Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA)

L’Alternative bolivarienne pour les Amériques est une initiative lancée par le président vénézuélien Hugo Chávez et inspirée de la lutte du libertador Simon Bolivar.
L’ALBA se présente comme une alternative d’intégration au projet de Zone de libre-échange des Amériques lancé par les Etats-Unis. Elle a été pour la première fois évoquée par M. Chávez lors du 3e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (Caricom), sur l’île de Margarita, en décembre 2001. Elle est officiellement née à La Havane, en avril 2005. Unj an plus tard, la Bolivie d’Evo Morales a rejoint cette alliance en proposant notamment un Traité commercial des peuples (en opposition aux traités de libre-échange) entre ses membres.
L’ALBA entend se baser sur les principes de solidarité, de coopération et de complémentarité. L’initiative s’oppose notamment à la suppression des droits de douane et propose la création de fonds compensatoires et l’utilisation de commandes publiques privilégiant les coopératives et les petites ou les moyennes industries.
L’ALBA prétend également s’attaquer aux principales faiblesses du continent : l’insuffisance énergétique - en créant Petrosur - et le monopole de l’information - avec Telesur.

  • Sommet des Amériques
    Moment exceptionnel que ce cinquième Sommet des Amériques qui, réunissant trente-quatre nations (tous les pays de la région sauf Cuba), s’est tenu les 18 et 19 avril à Port-of-Spain, dans l’île de Trinité-et-Tobago. Après la rencontre de Mar del Plata (Argentine), en novembre 2005, au cours de laquelle des milliers de manifestants conspuèrent M. George W. Bush tandis que de fortes dissensions agitaient les pays membres, on attendait avec impatience le premier contact du « (...Lire la suite)
    Maurice Lemoine | 27 avril 2009
  • On peut affirmer qu’en ce moment l’intégration des pays d’Amérique du Sud se trouve à une croisée des chemins. Des stratégies distinctes ont convergé vers un point commun, vers une situation où les grands blocs commerciaux se trouvent dans l’impasse et deviennent des forums politiques. Les nouvelles tentatives d’intégration tournent autour de l’énergie, point de départ pour de nouvelles propositions. Le Brésil cherche un leadership par consensus mais (...Lire la suite)
    Eduardo Gudynas | 3 août 2007
  • Lorsqu’en décembre 2004, Fidel Castro et Hugo Chávez ont lancé l’Alternative Bolivarienne pour les Amériques (ALBA), l’initiative semblait représenter le cadre institutionnel des accords que Cuba et le Venezuela étaient en train de développer. Cela représentait un grand exemple de commerce équitable, que le Forum social mondial prônait depuis plusieurs années. Chaque pays fournit ce qu’il possède : du brut vénézuélien, non pas au prix du marché, mais en échange de la (...Lire la suite)
    Emir Sader | 5 juillet 2007
  • « Je trouve que la présence des médecins cubains ici est une excellente chose ! Notre pays est délaissé et il y a tant à faire en matière de santé », déclare Inga López, hospitalisée à l’hôpital Chacaltaya dans la ville de El Alto [ville-banlieue de La Paz, ndlr]. Chacaltaya est l’un des 20 hôpitaux financés - construits et équipés - par Cuba en Bolivie ; il est d’ailleurs prévu que le gouvernement cubain fasse don de 23 hôpitaux supplémentaires cette année. 40 médecins, (...Lire la suite)
    Martin Garat | 29 mai 2007
  • Pétrole et intégration
    L'ALBA, une nouvelle aube ?
    L’aube qui apporte la lumière, ne peut se baser sur l’obscurité pétrolière... L’Amérique latine sème son espérance avec plusieurs mouvements et processus liés à la terre. Le Mouvement des Sans Terre au Brésil, les mouvements indigènes en Equateur et en Bolivie, le mouvement zapatiste au Mexique, entre autres. De la même manière, il y a de fortes attentes de par la présence de gouvernements démocratiques dans plusieurs pays qui se sont proposés d’en finir avec (...Lire la suite)
    Esperanza Martinez | 13 avril 2007
  • Entretien avec Pablo Solón
    Bolivie : une autre politique commerciale
    Entretien avec Pablo Solón, représentant plénipotentiaire du gouvernement de la Bolivie avec rang d’ambassadeur pour les questions commerciales. Dans cette interview, M. Solón explique la nouvelle philosophie de la politique commerciale de la Bolivie d’Evo Morales. Il aborde notamment la question des relations commerciales avec l’Union européenne et explique la position du gouvernement par rapport à l’Accord général sur le commerce de services (GATS, sigles en (...Lire la suite)
    Braulio Moro | 14 décembre 2006
  • Cuba
    L’hospitalisation de Fidel Castro, annoncée le 31 juillet 2006, en même temps que le passage temporaire du pouvoir à son frère Raúl ont fait couler beaucoup d’encre. Cependant, les schémas d’analyse entourant la question de la succession du lider maximo développés au cours des années 1990, au lendemain de la chute du bloc soviétique, ne correspondent plus à la réalité cubaine d’aujourd’hui, car la place de Cuba dans la géopolitique internationale a passablement (...Lire la suite)
    Christian Nadeau | 3 octobre 2006
  • En marge du sommet avec l’Union européenne
    Une nouvelle Amérique latine à Vienne
    Ce que l’on retiendra du sommet Union européenne - Amérique latine et Caraïbes, tenu à Vienne, le 12 mai dernier, c’est la confirmation par le président bolivien Evo Morales de la nationalisation - mot devenu tabou en Europe - des compagnies d’hydrocarbures de son pays. Et la promotion publique, par le Venezuela, la Bolivie et Cuba, de principes de commerce international fondés sur la solidarité et la coopération. « C’est Lula qui m’appelait au téléphone... » (...Lire la suite)
    Bernard Cassen | 13 juin 2006
