Cuba √ l’aube de l’√©lection pr√©sidentielle √©tasunienne de 2004
par Salim Lamrani
Article publiť le 29 octobre 2004

A quelques jours de l’√©ch√©ance √©lectorale qui d√©cidera qui, des candidats M. George Bush et M. John Kerry, aura la lourde responsabilit√© d’habiter la Maison blanche, la politique agressive de Washington envers Cuba a suivi son cours, fid√®le √ ses objectifs d√©clar√©s, √ savoir l’an√©antissement du syst√®me soci√©tal de l’Ile. En plus de sa campagne internationale de propagande, l’administration Bush a accru ses actions, non d√©pourvues d’impudence, destin√©es √ harceler un peu plus la population cubaine. [1]

Les nouvelles sanctions √©conomiques, impos√©es en mai 2004 par le rapport de M. Colin L. Powell, touchent cruellement les Cubains de l’Archipel, ainsi que les citoyens √©tasuniens d’origine cubaine. Les restrictions inflig√©es aux deux populations ont s√©rieusement nuit √ leur bien-√™tre. Par exemple, les visites familiales des citoyens r√©sidant aux Etats-Unis ont √©t√© limit√©es √ un voyage √ Cuba tous les trois ans, ce qui a d√©bouch√© sur de tragiques situations comme le cas de Mme Enma Cruz. Mme Cruz, √Ęg√©e de 74 ans et r√©sidente de Miami, n’a pas √©t√© autoris√©e √ se porter au chevet de sa fille, Mme Irma Rodales, √Ęg√©e de 49 ans, atteinte d’un grave cancer et qui vivait √ Cuba. Cette derni√®re a succomb√© √ la maladie le 22 juillet 2004 sans que sa m√®re n’ait pu l’assister dans les derniers instants de sa vie. Le Bureau de contr√īle des biens √©trangers (OFAC) du D√©partement du Tr√©sor a rejet√© la demande de voyage de Mme Cruz, sans m√™me daigner r√©pondre √ l’urgente sollicitation. [2] Plusieurs drames familiaux similaires √ celui-ci ont √©clat√© aux Etats-Unis et se sont heurt√©s √ l’impitoyable indiff√©rence des autorit√©s de Washington.

Cette bouleversante affaire ne fait que r√©v√©ler un peu plus la d√©termination de l’administration Bush √ r√©duire en cendres le projet r√©volutionnaire cubain. Mme Cruz attend toujours l’autorisation du D√©partement du Tr√©sor pour pouvoir enfin aller se recueillir sur la tombe de sa fille et partager sa douleur avec ses petits-enfants. ¬« On parle beaucoup d’humanit√© ici mais je ne la vois nulle part ¬ », a-t-elle d√©clar√© abattue. [3]

Cons√©cutivement √ la mise en place des mesures d√©cr√©t√©es par le rapport intitul√© ¬« Commission for Assistance to a Free Cuba ¬ » (Commission de soutien √ une Cuba libre), un avion militaire de type C-130 Commando Solo, a √©t√© mis √ disposition permanente pour la transmission des programmes de subversion, d√©j√ existants, de Radio et TV Mart√≠, destin√©s √ fomenter l’√©migration ill√©gale vers les Etats-Unis. [4] La strat√©gie de Washington est tr√®s claire et suit un parcours extr√™mement logique. D’abord, la recrudescence des sanctions √©conomiques entra√ģne de p√©nibles difficult√©s pour les Cubains de l’Ile, qui ne peuvent recevoir que des sommes d’argent s√©v√®rement limit√©es de leurs parents vivant aux Etats-Unis. [5] Ensuite, le nombre de visas accord√©s par la Section des int√©r√™ts nord-am√©ricains (SINA) de La Havane aux personnes souhaitant √©migrer l√©galement a √©t√© consid√©rablement r√©duit, en violation avec l’accord de 1994 sign√© par le pr√©sident William Clinton qui pr√©voit l’octroi de 20 000 visas par an. [6] Enfin, les programmes de Radio et TV Mart√≠ incitent √ l’√©migration ill√©gale, en invoquant le Cuban Adjustment Act de 1966 (Loi d’ajustement cubain), qui conc√®de automatiquement le droit de r√©sidence d√©finitive pour tout Cubain ayant touch√© le sol √©tasunien. [7]

