Référendum : interview de Hugo Chávez, président du Venezuela
par Arturo Cano
Article publi le 23 août 2004

Le mouvement réflexe du président Hugo Chávez Frías tarde trois minutes  venir : il met la main dans la poche de son costume gris et en sort un petit exemplaire de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela, €˜la bicha’ (littéralement, « le machin  », n.d.tr.) comme certains l’appellent ici. C’est avec cette Constitution qu’il a défait l’opposition par deux fois en 1999, qu’il a été réélu en 2000 et qu’il s’est soumis, avec succès,  l’épreuve du référendum révocatoire. Il ne lâchera pas le petit livre pendant toute l’interview.

Hugo Chavez, au terme de la "Marche de la Victoire", le 8 ao »t dernier. (Photo : Venpres)

Après avoir été ratifié au pouvoir par une élection inédite dans l’histoire électorale du Venezuela, le président Chávez passe en revue le travail de son gouvernement. Il assure que les plaintes de l’opposition devront être traitées auprès des tribunaux, et que ce n’est pas une question qui va occuper son temps : « J’ai gagné et je vais continuer de gouverner  ».

Malgré tout, il estime "possible" que certains secteurs de l’opposition cherchent une issue violente  la confrontation politique en cours depuis 2001. Cependant, il affirme que, pour l’instant, il a reçu "des signes positifs" de la part de certains milieux opposants, notamment les chefs d’entreprise, les évêques et certains dirigeants de médias. Mais ce n’est pas le cas des dirigeants de la Coordination démocratique [La plate-forme regroupant la plupart des groupes politiques d’opposition, ndlr] : « J’espère qu’ils vont finir par affronter et vaincre leurs propres démons  ».

Dans une interview exclusive accordée  La Jornada dans son bureau du Palais de Miraflores, Chávez soutient que ses presque 6 millions de votes, contre quelque 4 millions pour l’opposition, ne sont pas le reflet d’un pays coupé en deux. « Nous avons ici un pays ouvert et démocratique  ».

Parmi les multiples lectures qu’il donne  son triomphe, il y a celle du soutien  son projet de pays. En ce sens, il parle des missions, ses programmes sociaux qui, dit-il, vont devenir les institutions de base €˜du nouvel ‰tat social’. C’est ce qu’il veut dire lorsqu’il parle "d’approfondir le processus". De fait, en matière de paiement de la dette extérieure, de contrôle des taux de change, de politiques monétaire et budgétaire, Chávez estime qu’il y a « peu de choses  changer, tout simplement parce que ça marche  ». Et même s’il n’est pas "tout  fait satisfait", il estime qu’il faut tenir compte du fait que « si j’ai été ratifié avec 60% du vote populaire, c’est bien pour quelque chose  ».

Le président Chávez affirme aussi qu’il ne lèvera pas un doigt pour défendre les individus qui ont tiré des coups de feu sur une manifestation d’opposition lundi dernier [le 16 ao »t, ndlr], même s’il s’agit de partisans  lui : « Ils méritent tout le poids et la rigueur de la Loi, peu importe qui ils sont  ».

La première question est la même que celle posée par José Vicente Rangel, aujourd’hui vice-président, deux jours avant votre premier triomphe électoral. Dans un pays divisé, demandait-il, il est difficile de progresser et de gouverner ; pourrez-vous aller de l’avant et gouverner après le référendum ?

"Voil déj cinq ans que nous gouvernons. Même dans les journées les plus dures, nous n’avons pas cessé de gouverner. Je pense que même pendant les journées du coup d’‰tat.

Nous n’avons jamais cessé de gouverner, avec plus ou moins de difficulté. Ce n’est pas que je sois entièrement satisfait, mais si j’ai été ratifié avec 60% du vote populaire, c’est bien pour quelque chose. Cela veut dire que les succès du gouvernement ont été approuvés.