  • Le « coup d’éclat » du président bolivien
    Nationalisations en Amérique latine
    Le 1er mai, à travers le décret suprême n° 28701, le président bolivien Evo Morales a nationalisé les hydrocarbures. A compter de cette date, les 26 compagnies étrangères - dont Petrobras (Brésil), Repsol (Espagne), Total (France), ExxonMobil (Etats-Unis) - présentes dans le pays passent sous le contrôle de la compagnie nationale YPFB (Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos), qui se chargera du transport, du raffinage, de la commercialisation et de la transformation du pétrole et du (...Lire la suite)
    Maurice Lemoine | 1er juin 2006
  • Le Marché commun du Cône Sud, Mercosur, est en crise ; la Communauté andine des nations, CAN, est menacée par la fragmentation ; l’Alternative bolivarienne pour les Amériques, ALBA, n’est pas encore une alternative et la Communauté sud-américaine des nations, CSN, ne décolle pas. Les négociations du traité de libre-échange entre l’Equateur et les Etats-Unis sont dans l’impasse depuis le soulèvement indigène du mois de mars et le Gazoduc du Sud semble être en voie de (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 10 mai 2006
  • Résistances et intégration
    Alternatives latino-américaines
    La résistance des mouvements sociaux aux effets négatifs des politiques économiques et sociales mises en œuvre en Amérique latine s’est traduite, depuis 1998, par l’arrivée au pouvoir de présidents de gauche aux politiques diverses et parfois contradictoires. Face à la Zone de libre-échange des Amériques (en espagnol ALCA), promue par Washington et destinée à assurer son hégémonie, est née une contre-proposition : l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA). (...Lire la suite)
    Emir Sader | 10 mai 2006
  • A l’occasion du Quatrième sommet des Amériques, qui s’est tenu les 4 et 5 novembre dernier à Mar del Plata, en Argentine, nous publions une analyse des propositions et conflits entre pays et blocs de pays américains. La presse internationale a fait ses unes sur les incidents qui ont eu lieu pendant l’une des marches de protestation, sur la popularité chez les protestataires du président Chavez et de l’ex-footballeur Diego Maradona et sur l’absence (...Lire la suite)
    Eduardo Gudynas | 8 novembre 2005
  • Amériques : intégration ou désintégration continentale ?
    Considérer les projets d’intégration latino-américains exige de formuler quelques interrogations vitales. Une intégration pour qui ? Pour les secteurs privilégiés de ces sociétés ? Pour que les capitaux, qu’ils soient nationaux ou transnationaux, puissent circuler librement sur tout le continent ? Ou, au contraire, pour les peuples, pour les majorités appauvries, exclues, subordonnées ? Bilan des alternatives à la veille du troisième Sommet des peuples des Amériques de Mar del (...Lire la suite)
    Raphaël Canet , Nathalie Guay | 2 novembre 2005
  • L’importance du Venezuela dans la région est double : comme moteur d’une intégration régionale non alignée sur Washington, et par conséquent distincte de celle basée sur le libre-échange, et comme exemple de la possibilité d’envisager des politiques pour sortir du néolibéralisme. La « diplomatie pétrolière » conduite par le président Hugo Chavez est en train de devenir un puissant levier de l’intégration régionale qui, avec des accords concrets et effectifs, (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 17 août 2005
  • « Rendre le pétrole au peuple ! » L’objectif du gouvernement bolivarien est clair et clairement affiché. « Depuis l’arrivée au pouvoir du président Chavez, constate M. Antonio José Gonzalez, coordinateur de recherche à Provea, une association de défense des droits humains, malgré la corruption persistante et l’absence de contrôle de l’Etat, il y a effectivement eu une redistribution de la dépense publique en faveur des secteurs populaires. » Pour ce faire, (...Lire la suite)
    Barbara Vignaux | 1er août 2005
  • Le président du Venezuela était dans son élément à Brasilia durant le premier sommet de la Ligue arabe et de la Communauté sud-américaine des nations, servant de charnière entre deux mondes qui se rencontrent rarement, et sur lesquels il a basé sa politique extérieure : celui de l’intégration latino-américaine, son rêve bolivarien, et celui du pétrole, pilier de l’économie vénézuélienne et de sa propre diplomatie. La veille de la réunion, qui rassembla des chefs de 11 pays (...Lire la suite)
    Pascale Bonnefoy | 2 juin 2005
  • De l’intégration néolibérale à l’intégration populaire et solidaire
    Les Etats-Unis d’Amérique sont actuellement et en tous points la première puissance mondiale. Avec un produit intérieur brut (PIB) de 11,25 milliards de dollars par an, leur économie est de loin la plus développée du globe. Le pays qui les suit en terme de développement, le Japon, est 16 fois plus petit. Evidemment, l’essor d’il y a des décennies, la force qui les a caractérisés depuis le milieu du XIXème siècle et qui a permis que le XXème puisse être considéré comme un (...Lire la suite)
    Marcelo Colussi | 17 mai 2005
  • Tous les gouvernements latino-américains parlent d’intégration, mais les avancées concrètes pour la construire sont beaucoup plus difficiles que les simples déclarations. Après l’échec de la ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques ; en espagnol : ALCA), la région se trouve confrontée au défi de rester divisée, à la merci des intérêts des grandes puissances ou d’entamer le chemin vers l’unité continentale. Et même dans le cas où prédomineraient les thèses (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 16 mars 2005
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info