Corralito

En 2001, alors que tous les signes d’écroulement de l’économie argentine se manifestent, le Fonds monétaire international (FMI) pousse le gouvernement à réduire à zéro le déficit public. Ce dernier diminue alors ses dépenses d’éducation, de santé, d’aide sociale et retarde le paiement des salaires des employés de l’Etat. Il se rend alors compte qu’il ne va pas pouvoir répondre aux critères du FMI et annonce le gel des comptes en banques. Cette mesure, appelée corralito, est censée éviter la faillite du système bancaire. Les milieux d’affaires, informés à temps de la mesure, réussissent à faire sortir leurs devises du pays avant l’entrée en vigueur du corralito : la fuite des capitaux s’élève à 24 milliards de dollars en quelques jours, ce qui assèche complètement la place financière argentine.

RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info