Violence juvénile en Amérique latine

Délinquance, gangs, exclusion sociale, pauvreté, nettoyage social, violence, migrations, etc.

  • Sociétés violentes
    L’Amérique centrale a réussi à se débarrasser des conflits armés. Mais l’isthme vit aujourd’hui une autre guerre. Analystes et leaders religieux concordent sur une chose : les gouvernements des deux dernières décennies n’ont pas su arrêter une spirale qui a coûté la vie à des milliers de Centroaméricains en temps de paix. L’accord de paix d’Esquipulas II – signé en 1987 par cinq présidents d’Amérique centrale – était porteur (...Lire la suite)
    Raul Gutierrez | 25 septembre 2007
  • Salvador
    Quatorze ans après les accords de paix qui ont mis fin à la guerre civile, le plus petit pays d’Amérique centrale reste dans l’orbite géostratégique des Etats-Unis. La situation actuelle est marquée par un contexte d’inégalités, d’impunité et de violence. L’Agence des Etats-Unis pour le Développement (USAID, sigles en anglais) qui finance depuis 1961 des projets en accord avec la politique extérieure états-unienne sous l’euphémisme d‘« aide (...Lire la suite)
    Fernando M. Lopez | 25 août 2006
  • Amérique centrale
    La nouvelle menace pour la sécurité nationale et internationale s’appelle aujourd’hui maras. Les gouvernements ont donné une telle envergure à leurs actions violentes et leur caractère international qu’elle a justifié la tenue, dans la seule année 2005, de deux sommets présidentiels en Amérique centrale, en plus de dizaines de réunions entre des responsables de la police et des ministres de la Défense. Les gouvernements du Honduras, du Salvador et du Guatemala ont opté (...Lire la suite)
    Eduardo Tamayo G. | 22 décembre 2005
  • Maras, galladas, pandillas, clicas, chapulines, cholos, bandas sont quelques-uns des noms connus pour désigner ces groupes de jeunes des quartiers marginaux des grandes villes qui font tant parler d’eux en Amérique du Nord et centrale. Leur puissance a atteint des proportions notables. Il y a quelques jours le gouvernement salvadorien a même proposé une trêve aux maras pour les fêtes de fin d’année. Leur carte de visite dans la société est la violence. La brutalité sans (...Lire la suite)
    Luis Hernández Navarro | 16 décembre 2004
  • Guerre contre les pauvres
    Dans des conditions suspectes, 104 jeunes détenus ont perdu la vie, le 17 mai 2004, dans l’incendie de la prison de San Pedro Sula. Cette tragédie a mis en lumière la guerre que mène le Honduras contre les délinquants, surtout les plus jeunes et les plus pauvres. En marge de la répression légale, des centaines d’exécutions extrajudiciaires d’enfants et d’adolescents ensanglantent le pays : 2 125 jeunes, de 3 ans à 23 ans, ont été assassinés ces cinq dernières (...Lire la suite)
    Raphaëlle Bail | 4 novembre 2004
  • Dans le secteur 7 de Villa El Salvador (Lima, Pérou), un monument érigé à côté du terrain de football rend hommage à la dernière victime de la violence des bandes de jeunes. Dans cet endroit précis, il y a deux mois, l’habituelle « bagarre » entre bandes rivales, avivée par la consommation de drogues et l’alcool, a eu la mort d’un jeune poignardé comme fatal dénouement. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. L’histoire se répète dans tout le continent américain (...Lire la suite)
    Iñigo Herraiz | 26 août 2004
  • Philippe Revelli | 30 avril 2004
  • Sur fond de crises économique et sociale
    I. Introduction La prolifération des gangs pose un grave problème de sécurité au Salvador, au Nicaragua, au Honduras et au Guatemala. Ces derniers mois, les gangs ou maras en ont fait voir de toutes les couleurs aux autorités de ces pays, car on les tient pour responsables de l’accroissement alarmant des assassinats, des viols, des vols et des menaces typiques des gangs contre des citoyens de toutes les classes sociales. On affirme même que ces bandes de jeunes de 8 à 35 ans (...Lire la suite)
    Alejandro Blanca | 28 janvier 2004
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info