Tout d’abord, nous avons une nouvelle Constitution. Sous la IVè République, une Commission pour la réforme de l’‰tat a existé pendant vingt ans, sans pouvoir changer une virgule  la Constitution. Et nous, en un an, nous en avons rédigé une nouvelle. Quelle efficacité de gouvernement ! 1999 a été l’année de la nouvelle Constitution. 2000 celle de la ré-légitimation.

De votre réélection.

Tous les pouvoirs ont été ré-légitimés. Ce fut l’année de la naissance d’une nouvelle République. Un accouchement difficile, comme beaucoup d’accouchements, mais le fait est que nous avons pu naître. La nouvelle Constitution a été efficace, car nous aurions pu nous en tenir  la lettre,  ce petit livre. Combien de constitutions sont nées pour être aussitôt rangées au placard ? Elles n’ont eu aucun impact, car il n’y a pas eu de capacité  gouverner la situation.

Et 2001 a été l’année de la législation révolutionnaire...

Les lois €˜habilitantes’ (des pouvoirs spéciaux)

Nous avons élaboré 49 lois. Une par semaine. Des lois pour donner la vie  la Constitution. Pour influer directement sur la réalité et commencer  la changer. Quel succès pour un gouvernement qui réussit  élaborer 49 lois en moins d’un an ! Et nous avons commencé  les mettre en pratique.

Ce sont ces lois qui ont suscité les premières manifestations de rue de l’opposition

Bien s »r,  cause de ces élites... On ne peut pas dire que ceux qui ont voté contre Chávez et continuent de le faire ont atteint ce degré radical d’opposition qu’affiche la Coordination démocratique... Je ne crois pas qu’il soit correct de parler d’un pays divisé en deux blocs. Non. Je pense plutôt que le pays est ouvert et démocratique.

Lorsque nous avons commencé  appliquer les lois €˜habilitantes’, cela a déclenché la réaction furibonde de l’oligarchie. Puis vint le coup d’‰tat et le sabotage pour renverser le gouvernement. Quelle capacité de supporter la tempête ! Le bateau n’a pas coulé !

Mais il en a couru le risque

Certes, j’ai moi-même été sur le point de mourir. Nous avons été au bord d’une énorme conflagration intérieure. Les ‰tats-Unis avaient lancé tout leur pouvoir contre nous.
Les ‰tats-Unis ont soutenu le putsch militaire, la déstabilisation économique, par un appui financier, militaire, d’espionnage. George W. Bush a décidé que Hugo Chávez devait partir. Et pourtant, me voil ici, assis avec toi, dans le bureau présidentiel de Caracas. Autrement dit, même sous les pressions les plus fortes, même dans les eaux les plus houleuses, le bateau n’a pas coulé et ne coulera pas, avec l’aide de Dieu.

En fait, nous avons dépuré les Forces armées des putschistes ; nous avons relancé l’économie et cette année, nous somme en tête de la croissance en Amérique latine. Nous avons récupéré l’industrie pétrolière et produisons 3,2 millions de barils par jour, occupant la cinquième place au monde. Nous avons découvert les gisements de gaz les plus grands de tout le continent. Nous avons su attirer l’investissement étranger depuis la Chine jusqu’aux ‰tats-Unis. Et nous avons rejoint le Mercosur [Marché commun du Sud, rassemblant l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay. Créé en 1991. (ndlr)].

Dans le domaine politique, nous avons réussi  gagner le référendum, en surmontant de nombreuses difficultés. Nous avons su convoquer et motiver près de 10 millions d’électeurs aux urnes. Un record !

Dans le domaine social, il y a les missions révolutionnaires : nous avons alphabétisé 1,5 million de personnes en un an ; nous avons construit 200 mille logements ; nous avons octroyé 2,5 millions d’hectares aux gens qui n’avaient pas de terre ; nous avons triplé les crédits accordés aux pauvres.