Contrairement aux apparences, ce plan n’a rien d’irrationnel. En effet, en plus de la port√©e propagandiste que peut repr√©senter l’√©migration ill√©gale pour raisons √©conomiques - que la presse internationale s’empressera de requalifier pompeusement de ¬«  fuite d’un r√©gime totalitaire vers la libert√© ¬ » - cette strat√©gie est cens√©e d√©boucher sur une intervention arm√©e des troupes √©tasuniennes √ Cuba. Washington a explicitement menac√© Cuba de repr√©sailles militaires en cas de nouveau flux migratoire vers les Etats-Unis. M. Roger Noriega, d’origine cubaine, proche de l’extr√™me droite cubaine de Floride et ultraconservateur, √©galement secr√©taire d’Etat adjoint aux Affaires de l’h√©misph√®re am√©ricain, a tenu les propos suivants : ¬« Nous avons d√©j√ averti le gouvernement cubain que les Etats-Unis consid√®rent comme une menace √ leur s√©curit√© nationale toute tentative de manipuler ou de provoquer une √©migration massive vers nos c√ītes ¬ ». [8]

Une √©ventuelle √©lection de M. John Kerry √ la pr√©sidence, si elle marquerait une diff√©rence par rapport √ l’approche fanatique et fondamentaliste de l’administration Bush, ne devrait pas occasionner de grands changements dans la politique cubaine de Washington. Celle-ci ne refl√®te, par ailleurs, que la continuit√© d’un processus imp√©rialiste vieux de plus de deux si√®cles. En effet, M. Kerry, dans une surench√®re √©lectoraliste, a fustig√© le gouvernement de La Havane qui, selon lui, constitue ¬« un grand obstacle pour le triomphe de la d√©mocratie ¬ » en Am√©rique latine. M. Kerry n’a pas fondamentalement tort, si l’on daigne traduire ladite rh√©torique qui remonte √ 1959. Cuba constitue, en effet, ¬« un grand obstacle ¬ » ... √ l’h√©g√©monie √©tasunienne sur le continent. Et cela reste inacceptable pour Washington. [9]

D’ailleurs, les extr√©mistes cubains, tels que M. Joe Garc√≠a, ancien directeur ex√©cutif de la Fondation nationale cubano-am√©ricaine (FNCA), n’ont pas h√©sit√© √ investir, de mani√®re strat√©gique, le camp d√©mocrate, pour s’assurer qu’en cas de victoire de M. Kerry, celui-ci reste fid√®le √ la politique agressive et interventionniste en vigueur contre Cuba. M. Garc√≠a, qui avait ouvertement pris position contre les r√©centes mesures prononc√©es par le clan Bush, est actuellement membre du Parti d√©mocrate et y effectue un intense lobbying en faveur du maintien des sanctions unilat√©rales contre la population cubaine. [10]

Quant au secr√©taire d’Etat, M. Colin Powell, il n’est pas demeur√© en reste. M. Castro, ce qui dans le langage politico-diplomatique √©tasunien revient √ dire ¬« la R√©volution cubaine ¬ », ¬« n’a jamais cess√© d’√™tre un probl√®me ¬ » pour l’h√©misph√®re am√©ricain, selon lui. [11] Le D√©partement d’Etat a m√™me accus√© le gouvernement cubain de fomenter la subversion en Colombie et au Venezuela, en faisant r√©f√©rence √ la ¬« pr√©sence d’un nombre important de personnel cubain ¬ », dans le pays de M. Hugo Ch√°vez. Le porte-parole de M. Powell, M. Richard Boucher, omet √©videmment de signaler que le personnel en question est int√©gralement form√© de m√©decins et de professeurs qui oeuvrent dans les r√©gions les plus pauvres de ladite nation. Apparemment, quelle que soit l’issue de l’√©lection pr√©sidentielle, l’agression de Washington contre Cuba constituera toujours l’axe principal des relations entre les deux pays. [12]

