Zone de libre-échange des Amériques / Traités de libre-échange

Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), traités de libre-échange, consensus de washington, néolibéralisme, concurrence, transnationales, privatisations, dérégulation, dette extérieure, etc.

  • La ratification de l’Accord de libre-échange entre l’Amérique centrale, la République Dominicaine et les ‰tats-Unis, communément appelé le Central American Free Trade Agreement and Dominican Republic (CAFTA-DR), par les différentes législatures se déroule dans un climat survolté. Jusqu’ présent, le Salvador a été le premier pays entériner cet accord, le 18 décembre 2004. Le Honduras et le Guatemala ont suivi peu après, ratifiant respectivement les (...Lire la suite)
    Sylvie Dugas | 1er mai 2005
  • Entretien avec Denise Mendez, Attac-France.
    Il y a dix ans, les Etats-Unis ont fait un rêve qui s’avère un cauchemar pour les peuples d’Amérique latine. Il se nomme Zone de libre-échange des Amériques (ALCA) et devait entrer en vigueur le 1er janvier dernier. Néanmoins, face l’intensité des résistances citoyennes, Washington a effacé la dimension globale et symbolique de son projet. Place au pragmatisme et la multiplication des traités de libre-échange - bi- ou multilatéraux -, afin de quadriller son (...Lire la suite)
    Olivier Chavaz | 9 avril 2005
  • L’acceptation généralisée du libre-échange est un héritage évident du néolibéralisme. Les échanges sans barrières douanières favorisent les capitalistes des économies les plus avancées au détriment des pays sous-développés. Il n’existe pas d’avantages mutuels dans la spécialisation complémentaire, ni dans la satisfaction des besoins réciproques. Comme les entreprises métropolitaines [des pays dudit Nord] ont un meilleur niveau de productivité, (...Lire la suite)
    Claudio Katz | 31 mars 2005
  • Tous les gouvernements latino-américains parlent d’intégration, mais les avancées concrètes pour la construire sont beaucoup plus difficiles que les simples déclarations. Après l’échec de la ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques ; en espagnol : ALCA), la région se trouve confrontée au défi de rester divisée, la merci des intérêts des grandes puissances ou d’entamer le chemin vers l’unité continentale. Et même dans le cas où prédomineraient (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 16 mars 2005
  • Aujourd’hui, le projet de Zone de libre-échange des Amériques (ALCA) semble bel et bien moribond et la plupart des pays des Amériques cherchent profiter de ce hiatus pour mettre au point des stratégies alternatives qui se déploiraient en trois temps : premièrement, renforcer les accords régionaux existants ; deuxièmement, rescaper le système multilatéral et l’OMC, et, troisièmement, accélérer les négociations bilatérales et, surtout, les négociations (...Lire la suite)
    Dorval Brunelle | 12 janvier 2005
  • Contrairement une croyance répandue, les formules d’intégration que promeut la Maison blanche ne sont pas exclusivement ni de manière primordiale liées aux questions commerciales. La Zone de libre-échange des Amériques (ALCA) - qui n’a pas été abandonnée - et les traités de libre-échange (TLC) - en cours de négociation entre les EUA , la Colombie, l’Equateur et le Pérou - doivent être compris comme des instruments géopolitiques pour galvaniser un (...Lire la suite)
    René Báez | 29 novembre 2004
  • Intégration  pas de tortue
    Le rêve bolivarien devenu réalité ? L’intégration latino-américaine avance pas de tortue, si elle avance vraiment. € la pression étasunienne s’ajoutent de vieux comptes en suspens entre les pays de la région, des problèmes dérivés des politiques néo-libérales et, par-dessus tout, le poids des grandes entreprises - nationales ou multinationales - qui poussent les gouvernements favoriser leurs intérêts (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 7 septembre 2004
  • Le 18 mai dernier ont commencé les rondes de négociations du traité de libre échange entre la Colombie, le Pérou, l’Equateur et les Etats-Unis (EUA), au milieu d’une importante mobilisation sociale contre laquelle s’est exercée une répression militaire insolite de la part du gouvernement national. Le débat sur l’opportunité ou non de signer un traité de libre échange avec les Etats-Unis ramène au devant de la scène d’importants problèmes (...Lire la suite)
    ngel Libardo Herreño | 4 juin 2004
  • 1994-2004, 10ème anniversaire de l’ALENA
    Lorsqu’en 1993 les dirigeants des Etats-Unis, du Canada et du Mexique signent l’Accord de libre échange nord-américain (ALENA), ils assurent que la réduction des tarifs douaniers et la protection des investissements va accélérer la croissance, créer des emplois, renforcer la démocratie et permettre au Mexique de rejoindre le niveau de vie du « premier monde . Dix ans après l’entrée en vigueur de ce traité, les données empiriques sont loin de valider ces (...Lire la suite)
    Cédric Durand | 22 mai 2004
  • Quel est le bilan du néolibéralisme en Amérique latine ? A-t-il triomphé en s’imposant des gouvernements se réclamant d’un autre courant ? Ou a-t-il échoué en essuyant le rejet généralisé de la population ? La réponse dépend de l’aspect que l’on met en relief dans la définition du néolibéralisme, puisque ce modèle de domination capitaliste inclut une pratique économique, un projet d’accumulation ainsi qu’une offensive sociale destinée (...Lire la suite)
