L’Uruguay passe √ gauche
par Ximena Federman , Mercedes L. San Miguel
Article publiť le 1er mars 2005

L’Uruguay "se met bien ample [1]
par Mercedes López San Miguel
article en espagnol

L’Uruguay s’appr√™te au changement. Le socialiste Tabar√© V√°zquez, membre de la coalition Encuentro Progresista - Frente Amplio (EP-FA), deviendra ce mardi 1er mars le premier pr√©sident de gauche dans l’histoire du pays. Les alliances de pouvoir des traditionnels partis "Blancos" et "Colorados" et leur alternance au pouvoir ont pris fin. La coalition de gauche jouit d’une majorit√© parlementaire pour gouverner, dans un nouveau contexte latino-am√©ricain : la rejet des gouvernements n√©olib√©raux qui ont marqu√© la d√©cennie 90.

Le 31 octobre dernier, le EP-FA a obtenu la victoire √ l’√©lection pr√©sidentielle au premier tour. Ceci, plus la majorit√© au Parlement, dessine un panorama encourageant de gouvernabilit√© pour Tabar√© V√°zquez. Cet oncologue de 65 ans, n√© √ Montevideo, avait perdu les deux √©lections ant√©rieures et jur√© qu’il se retirerait de la politique s’il ne gagnait pas lors de cette troisi√®me tentative. Tabar√© a agi comme arbitre √ l’int√©rieur de la coalition h√©t√©rog√®ne qu’int√®grent diff√©rentes forces de gauche, parmi lesquelles des membres des ex Tupamaros [gu√©rilla urbaine des ann√©es 70, ndlr]. En plus de commander une coalition de centre-gauche semblable √ celle qui a port√© au gouvernement du Br√©sil le leader du Parti des travailleurs, Lula da Silva, il partage d’autres aspects avec le pr√©sident du Br√©sil : les deux sont d’origine modeste et sont parvenus √ la pr√©sidence apr√®s avoir parcouru un long chemin.

Dans le cas de Tabar√©, en 1994 et 1999, sa force politique ne lui a pas permis d’acc√©der au pouvoir en raison des alliances que tiss√®rent les partis Colorado et Nacional contre lui. Auparavant lors des √©lections de 1989, V√°zquez avait gagn√© la municipalit√© de Montevideo, et depuis ce moment jusqu’√ aujourd’hui, son parti est au pouvoir dans ce district, le plus important du pays. Durant la derni√®re campagne, V√°zquez a √©t√© oblig√© de refroidir ses ardeurs devant les craintes des march√©s financiers. Son premier signal a √©t√© de nommer Danilo Astori comme ministre de l’√©conomie au cas o√Ļ il parviendrait √ la pr√©sidence. Cette d√©signation de campagne a tranquillis√© les march√©s : Astori a un discours mod√©r√© sur les organismes multilat√©raux financiers et de cr√©dit. Dans les cercles politiques et patronaux, on croit qu’il appliquera son discours √ sa gestion.

Avec le changement de gouvernement √ Montevideo, l’h√©g√©monie au Parlement de la coalition dont le Frente Amplio est √ la t√™te coexistera avec un engagement programmatique de tout le spectre politique sur les politiques de l’Etat. Cet engagement facilitera aussi l’incorporation de fonctionnaires du parti Nacional dans les entreprises publiques, face au refus des Colorados de l’offre frenteamplista. L’Uruguayen sera le seul parlement latino-am√©ricain domin√© par une coalition de gauche, avec √ sa t√™te deux membres remarqu√©s de la gu√©rilla tupamara, le s√©nateur Jos√© Mujica et la d√©put√©e Nora Castro.

Au niveau international, le prochain gouvernement d’Uruguay se propose de relancer le Mercosur [March√© commun des pays du C√īne sud], d’impulser la Communaut√© sud-am√©ricaine des nations, de renouer les relations avec Cuba et de maintenir de bonnes relations avec les Etats-Unis malgr√© leurs diff√©rences id√©ologiques. L’entr√©e en de fonction de V√°zquez s’ajoute √ un important changement de tendance vers des gouvernements progressistes en Am√©rique du Sud, sa politique ext√©rieure ne sera pas √©loign√©e de ce ph√©nom√®ne. “Il y a un arc vertueux avec Lagos au Chili, qui passe par Kirchner en Argentine, par Lula au Br√©sil, par V√°zquez en Uruguay, par le Venezuela avec la politique sociale de Ch√°vez”, a affirm√© le futur ministre des affaires √©trang√®res, Reinaldo Gargano. Cet "arc vertueux” existe parce qu’il y a un mod√®le n√©oconservateur qui a d√©truit la r√©alit√© sud-am√©ricaine”, a-t-il dit en r√©f√©rence au fait que sur un continent de 400 millions d’habitants, il y a 200 millions de pauvres.