La guerre que m√®ne l’actuelle administration √©tasunienne contre les Cubains est √©galement intellectuelle. En effet, les ouvrages et travaux acad√©miques, scientifiques et culturels effectu√©s √ Cuba sont imm√©diatement plac√©s sur une liste noire et sont interdits aux Etats-Unis, car ils entrent dans le cadre des sanctions √©conomiques. Cet aspect est compl√®tement ignor√©e par la presse internationale qui, par contre, n’h√©site pas √ stigmatiser le ¬« monopole de la pens√©e ¬ » dans l’Archipel des Cara√Įbes. Un groupe d’auteurs et de maisons d’√©ditions √©tasuniens, souhaitant publier les travaux r√©alis√©s √ Cuba, a intent√© un proc√®s au D√©partement du Tr√©sor en charge de l’application de ces mesures, sans grandes chances de succ√®s. ¬« Il ne devrait pas y avoir d’embargo sur les id√©es ¬ », a d√©clar√© Mme Janet Francendense, responsable de la Temple University Press, √ ce sujet. [13]

Plusieurs groupes d’√©ditions tels que la Association of American Publishers’/Professional/Scholarly Publishing Division (AAP/PSP), la Association of American University Presses ainsi que la Arcade Publishing se sont port√©s partie civile dans le proc√®s qui se tient √ New York. ¬« Comment les Etats-Unis peuvent-ils soutenir notre position en tant que phare du libre-√©change d’id√©es et de science si nous-m√™mes nous censurons les auteurs √ cause de leur origine ? ¬ », a questionn√© M. Marc Brodsky, pr√©sident de la AAP/PSP.. [14]

En octobre 2004, le D√©partement d’Etat a refus√© d’accorder un visa √ pr√®s de 65 universitaires cubains qui avaient √©t√© invit√©s √ participer √ la r√©union annuelle de l’Association des √©tudes latino-am√©ricaines (LASA), qui avait lieu √ Las Vegas, du 7 au 9 octobre 2004. Cet √©v√®nement est sans pr√©c√©dents et souligne le point de quasi non-retour atteint par le clan Bush dans son fanatisme anti-cubain. Dans le pass√©, le D√©partement d’Etat avait d√©j√ refus√© d’allouer des visas √ certains universitaires mais jamais √ toute une d√©l√©gation. ¬« C’est la premi√®re fois que cela arrive ¬ », a affirm√© M. Michael Erisman, professeur du D√©partement de Sciences politiques de l’Universit√© d’Etat de l’Indiana. Les d√©marches entreprises par LASA aupr√®s des responsables politiques n’ont pas abouti, malgr√© la mobilisation d’une grande partie du monde acad√©mique √©tasunien et de certains congressistes r√©publicains et d√©mocrates. ¬«  Je pense que cette d√©cision est tr√®s lamentable ¬ », a soulign√© Mme Uva de Arag√≥n, sous-directrice de l’Institut des √©tudes cubaines de l’Universit√© internationale de Floride (FIU). ¬« Interdire la rencontre avec des professeurs cubains, dans ce cadre acad√©mique, ne favorise pas l’√©change d’id√©es qui est si important pour Cuba ¬ », a-t-elle d√©plor√©. [15]

Le gouvernement √©tasunien a justifi√© sa d√©cision par le fait que les universitaires √©taient des fonctionnaires de l’Etat cubain. Le porte-parole du D√©partement d’Etat, M. Richard Boucher, a expliqu√©, le plus s√©rieusement du monde, qu’ils repr√©sentaient un danger pour les Etats-Unis. ¬« Nous pensons que cela n’est pas cons√©quent avec nos int√©r√™ts ¬ », a-t-il notifi√©. ¬«  Il n’est pas appropri√© que ce groupe de fonctionnaires du gouvernement de Cuba - universitaires - vienne √ une conf√©rence pour diss√©miner la ligne de son parti ¬ », a averti M. Boucher. [16]

Cette d√©cision a une dialectique interne √ la strat√©gie de d√©stabilisation de la soci√©t√© cubaine. En effet, la campagne de propagande et de d√©sinformation lanc√©e par Washington et l’extr√™me droite cubaine de Floride n’a pas de limites et est r√©v√©rencieusement relay√©e par les transnationales de l’information. Il convient donc aux autorit√©s √©tasuniennes de maintenir leur propre population dans ce brouillard id√©ologique, ce qui leur permet de l√©gitimer leur arbitraire harc√®lement du peuple cubain. Tout √©change entre les deux peuples nuit √ la manŇ“uvre imp√©riale qui, pour √™tre men√©e √ bien, doit maintenir l’opinion √©tasunienne dans l’ignorance la plus compl√®te en ce qui concerne la probl√©matique cubaine. Cela explique pourquoi les citoyens des Etats-Unis n’ont pas le droit de visiter Cuba, en contradiction avec la Constitution de leur pays, sous peine de se voir infliger une condamnation pouvant aller jusqu’√ 10 ann√©es de r√©clusion criminelle. Les universitaires cubains risquaient de mettre √ mal la tactique de l’administration Bush, d’o√Ļ ce refus.