Des conduites pathologiques

Bien. Mais vous avez également connu un putsch, des grèves, des collectes successives de signatures. La légende populaire rapporte que vous auriez dit  Gustavo Cisneros (l’homme d’affaires vénézuélien qui représente la 2e plus grande fortune d’Amérique latine) « toi et moi, on va finir par s’entretuer  ». Pensez-vous que tout cela va terminer après le référendum ? Craignez-vous, ou estimez-vous, que des secteurs d’opposition pourraient tenter une issue violente ?

C’est possible. Mais je n’ai jamais dit,  personne, que nous allions nous entretuer. J’ai dit que nous pouvions finir par nous entretuer. J’ai une grande foi en la vie. Après le référendum, le monde entier a reconnu notre triomphe, sauf ce petit groupe qui, selon moi, affiche une conduite pathologique, voire digne d’un psychiatre...

Vous avez parlé de dissociation psychotique...

Oui, c’est vrai. Hier, je voyais un dirigeant d’opposition et je me suis dit que certains d’entre eux sont incurables. Un peu comme si, aux Jeux olympiques, un boxeur tombait, était évacué sur une civière, avec les médecins l’aspergeant d’eau, mais qui ne se réveille pas, pendant que les spectateurs ne reconnaissent toujours pas le triomphe du vainqueur. C’est un KO, bien s »r, tellement que même Washington le reconnaît. Mais l’opposition tombe dans le ridicule. Ceux qui ont voté contre moi sont dans leur plein droit, mais la plupart d’entre eux sont en vacances, ou restent chez eux. Seul 1% passe dans les médias,  essayer de voir comment prouver une éventuelle fraude, ou d’entacher un référendum aussi transparent.

Vous allez collaborer  ce que tous les doutes soient levés ?

Non, moi pas. J’ai gagné et je vais continuer de gouverner.

Cela incombe au Conseil national électoral.

Si l’opposition, insiste, obstinément, qu’elle s’adresse aux tribunaux. De mon côté, j’ai été une nouvelle fois reconnu en tant que président du Venezuela, de Moscou  Washington, en passant par Québec et Buenos Aires. Et je vais continuer de gouverner.

Le président Chávez annonce alors ses prochaines activités  l’étranger. Il va se rendre au Brésil, "pour un sommet avec Lula" ; en Europe,  l’invitation du président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, et, bien entendu, dans des pays pétroliers comme la Russie et l’Iran.

« J’ai beaucoup de travail, je ne vais pas me laisser coincer ici par une folie  », précise-t-il.

« Je les connais très bien [mes opposants].  »

Avant le référendum de dimanche, vos collaborateurs insistaient sur le fait que la violence ne viendrait pas du chavisme, car de ce côté, il y a un commandement, un leadership, un contrôle. Mais les faits survenus sur la place Altamira jettent une ombre sur les résultats de ce référendum.

De fait, c’est justement ce qu’ils voulaient.

Hugo Chavez, au terme de la "Marche de la Victoire", le 8 ao »t dernier. (Photo : Venpres)

Malheureusement, ils ont réussi. Eux, ces dirigeants irresponsables de l’opposition, qui traînent derrière eux toute une histoire macabre et dont les mains sont tachées de sang. Lors du coup d’‰tat, ce sont eux qui ont cherché les morts.

Pendant des mois, ils ont cherché  provoquer un mort. Et quand enfin il y parviennent, ils font la fête. "‡a y est, on en a un pour accuser Chávez". Un truc macabre, fasciste. Ils ont convoqué une manifestation [en avril 2002], puis ont mené leurs propres troupes  la tuerie, pour ensuite dire au monde que Chávez les avait massacrées. Quel calcul pervers et assassin ! C’est le genre de choses qui abonde dans les milieux de la soi-disant Coordination démocratique. Malades. Je crois qu’ils sont malades de pouvoir. Quand c’est eux qui gouvernaient le pays, ils faisaient disparaître des gens, ils en tuaient, ils volaient tout leur so »l, jamais ils n’ont ressenti quoi que ce soit pour la pauvreté. Je pense qu’ils ont perdu une bonne partie de leur condition humaine. Je le pense vraiment, parce que je les connais très bien.