Le gouvernement sortant du Colorado Jorge Batlle - au pouvoir depuis 2000 avec le soutien des Blancos (parti Nacional) - s’est d√©marqu√© du Mercosur et a cherch√© √ ouvrir de nouveaux march√©s apr√®s l’importante chute des exportations uruguayennes vers l’Argentine et le Br√©sil suite √ la d√©valuation dans ce dernier pays en 1999 et √ la crise du premier en 2001. Batlle quitte le gouvernement avec l’insatisfaction de la majorit√© des habitants, refl√©t√©e lors des √©lections qui ont rel√©gu√© √ la troisi√®me place son parti Colorado, lui laissant seulement 3 s√©nateurs sur 31 et 10 d√©put√©s sur 99. Le nouveau gouvernement reprendra imm√©diatement les relations avec Cuba, suspendues depuis avril 2002, suite √ un √©change d’insultes entre Fidel Castro et Batlle, apr√®s que l’Uruguay ait propos√© √ la Commission des droits de l’homme de l’ONU une inspection sur la situation de ces droits dans l’√ģle.

Tabar√© est consid√©r√© comme l’h√©ritier politique du d√©funt g√©n√©ral L√≠ber Seregni - qui fonda le Frente Amplio au d√©but de 1971. Maintenant, la phrase de Seregni “le Frente Amplio s’est transform√© en une grande force nationale” peut √™tre paraphras√©e : le FA est maintenant la force gouvernante.

*******

Entretien avec Nora Castro, nouvelle présidente de la Chambre des Députés
par Ximena Federman
article en espagnol

Que signifie historiquement l’entr√©e en fonction d’un pr√©sident socialiste ?

L’entr√©e en fonction de Tabar√© V√°zquez signifie un virage historique. Pour la premi√®re fois en 34 ans de lutte, une force de gauche acc√®de au pouvoir. Les √©lections du 31 octobre dernier ont impliqu√© une lutte pour gagner, gouverner et pouvoir changer les choses.

Comment se d√©roule le passage de l’opposition au gouvernement ?e

Rodolfo Novoa Nin (vice-pr√©sident) a toujours dit "changer le "chip" est courageux" (elle rit). Ce n’est pas un changement qui va avoir lieu du jour au lendmain. C’est un processus qui implique d’apprendre √ se positionner comme gouvernement.

Croyez-vous que vous pourrez satisfaire toutes les expectatives que suscite le nouveau gouvernement ?

C’est un sac que l’on charge jour apr√®s jour et qui se fait chaque jour plus compliqu√©. Ceci est un des plus grands risques. Mais on courre ce type de risque quand on assume la responsabilit√© √ n’importe quel niveau politique et aussi dans la lutte sociale. Tabar√© dit que ce peuple a chang√© le 31 octobre avec les √©lections. Maintenant les gens ont une lumi√®re d’espoir, qui nous oblige √ ne pas la d√©cevoir. Le 15 f√©vrier, apr√®s les actes protocolaires d’entr√©e en fonction du nouveau parlement, nous avons pris un bain de foule, les gens nous prenaient dans leurs bras en nous disant "vous n’allez pas nous d√©cevoir”. C’est tr√®s fort. Les gens ont plein d’espoir, il y a un haut niveau d’expectatives. Mais cela va exiger d’√™tre serein. Ceci n’est pas tr√®s uruguayen. Mais je crois qu’on peut le faire, je ne le dis pas par optimisme biologique mais parce que je vois qu’il y a une disposition pour travailler.

Comment croyez-vous que sera l’opposition ?

Nous esp√©rons qu’elle se comporte comme une opposition, une opposition responsable qui marque ses diff√©rences et d√©nonce ce qu’il y a √ d√©noncer.

Quelles sont les priorit√©s du programme du gouvernement ?

Notre priorit√©, ce sont les grandes couches appauvries et paup√©ris√©es de la population. Nous allons mettre un place un plan d’urgence pour nous occuper des milliers d’Uruguayens et Uruguayennes qui vivent sous le seuil de pauvret√©. A la diff√©rence des autres pays d’Am√©rique latine, ce plan se base sur un revenu de base par le travail. La tendance est de les incorporer aux postes de travail et d’amplifier l’acc√®s √ la sant√© et √ l’√©ducation. C’est notre marque. Notre projet est que le peuple exerce la citoyennet√© pour acc√©der √ ses droits et avancer dans le processus de d√©mocratisation de la soci√©t√©.

El la relation avec les autres pays de la r√©gion ?

Nous croyons qu’il n’y a pas de projets r√©els s’il n’y a pas d’int√©gration. Nous ne voulons pas nous limiter aux sujets douaniers ; nous voulons aussi une compl√©mentarit√© productive, scientifique et technologique.

Que signifie que pour la premi√®re fois une femme soit la pr√©sidente de la Chambre des d√©put√©s ?

