé de cautionner le procédé employé et demandé l’adoption d’un décret de la (...Lire la suite)
    Marie Mazalto | 23 mars 2005
  • Vers une assemblée constituante
    Au cours d’un discours tendu et agonisant, le 9 janvier dernier, la président Carlos Mesa s’adressait aux Boliviens pour dénoncer la conspiration en marche : « Ils ne me laissent pas gouverner, ils ne me laissent pas gouverner », répéta-t-il avant de menacer de démissionner si la violence sociale et politique se réinstallait dans le pays. Il prétendait ainsi désactiver les manifestations et blocages qui devaient commencer le lendemain pour obtenir du gouvernement la dérogation (...Lire la suite)
    Walter Chávez | 24 février 2005
  • Une expérience inédite
    Le 31 octobre, en élisant un président de gauche - M. Tabaré Vázquez, du Front élargi -, les Uruguayens n’ont pas seulement mis un terme à cent soixante-dix ans de partage du pouvoir entre le Parti colorado et le Parti national (ou blanco). Par voie référendaire, et avec une majorité de 64,5 %, ils ont également décidé d’inscrire dans la Constitution que l’eau appartenait au domaine public et qu’elle ne pourrait être (...Lire la suite)
    Jacques Secretan | 19 février 2005
  • Le 13 janvier 2005, après 3 jours de mobilisation des habitants de El Alto, le président bolivien a émis un décret par lequel il met fin à la concession de 30 ans accordée à la transnationale Suez des Eaux. Il s’agit d’une nouvelle victoire du peuple bolivien dans sa lutte pour récupérer le contrôle public sur ses ressources naturelles. Déjà en avril 2000, les habitants de la région de Cochabamba avaient réussi à se débarrasser de la domination du consortium international dirigé (...Lire la suite)
    Eric Toussaint | 17 février 2005
  • Il y a cinq ans, le problème de la privatisation de l’eau a explosé à Cochabamba (état du Chapare, Bolivie) lorsque des protestations de masse ont obligé le géant californien Bechtel à se retirer. Quelques semaines après avoir pris la direction de la société des eaux de la ville, Bechtel avait augmenté les tarifs, allant jusqu’à les doubler, ce qui dépassait de beaucoup les moyens des habitants les plus démunis. Aujourd’hui une nouvelle révolte au sujet de l’eau (...Lire la suite)
    Jim Shultz | 19 décembre 2004
  • Deux jours avant l’élection du président de la planète au nord de l’Amérique, d’autres élections eurent lieu au sud et il y eut un plébiscite dans un pays ignoré, presque secret appelé l’Uruguay. La gauche remporta ces élections, pour la première fois dans l’histoire du pays, et pour la première fois dans l’histoire du monde, ce plébiscite vit le vote populaire s’opposer à la privatisation de l’eau , confirmant ainsi que l’eau est le (...Lire la suite)
    Eduardo Galeano | 25 novembre 2004
  • « Nous, les Uruguayens, avons tendance à croire que notre pays existe, mais le monde ne s’en rend pas compte », affirme le célèbre écrivain Eduardo Galeano, auteur des « Veines ouvertes de l’Amérique latine ». L’Uruguay n’existe pas sur la carte de la presse internationale. A moins, peut-être, qu’il y ait une élection faisant « pencher l’Amérique latine un peu plus vers la gauche » (Reuters 02-11-04). C’est ce qui s’est passé ce 31 octobre. (...Lire la suite)
    Frédéric Lévêque | 22 novembre 2004

0 | 20

RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info