Les grossi√®res campagnes d’intoxication m√©diatique lanc√©es contre Cuba disposent d’un √©ventail d’attaques vari√©. L’une des accusations prof√©r√©es par Washington consistait √ d√©crire l’Ile comme un dangereux centre de prolif√©ration d’armes biotechnologiques. Cependant, une enqu√™te men√©e √ Cuba par des experts du Center for Nonproliferation Studies (CNS), bas√© √ Washington, a conclu que les charges des autorit√©s √©tasuniennes √©taient infond√©es. Il n’y a ¬« pas une seule preuve confirmant cette all√©gation ¬ », a d√©clar√© M. John Tucker, chercheur aupr√®s du CNS. [17]

Le commerce de la dissidence mis en place par Washington et M. James Cason, chef de la SINA de La Havane a clairement montr√© ses limites. En effet, les groupes de ¬« militants des droits de l’homme ¬ », comme sont c√©r√©monieusement qualifi√©s par la presse internationale les opportunistes qui n’h√©sitent pas √ mettre en danger la vie de leurs concitoyens ainsi la souverainet√© de leur propre nation pour une poign√©e de dollars, se d√©chirent entre eux. M. Elizardo San Pedro Mar√≠n, un ¬« dissident ¬ », a √©t√© accus√© par ses confr√®res exer√ßant le m√™me m√©tier d’√™tre un agent √ la solde du gouvernement cubain. Ses liens avec l’organisation terroriste Alpha 66, dont le dirigeant, M. Andr√©s Nazario Sarg√©n, passa de vie √ tr√©pas le 6 octobre 2004, √ l’√Ęge de 88 ans [18], n’ont pas emp√™ch√© ses coll√®gues de lancer des diatribes contre sa personne. [19]

Les raisons de ce scandale qui touche les ¬« professionnels de la dissidence ¬ » rel√®vent probablement du probl√®me de la r√©partition des subventions re√ßues depuis l’√©tranger. En effet, plusieurs ¬« membres de la soci√©t√© civile ¬ » se sont plaints de ne pas avoir re√ßu les √©moluments promis pour leurs activit√©s, et ont accus√© leurs comparses de ne pas proc√©der √ une redistribution √©quitable des financements per√ßus.

La malencontreuse chute de M. Fidel Castro, le pr√©sident cubain, lors d’une c√©r√©monie √ Santa Clara, a √©t√© l’objet d’un impressionnant et inou√Į battage m√©diatique. Les images ont fait le tour du monde et l’encre a coul√© √ flots dans les r√©dactions des principaux journaux internationaux pendant plusieurs jours. La jubilation √©tait g√©n√©rale et irrationnelle, agr√©ment√©e de sp√©culations aussi √©parses que saugrenues. [20] Dans le m√™me temps, Washington interdisait √ une entreprise n√©erlandaise, Intervet, de vendre un vaccin vital dans la lutte contre le cancer, car le rem√®de contenait 10% d’un antig√®ne produit aux Etats-Unis, au d√©triment des patients cubains atteints par cette maladie. Pas un mot n’a √©t√© report√© dans la presse internationale. Ce constat indique le degr√© de libert√© intellectuelle et de scrupules √©thiques atteints par la soci√©t√© occidentale, √ une √©poque o√Ļ le cynisme est devenu une vertu. [21]

Notes :

[1Salim Lamrani, ¬« Guerre de propagande contre Cuba : Le Sommet de Prague ¬ », RISAL, 30 septembre 2004. article.php3 ?id_article=1130 (site consult√© le 30 septembre 2004).

[2Wilfredo Cancio Isla, ¬« Fuerte impacto de las medidas de Bush en los viajes a Cuba ¬ », El Nuevo Herald, 4 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 5 octobre 2004).

[3Wilfredo Cancio Isla, ¬« Demora en permiso empide a madre ver a su hija moribunda en Cuba ¬ », 4 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 5 octobre 2004).