Tout le poids de la Loi

Dimanche dans la nuit [le 15 ao »t 2004, jour du référendum, ndlr], le président Chávez admet qu’il était "préoccupé de voir s’éterniser" l’annonce des résultats du référendum. La raison, explique-t-il, est que Jimmy Carter et César Gaviria, les observateurs internationaux, ont demandé au CNE de ne pas publier le premier bulletin, prêt "vers une ou deux heures du matin", jusqu’ ce qu’ils aient pu parler avec l’opposition.

Au dire de Chávez, l’ex-président étasunien et le Secrétaire général de l’OEA ont tenté "d’éviter ce qu’ils n’ont pu éviter". Ainsi, rapporte Chávez, pendant la réunion avec les opposants, Carter et Gaviria ont dit ceci  la Coordination démocratique : « Vous devez le reconnaître, car les résultats que va donner le CNE sont les mêmes que les nôtres  ». Même SUMATE, l’ONG qui fait les calculs électoraux pour l’opposition, « leur avait dit que Chávez avait gagné, mais eux, ils avaient leur plan de violence, parce qu’ils savent que jamais ils ne vont gagner un référendum contre nous  ».

Même avec ces chiffres, affirme Chávez, après l’annonce du CNE avant l’aube du lundi, l’opposition décide "de lancer un appel  la désobéissance,  des manifestations". Dans les rues, explique le président vénézuélien, il y a eu "peu de dirigeants" de la CD, car peu sont ceux qui ont répondu  l’appel.

« Ici  Caracas, sur la place Altamira  nouveau, il n’y avait pas plus de 200 personnes. Pourquoi ces 200 personnes sont-elles descendues dans la rue ? Pour répondre  l’appel de ces irresponsables. € l’aube de ce jour-l , ils auraient d » dire au pays "Nous reconnaissons le triomphe du NON, nous félicitons le peuple et vive la démocratie !". Et aussi dire  leurs partisans d’aller se reposer, tout comme j’ai appelé les miens  faire la fête sainement puis d’aller se reposer.  »

Près de la place Altamira, les opposants ont bloqué la circulation, puis un groupe de motocyclistes est arrivé. Après une échauffourée, certains d’entre eux ont sorti leurs armes et ont tiré. Bilan : une dame décédée et plusieurs blessés.

Le président nous informe que deux des individus qui ont tiré ont déj été appréhendés, mais il précise que l’enquête est toujours en cours pour déterminer  quel groupe ils appartiennent.

Par contre, Chávez en est s »r, ces individus "n’appartiennent pas au Comando Maisanta, ni aux partis qui me soutiennent, car nous avons de la discipline, nous avons des commandements qui fonctionnent au niveau des barrios".

Et vous n’allez pas les protéger ?

"Absolument pas. Il faut leur appliquer tout le poids de la Loi, dans toute sa rigueur. Mais quoi qu’il en soit, il importe aussi de se demander, afin d’évaluer la situation avec recul, pourquoi ces deux groupes en sont arrivés  l’affrontement  cet endroit. Il est indubitable que si la direction irresponsable de l’opposition, au lieu de reconnaître le triomphe populaire, en appelle  le désobéissance et  la prise des places publiques, alors il y a aussi des secteurs de l’autre camp qui disent : "Nous aussi nous allons descendre dans la rue !". C’est alors que commence pour nous la tâche terrible de devoir freiner nos partisans. Si ces gens sont des groupes qui soutiennent le gouvernement, ils ont agi pour leur propre compte et  leurs risques et périls. De tels faits ont sans aucun doute entaché la victoire, et nous regrettons beaucoup la perte d’une vie humaine."

