Mercosur

Le Marché commun du Cône Sud, ou Mercosur, a été créé en 1991. Il rassemble  l’origine le Brésil, l€™Argentine, l€™Uruguay et le Paraguay. Le Venezuela a entamé son processus d’adhésion en décembre 2005. Plusieurs pays ont le statut de "pays associé" : la Bolivie et le Chili, depuis 1996 ; le Pérou, depuis 2003 ; la Colombie et l’Equateur, depuis 2004.

  • Le récent sommet des chefs d’Etat de la Communauté sud-américaine des nations (CSN) a mis en évidence tant les difficultés concrétiser une intégration basée sur les modèles du Marché commun du Sud (MERCOSUR) et de la Communauté andine des Nations (CAN), que la capacité d’initiative du président du Venezuela. (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 19 octobre 2005
  • Une dynamique populaire de résistance, qui s’est développée ces dernières années, a suscité des expectatives de changement en Amérique du Sud, particulièrement au Brésil et en Argentine. En 2002, un front politique hégémoniquement gauche gagnait les élections présidentielles au Brésil au moment où, dans les rues, le mouvement populaire argentin déployait toute sa force et sa créativité. Dans les deux cas, c’était un rejet des politiques hégémoniques, dites (...Lire la suite)
    Julio C. Gambina | 21 septembre 2005
  • Depuis le début, la politique extérieure du gouvernement Lula a cherché se différencier, dans la forme et dans le fond, de celles héritées du gouvernement antérieur. Ce n’était pas seulement dans l’attitude que la nouvelle politique extérieure se différenciait de la précédente. Les priorités ont changé, radicalement. Le Mercosur occupait désormais une place stratégique dans cette nouvelle orientation, au détriment de la Zone de libre-échange des Amériques (...Lire la suite)
    Emir Sader | 14 mai 2005
  • L’acceptation généralisée du libre-échange est un héritage évident du néolibéralisme. Les échanges sans barrières douanières favorisent les capitalistes des économies les plus avancées au détriment des pays sous-développés. Il n’existe pas d’avantages mutuels dans la spécialisation complémentaire, ni dans la satisfaction des besoins réciproques. Comme les entreprises métropolitaines [des pays dudit Nord] ont un meilleur niveau de productivité, (...Lire la suite)
    Claudio Katz | 31 mars 2005
  • Tous les gouvernements latino-américains parlent d’intégration, mais les avancées concrètes pour la construire sont beaucoup plus difficiles que les simples déclarations. Après l’échec de la ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques ; en espagnol : ALCA), la région se trouve confrontée au défi de rester divisée, la merci des intérêts des grandes puissances ou d’entamer le chemin vers l’unité continentale. Et même dans le cas où prédomineraient (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 16 mars 2005
  • Aujourd’hui, le projet de Zone de libre-échange des Amériques (ALCA) semble bel et bien moribond et la plupart des pays des Amériques cherchent profiter de ce hiatus pour mettre au point des stratégies alternatives qui se déploiraient en trois temps : premièrement, renforcer les accords régionaux existants ; deuxièmement, rescaper le système multilatéral et l’OMC, et, troisièmement, accélérer les négociations bilatérales et, surtout, les négociations (...Lire la suite)
    Dorval Brunelle | 12 janvier 2005
  • Au début des années 90, les Européens ont redécouvert l’Amérique du Sud avec les opportunités offertes par la démocratisation et la libéralisation de l’économie. Ils ont vu dans la création, en 1991, du MERCOSUR par l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, le début d’un processus analogue leur propre intégration. L’accord de Madrid signé en 1995 entre l’UE et le MERCOSUR invente le concept d’association (...Lire la suite)
    Jacques Tenier | 6 décembre 2004
  • La solide victoire de la gauche uruguayenne lors des élections du 31 octobre dernier n’arrive pas contrecarrer le virage de type conservateur qui se produit dans la région. La situation que devra affronter Tabaré Vazquez quand il prendra ses fonctions de président, le premier mars 2005, sera très différente des vents rénovateurs qui ont soufflé sur le Cône Sud au cours des premiers mois de 2003 ; des vents insufflés par le Consensus de Buenos Aires, signé par Nestor (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 13 novembre 2004
  • Intégration  pas de tortue
    Le rêve bolivarien devenu réalité ? L’intégration latino-américaine avance pas de tortue, si elle avance vraiment. € la pression étasunienne s’ajoutent de vieux comptes en suspens entre les pays de la région, des problèmes dérivés des politiques néo-libérales et, par-dessus tout, le poids des grandes entreprises - nationales ou multinationales - qui poussent les gouvernements favoriser leurs intérêts (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 7 septembre 2004
  • Le nouveau partenariat entre le gouvernement bolivarien du Venezuela et le gouvernement de l’Argentine a ouvert une voie qui pourrait bien mener redessiner la carte géopolitique de l’Amérique du Sud. Peu importe si c’est intentionnel de la part de ces Etats, l’important est que ce processus est amorcé et qu’il affiche déj quelques résultats positifs. Le bloc commercial sud-américain "Mercosur" est resté paralysé durant les dernières années, (...Lire la suite)
    Emilio Guerrero | 4 mai 2004
  • La crise énergétique de l’Argentine et la décision de ce pays de restreindre la vente de gaz au Chili ne provoque pas seulement des affrontements diplomatiques entre les deux pays mais crée un climat de tension en Bolivie où les organisations sociales s’opposent la vente du gaz bolivien l’Argentine parce qu’elles estiment que cette vente profitera au Chili et aux transnationales. L’Argentine vit une crise énergétique aiguë , qui se manifeste par (...Lire la suite)
    Eduardo Tamayo G. | 14 avril 2004
  • Au-del de la portée médiatique de la réunion où se sont retrouvés, Caracas [Sommet du G15], Néstor Kirchner et José Ignacio Lula da Silva, la possibilité de l’adoption par les gouvernements argentins et brésiliens d’une stratégie commune face au Fonds monétaire international (FMI) semble lointaine. Les deux présidents sont parvenus leur poste dans des situations dissemblables et distantes. Le président cubain, Fidel Castro, a été le premier  (...Lire la suite)
    Raúl Zibechi | 29 mars 2004
  • Le gouvernement de Bush a fixé deux priorités économiques pour l’Amérique latine : faire progresser l’ALCA [Zone de libre échange des Amériques] et renforcer le recouvrement de la dette externe. Les deux objectifs sont intimement mêlés et constituent deux aspects complémentaires de la domination impérialiste. La sujétion commerciale accentue les contraintes financières de la région et les transferts de devises vers le Nord facilitent la soumission du commerce (...Lire la suite)
    Claudio Katz | 1er décembre 2003

0 | 20

RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info