[4Colin L. Powell, Commission for Assistance to a Free Cuba, (Washington : United States Department of State, mai 2004). http://www.state.gov/documents/orga... (site consult√© le 7 mai 2004).

[5Ibid.

[6Felipe P√©rez Roque, Nous ne comptons pas renoncer √ notre souverainet√©, Conf√©rence de presse offerte par le ministre des Relations ext√©rieures de la R√©publique de Cuba le 9 avril 2003 (La Havane : Editora Pol√≠tica, 2003), pp. 20-21.

[7Department of State ¬« Cuban Adjustment Act ¬ », Public Law 89-732, 2 novembre 1966, Office of Cuban Affairs, Bureau of Western Hemisphere. http://www.usembassy.state.gov/hava... (site consult√© le 28 janvier 2003).

[8Pablo Alfonso, ¬« Washington advierte a Cuba que no tolerar√° nueva ola de balseros ¬ », El Nuevo Herald, 2 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 2 octobre 2004).

[9El Nuevo Herald, ¬« Kerry ataca a Castro y responde a Powell ¬ », 7 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 7 octobre 2004).

[10Karl Ross, ¬« Exile : President Bush Has Failed to Bring Democracy to Cuba ¬ », The Miami Herald, 22 septembre 2004. http://www.miami.com/mld/miamiheral... (site consult√© le 25 septembre 2004).]

La FNCA a ouvertement apport√© son soutien √ son ancien directeur ex√©cutif. Ainsi, M. Jorge Mas Santos, pr√©sident de la FNCA, a admis qu’il s’agissait purement d’une question de strat√©gie : ¬« Nous ne voulons pas que la portion progressiste du Parti d√©mocrate guide la politique envers Cuba ou la pens√©e envers Cuba. Il est important d’assurer nos arri√®res parce que nous ne savons pas qui remportera [les √©lections] en novembre et nous ne pouvons pas √™tre irresponsables au point de laisser le destin de Cuba entre les mains d’une personne ou d’un parti ¬ ».[[Cuban American National Foundation, ¬« Executive Director of CANF Leaves to Join Democrats ¬ », septembre 2004. http://www.canf.org/2004/principal-... (site consult√© le 25 septembre 2004).

[11El Nuevo Herald, ¬« Preocupa a Washington papel de Castro en Venezuela y Colombia ¬ », 10 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 11 octobre 2004).

[12Warren P. Strobel, ¬« Castro Still a Problem, Powell Says ¬ », The Miami Herald, 8 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/miamiheral... (site consult√© le 25 septembre 2004).

[13Christina Hoag, ¬« Suit’s Topic : Ban On Cuban Books ¬ », The Miami Herald, 28 septembre 2004. http://www.miami.com/mld/miamiheral... (site consult√© le 29 septembre 2004).

[14Christina Hoag, ¬« Quieren levantar el embargo sobre libros cubanos ¬ », El Nuevo Herald, 28 septembre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 29 septembre 2004).

[15Pablo Alfonso, ¬« Niegan las visas a 64 acad√©micos cubanos ¬ », El Nuevo Herald, 30 septembre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 30 septembre 2004).

[16El Nuevo Herald, ¬« Firme Washington en su negativa de visas ¬ », 8 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 30 septembre 2004).

[17Nancy San Martin, ¬« No Evidence Cuba Working on Bioweapons, Expert Says ¬ », The Miami Herald, 22 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/miamiheral... (site consult√© le 23 octobre 2004).

[18Elaine de Valle, ¬« Anti-Castro Group Leader Dies ¬ », The Miami Herald, 8 octobre 2004. http://www.miami.com/mld/miamiheral... (site consult√© le 9 octobre 2004).

[19Wilfredo Cancio Isla, ¬« Afirman que disidente es un esp√≠a castrista ¬ », El Nuevo Herald, 29 septembre 2004. http://www.miami.com/mld/elnuevo/ne... (site consult√© le 30 septembre 2004).

[20Mary Jordan, ¬« Castro Falls, but Says He’s ‚€˜in One Piece’ ¬ », The Washington Post, 22 octobre 2004 : A16.

[21Granma Internacional, ¬« Estados Unidos impide la venta de vacunas a Cuba ¬ », 12 octobre 2004. http://www.granma.cu/espanol/2004/o... (site consult√© le 13 octobre 2004).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info