C’est une avanc√©e. En 1943 y sont entr√©es les deux premi√®res femmes, en 2005 il y en a 11. C’est une avanc√©e tr√®s lente mais aussi tr√®s significative. Je ne suis pas f√©ministe dans le sens o√Ļ je ne crois pas que la lutte entre hommes et femmes soit la principale contradiction dans le monde. Il y a beaucoup de types de discriminations mais il me semble que toutes sont encadr√©es dans les contradictions de classe. Je sens que les hommes et aussi les femmes ont un l√©ger sourire et se demandent : “Elle pourra le faire ?”. Et bien, l’histoire le dira.

*******

Entretien avec l’√©crivain uruguayen MARIO BENEDETTI
par Ximena Federman
article en espagnol

Quelles expectatives avez-vous avec l’entr√©e en fonction de Tabar√© ?

Les expectatives sont nombreuses, il y a beaucoup d’espoir, sp√©cialement apr√®s tant de gouvernements conservateurs, avec des propositions peu transparentes et avec beaucoup de corruption. Je crois que ce nouveau gouvernement a des intentions plus propres. Tabar√© V√°zquez a choisi, en plus, des collaborateurs tr√®s capables, intelligents, professionnellement tr√®s valables et surtout honn√™tes. La corruption est termin√©e.

Il pourra satisfaire les expectatives des Uruguayens ?

Cela va √™tre difficile. Je dis toujours en plaisantant √ moiti√© que Tabar√© V√°zquez a toujours √©t√© sportif, jeune il √©tait gardien de but. Maintenant qu’il est au gouvernement, il va devoir arr√™ter beaucoup de tirs au but. Je crois qu’il va pouvoir les arr√™ter. Il y a une √©norme joie dans le peuple qui √©tait absente, il y a beaucoup d’espoir. Mais on ne peut pas attendre non plus un changement du jour au lendemain. Il faut prendre en compte le pays qu’ils nous ont laiss√©, il y a un haut niveau de pauvret√© et beaucoup de gens qui vivent en-dessous du seuil de pauvret√©. Ce sont
les priorités du nouveau gouvernement.

Comment croyez-vous que la transition se d√©roulera pour le FA entre la force d’opposition qu’il a √©t√© et celle de gouvernement qu’il va √™tre ?

C’est un gouvernement politiquement invaincu, vu qu’il a toujours √©t√© dans l’opposition. Il a toujours nettement signal√© les d√©fauts des diff√©rents gouvernements. Mais l’√©tat du pays qu’il re√ßoit est √©galement tr√®s clair. Mais il sait comment l’am√©liorer et le convertir en un pays ind√©pendant. On peut se tromper mais se tromper parce qu’on re√ßoit de l’argent, parce qu’on est corrompus, c’est diff√©rent. Nous nous sommes tous tromp√©s mais quand l’erreur vient de l’argent, c’est tr√®s triste [2]. Le programme que va suivre la nouvelle force est bas√© sur la raison et ils ont expliqu√© les m√©thodes qu’ils vont suivre pour le mener √ bien.

Comment pensez-vous que sera le r√īle de l’opposition, sp√©cialement en tenant en compte que le Frente Amplio a la majorit√© dans les deux chambres ?

Je crois que le parti Colorado, qui est sorti en troisi√®me position lors des √©lections, apr√®s avoir √©t√© leader, va √™tre une opposition plus n√©gative. Il me semble que le parti Blanco sera plus raisonnable. Je crois qu’ils vont collaborer, accepter des postes. Ceci est important parce que Tabar√© V√°zquez s’est montr√© ouvert, je ne crois pas qu’il soit ferm√© ou fanatique. Il va √™tre diff√©rent des partis traditionnels, qui refusaient toute opportunit√© √ la gauche.

Quel type de relations pensez-vous qu’ils tenteront de construire avec les voisins de la r√©gion ?

C’est un bon moment pour ces relations. Le Mercosur est une id√©e int√©ressante, tellement int√©ressante et s√©ductrice que d’autres pays veulent l’int√©grer. C’est pour quelque chose.

Tabar√© a annonc√© qu’il renouera les relations diplomatiques avec Cuba.

Les relations s’√©taient rompues √ cause d’attitudes imprudentes de Batlle. De la m√™me mani√®re qu’il a dit qu’ en Argentine, “ils √©taient tous voleurs, du premier au dernier" et ensuite il a demand√© pardon. Le pardon est quasiment pire que l’insulte ant√©rieure.

Comment sera la relation avec les Etats-Unis durant ce second mandat de Bush ?

Il me semble que la relation va souffrir de quelques changements √©videmment. L’attitude de ce pays ne va pas √™tre la m√™me qu’avec Battle. Il y a eu une r√©ception √ l’ambassade des Etats-Unis √ laquelle le Frente Amplio n’a pas √©t√© invit√©. Je crois que ceci est un sympt√īme.

Notes :

[1Traduction de "Uruguay se pone bien amplio".

[2Il fait r√©f√©rence √ l’achat des votes, pratique courante en Am√©rique du Sud. (ndlr)

Source : Pagina/12 (http://www.pagina12web.com.ar/), 27 f√©vrier 2005.

Traduction : Fab (santelmo@no-log.org).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info