Une corruption jusqu’ la moelle

Dans les barrios, parmi vos bases, on écoute de nombreuses histoires de sectarisme, de rejet des partis, de corruption. Une dame m’a dit qu’il fallait "une révolution dans la révolution"

C’est un processus qui a déj commencé. J’ai dit que 2004 serait l’année de la révolution dans la révolution. Bien s »r, quand les révolutions meurent, elles meurent pour de bon. Mais ici, cela est devenu bien vivant et le processus doit se ressourcer, se renforcer  chaque pas en avant. Il y a beaucoup de lectures possibles, ainsi que de nombreux fronts de bataille.

Bien s »r qu’il y a de la corruption au Venezuela. Nous avons une culture de corruption qui existe depuis un demi-siècle. Créée justement par ces gens qui forment la Coordination démocratique : les gens d’AD [Action démocratique, ndlr] et de COPEI, qui s’enrichissaient.

J’ai un ami, dans mon village natal, qui a été maire. Il appartenait au parti COPEI et il est très honnête. Une fois son mandat terminé, il avait la même voiture, la même petite maison rurale, la même femme. Et la plupart des gens disaient : "Qu’il est bête ! Il n’en a pas profité, il n’a rien volé !".

Le président Chávez affirme que la corruption des partis traditionnels « s’est étendue  tout le pays. C’est une des grandes batailles qu’il nous reste encore  livrer : la révolution morale. Il y a encore de la corruption. J’ai d » chasser certaines personnes du gouvernement. Des gens en qui je croyais beaucoup. Et donner l’ordre d’ouvrir des enquêtes. Or, qu’est-il arrivé ? Presque toutes les accusations que j’ai formulées ou dossiers dont j’ai ordonné l’ouverture, restent lettre morte, perdus dans les méandres d’un Pouvoir judiciaire qui reste gangrené par la même corruption et par les partis Action démocratique et Copei. Mais cette fois, cela va commencer  changer. J’en suis s »r, parce que la nouvelle Loi sur le Tribunal supérieur de justice a été approuvée et, sous peu, l’Assemblée nationale va désigner de nouveaux magistrats. Ceci nous permettra d’analyser  fond tous les tribunaux pour chasser les juges corrompus ou trop couards pour agir.  »

C’est cette Loi qu’ont critiquée des institutions de défense des droits humains très réputées, comme l’organisation Human Rights Watch.

"Réputées pourquoi ?"

Reconnues pour leur travail un peu partout, et même pour leur condamnation du gouvernement des ‰tats-Unis.

"Je remets en question ces réputations, en tout cas en ce qui concerne le Venezuela.

Face  la situation au Venezuela, nombre de réputations ont été dénudées et remises  nu.

Cette Loi entre parfaitement dans le cadre de la Constitution. L’opposition a cherché  la boycotter parce qu’il ne lui convient pas d’avoir des juges impartiaux. Moi, on m’a enlevé [lors du coup d’Etat, ndlr], puis le Tribunal suprême de justice a décrété que j’avais été gardé "par des militaires pleins de bonnes intentions". Et les putschistes sont encore en liberté. Moi, j’ai d » ronger mon frein le jour où le Tribunal suprême a pris cette décision. Et je n’ai eu d’autre choix que d’appeler le peuple  obéir, car les gens voulaient aller incendier le Tribunal. Désormais, cette Loi va commencer  être appliquée, afin de sanctionner les délits de col blanc, pour punir la corruption, ancienne et nouvelle.

De la corruption dans mon gouvernement ? Face  toute suspicion fondée, j’ai chaque fois ordonné la destitution des fonctionnaires et l’ouverture d’enquêtes qui sont aux mains du Pouvoir judiciaire. Cela fait partie de cette révolution morale en marche. Et cette vieille culture de la corruption des partis AD et Copei, qui a envahi la société jusqu’ la moelle, cela prendra quelques années pour l’extirper du pays, et surtout un grand exemple."