    Claudio Katz | 17 mai 2004
  • Les gouvernements « progressistes du continent, et plus particulièrement ceux d’Argentine et du Brésil, affrontent une situation délicate : promouvoir le virage de leurs économies « ouvertes - dépendantes des exportations et vulnérables aux caprices du capital financier - vers les besoins de leurs peuples. Cela semble un lieu commun, solidement ancré chez des gouvernants, des conseillers, des économistes, des dirigeants politiques et jusque dans une bonne partie (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 9 mai 2004
  • Interview de H. Mondragon, assesseur de la Convergencia Negra, Indigena y Campesina de Colombie
    Présent en Belgique pour participer un séminaire sur « La terre, marchandise ou droit de l’homme , Hector Mondragon est un analyste et observateur avisé de l’actualité économique et sociale colombienne. Il est actuellement assesseur de la Convergencia Negra, Indigena y Campesina de Colombia. Quand et comment fut imposé le néolibéralisme en Colombie ? « L’introduction du néolibéralisme en Colombie s’est faite en deux étapes. Nous sommes (...Lire la suite)
    Frédéric Lévêque | 8 mai 2004
  • Le nouveau partenariat entre le gouvernement bolivarien du Venezuela et le gouvernement de l’Argentine a ouvert une voie qui pourrait bien mener redessiner la carte géopolitique de l’Amérique du Sud. Peu importe si c’est intentionnel de la part de ces Etats, l’important est que ce processus est amorcé et qu’il affiche déj quelques résultats positifs. Le bloc commercial sud-américain "Mercosur" est resté paralysé durant les dernières années, (...Lire la suite)
    Emilio Guerrero | 4 mai 2004
  • Chantage et libre-échange au Mexique
    Le "bilatéralisme intensif" mis en pratique par Washington au Mexique depuis le début des années 80 a été un des ingrédients fondamentaux du processus qui a abouti la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Ce processus comprend des aspects historiques, géostratégiques ainsi que d’autres aspects liés aux mécanismes d’« intégration promus par l’instauration d’un régime créditeur au début des années 80. Cependant, (...Lire la suite)
    John Saxe-Fernández | 9 mars 2004
  • De l’urgente nécessité d’une alternative pour le développement
    Rapport écrit par l’auteur pour la Commission des Droits de l’Homme de l’O.N.U., Genève et présenté par le Centre Europe - Tiers Monde et par l’American Association of Jurists. Il y a un peu plus d’un siècle, lors de la conférence interaméricaine de Washington (1889), l’Amérique latine s’était vu proposer, déj , d’intégrer ses économies celle des ‰tats-Unis. Ce projet, qui comprenait une union douanière et, dans sa (...Lire la suite)
    Remy Herrera | 27 février 2004
  • Le Consensus de Washington critiqué
    Le Sommet de Monterrey n’a pas seulement été un échec pour les ambitions néo-mercantilistes de Washington qui prétendait recueillir le consensus des pays latino-américains autour des questions du terrorisme, de l’immigration et du libre-échange travers l’ALCA, mais il a également signifié l’implacable défaite pour l’opposition vénézuélienne de son projet droitier, ultra-réactionnaire et pro-yankee, défaite qui la maintient l’écart des (...Lire la suite)
    Antonio García Danglades | 2 février 2004
  • Chavez en tête de la lutte contre l’ALCA
    Une heure après la clôture du Sommet extraordinaire des Amériques, il est évident que l’objectif central pour lequel le gouvernement états-unien a convoqué cette rencontre n’a pas été atteint. € part les exceptions habituelles des derniers temps, l’Amérique du Sud ne s’est pas alignée derrière Washington, la date d’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange des Amériques (ZL‰A) n’a pas été ratifiée, les pressions pour (...Lire la suite)
    Luis Bilbao | 1er février 2004
  • Roger Noriega, sous-secrétaire aux Affaires hémisphériques du Département d’‰tat des ‰tats-Unis, a encore une fois reproduit les attitudes états-uniennes classiques d’ingérence dans les décisions politiques des pays latino-américains, dont ils n’attendent que servilité et docilité. Dans ses récentes déclarations au Conseil des Amériques - un petit groupe qui rassemble une fraction choisie de l’establishment de New York sous la tutelle de (...Lire la suite)
    Claudia Korol | 11 janvier 2004
  • Sur l’Aquifère guaraní, une des plus grandes réserves d’eau douce du monde
    L’activité supposée de groupes terroristes dans la zone de la « Triple frontière qui unit l’Argentine, le Brésil et le Paraguay a servi de prétexte aux Etats-Unis pour augmenter leur présence militaire dans la région et réaliser leur véritable objectif : s’emparer sans tambour ni trompette de l’Aquifère guaraní, la réserve d’eau la plus importante du monde, partagée par ces pays. L’auteure soutient que s’il est exploité de (...Lire la suite)
    Elsa M. Bruzzone | 7 janvier 2004
  • 2003 fut pour Washington une année pleine de défaites et d’échecs, plus particulièrement en Amérique Latine. L’instabilité économique et financière de l’empire, sa « guerre contre le terrorisme et l’échec patent du modèle néolibéral ont ouvert des brèches dans son hégémonie continentale. Devant l’embourbement de sa politique au Moyen Orient où elle n’a pu imposer sa ’Feuille de route’ et où aucun avenir pacifique ne (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 6 janvier 2004

0 | 20 | 40 | 60 | 80

RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info