Convivir / Coopératives de sécurité rurale

En 1994, le gouvernement colombien de César Guaviria (1990-94) adopte une loi qui réforme les entreprises privées de sécurité. Selon le père Javier Giraldo : « En s’appuyant sur cette loi, son successeur, le président Samper, émet un décret dans lequel il utilise certaines phrases de cette loi et forme un modèle de coopérative de sécurité privée rurale sous le nom de CONVIVIR. Toutes leurs caractéristiques, dans la réalité, étaient similaires à celles des paramilitaires. Leurs membres pouvaient être organisés et coordonnés par les militaires, recevoir des armes de ces militaires et leur fournir des informations. »
Les CONVIVIR commencent alors à se multiplier dans tout le pays. Notamment dans le département d’Antioquia, dont le gouverneur, de 1995 à 1997, est un certain Alvaro Uribe Vélez, actuel président de la République.
En 1999, face aux nombreux massacres commis par les CONVIVIR, la Cour constitutionnelle se pencha sur l’affaire. Elle reconnut que ces groupes étaient légaux, mais leur imposa juste quelques limites pour l’usage d’armes. Ils ne furent pas illégalisés. Ces limites provoquèrent une certaine autonomisation de ces groupes. Les CONVIVIR commencèrent à s’affaiblir. Dans certaines zones, la relation entre CONVIVIR et paramilitaires continua. L’ancien chef narco-paramilitaire Carlos Castaño délara à ce sujet : « Je ne vais pas nier qu’elles ont servi aux Autodéfenses[paramilitaires], mais nous n’avons pas tellement progressé grâce à elles. Ceux qui en ont profité, ce sont les narcotrafiquants qui se sont employés à monter de petites Convivir dans leurs propriétés... »

RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info