Les missions, embryon du développement endogène

Hugo Chávez votant au referendum révocatoire. (Photo : Venpres)

Dirigeants et analystes de l’opposition reconnaissent qu’une des clés du triomphe de Chávez a été l’ensemble des missions, programmes sociaux de santé et d’éducation entrepris il y a un an grâce aux ressources de Petróleos de Venezuela (PDVSA).

Chávez précise que ces programmes "doivent peu  peu devenir les institutions de base du nouvel ‰tat social. Surtout la mission « Barrio Adentro  », qui se transforme déj en institution, en système national public de santé. Il faudra l’élargir, la renforcer, pour que...

Pour qu’un jour elle n’ait plus besoin des médecins cubains...

Bien s »r. Dans deux mois, quelque 300 jeunes vénézuéliens devraient rentrer de Cuba, leur diplôme de médecin en poche, après avoir étudié pendant cinq ans l -bas. Ces jeunes vont rejoindre Barrio Adentro. Nous en avons envoyé 500 autres déj . Et ici aussi, dans certaines universités, nous avons doublé les inscriptions aux facultés de médecine. Idem pour la mission €˜Vuelvan Caras’, une mission structurelle, qui nous permet de commencer  transformer le modèle socioéconomique, surtout parce que nous transférons peu  peu la propriété aux pauvres, nous les formons sur le plan technique et nous créons dans tout le pays ce que nous avons appelé des €˜noyaux endogènes de développement’, afin de donner vie au modèle endogène de développement national."

Sur le plan macroéconomique, prétendez-vous aussi lancer une révolution ?

"C’est l un terrain qui nous a permis de commencer  lancer un processus de transformation. Ici, il y a peu de choses  changer, tout simplement parce que ça marche. En matière de paiement de la dette extérieure, aucun changement n’est prévu. Nous l’avons d’ailleurs allégée énormément. Nous l’avons restructurée, si bien qu’elle ne nous empêche plus désormais d’aller de l’avant dans le processus de transformation. En matière de taux de change, nous ne pensons pas déroger le contrôle en place, car il nous a permis de consolider nos réserves internationales. La politique monétaire reste aux mains de la Banque centrale et je ne pense pas que cela change non plus. Sur le plan budgétaire, nous allons continuer notre politique expansionniste d’investissement public, pour ainsi dynamiser le pays et même attirer l’investissement privé. Nous n’allons absolument pas suivre les politiques du Fonds monétaire international, qui impose toujours  nos pays des mesures de restrictions budgétaires, de réduction des programmes sociaux."

Mais vous traitez avec le FMI

"Nous faisons partie du FMI. Nous y avons des milliards de dollars."

Mais vous n’en acceptez las les recettes.

"Ce n’est pas que nous sommes les ennemis du FMI, ou que nous ne voulons même pas en entendre parler. J’ai reçu ici des représentants du FMI, je les ai écoutés et eux aussi m’ont écouté. Mais pour nous, nous avons ici notre propre recette."

Quand l’opposition va-t-elle s’asseoir avec votre gouvernement ?

Je l’ignore, mais il y quelques bons signes.

La prise de position de l’organisation patronale Fedecámaras ?

"Oui. J’ai déj demandé au vice-président de tenter une première approche. Et j’ai également reçu quelques signes positifs de la part de certains évêques et des dirigeants de certains médias. Mais les partis... J’espère qu’ils vont finir par affronter et vaincre leurs propres démons."

Source : La Jornada (www.jornada.unam.mx/), México, 19 ao »t 2004.

Traduction de l’espagnol : Gil B. Lahout,pour RISAL.

Les opinions exprimes et les arguments avancs dans cet article demeurent l'entire responsabilit de l'auteur-e et ne refltent pas ncessairement ceux du Rseau d'Information et de Solidarit avec l'Amrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info