Interview de Luis Macas, pr√©-candidat du mouvement indig√®ne √ la pr√©sidence
Luis Macas : ¬« On nous donne des coups pour pr√©server le mod√®le ¬ »
par Pablo Stefanoni
Article publiť le 4 août 2006

Luis Macas a √©t√© le dirigeant de l’historique soul√®vement indig√®ne de 1990, d√©put√© du mouvement Pachakutik entre 1996 et 1998 et ministre de l’Agriculture de Lucio Guti√©rrez en 2003. Il est avocat et linguiste et a √©t√© recteur de l’Universit√© interculturelle des nationalit√©s et des peuples. ¬« Les dipl√īmes m’ont √©t√© utiles pour 10% de ma carri√®re, le reste je l’ai appris dans les communaut√©s ¬ », quantifie le dirigeant indig√®ne dans une interview √ Pagina/12, au si√®ge de son parti.

Dans quelle situation se trouve le mouvement indig√®ne √©quatorien ? Les sondages semblent vous √™tre d√©favorables.

Deux semaines apr√®s ma nomination [comme pr√©-candidat √ l’√©lection pr√©sidentielle] par le mouvement indig√®ne, nous sommes encore en train de mettre en place ma candidature. Nous proposons ma pr√©-candidature en vue d’arriver √ une large unit√© mais, jusqu’√ maintenant, il s’est av√©r√© difficile de parvenir √ des consensus. Nous sommes aujourd’hui en train de discuter des noms avant de pr√©parer un projet commun.

Vous avez re√ßu mardi (13/06) l’appui d’Evo Morales. Quelle en est votre analyse ?

Je crois, tout d’abord, qu’il y a une identit√© commune entre les peuples indig√®nes de Bolivie, d’Equateur, du P√©rou et de Colombie, mais on peut aussi √©tablir tr√®s clairement qu’il y a une identit√© politique commune qui se manifeste aujourd’hui dans cet appui moral et politique du pr√©sident Morales pour avancer dans ce processus historique. Il est le premier pr√©sident indig√®ne depuis 500 ans et √ notre avis qu’il gouverne tr√®s bien, c’est pour cette raison que nous l’avons nomm√© pr√©sident des indig√®nes d’Am√©rique et que nous allons proposer sa candidature pour le prix Nobel de la Paix.

Hugo Ch√°vez appuie Rafael Correa  [1] ?

Je ne pourrais pas vous dire si Ch√°vez appuie Correa, mais il est vrai que certains mouvements bolivariens en Equateur sont avec lui et certainement qu’√ travers eux ils disposent d’une certaine sympathie de la part de Ch√°vez, qui a aussi manifest√© son soutien au mouvement indig√®ne, bien qu’il n’y ait pas eu de dialogue direct.

Le soul√®vement contre Oxy  [2] et le trait√© de libre-√©change (TLC, sigles en espagnol)  [3] ont redynamis√© la Conf√©d√©ration des Nationalit√©s Indig√®nes d’Equateur (CONAIE) ?

Le mouvement indig√®ne a subi un revers sous le gouvernement de Lucio Guti√©rrez [4] (2003-2005), ce n’est pas la premi√®re fois qu’on nous donne des coups pour pr√©server le mod√®le n√©olib√©ral contre lequel nous luttons, mais la politique de Guti√©rrez nous a frapp√©s d’autant plus que nous l’avions appuy√©e. Ce ne sont pas seulement les mobilisations contre Oxy et le TLC qui ont r√©affirm√© le positionnement du mouvement indig√®ne, ce sont √©galement les luttes pour emp√™cher la privatisation des services publics et pour la souverainet√© nationale. Nous nous sommes fermement oppos√©s √ l’adh√©sion au Plan Colombie [5]. Aujourd’hui, l’Equateur est totalement conditionn√© par le projet du Nord, comme on peut le voir √ propos de la base de Manta [6] pour, soi-disant, lutter contre le narcotrafic.

Pourquoi croyez-vous que les sondages donnent autant de soutien √ Lucio Guti√©rrez ?

Je crois et je ne crois pas aux sondages. Je pense que c’est une manŇ“uvre de la droite qui commence √ le laisser s’exprimer librement pour pr√©senter sa candidature, bien que pour le moment il en soit emp√™ch√©, et pour diviser les votes de notre tendance. Mais je ne le crois en aucune mani√®re en condition de passer au second tour. Les gens n’ont pas perdu la m√©moire sur le d√©sastre qu’a √©t√© son gouvernement ; du moins dans nos organisations de base, Guti√©rrez n’a aucun appui.

Notes :

[1[NDLR] Ex-ministre de l’Economie de Alfredo Palacio, Rafael Correa est consid√©r√© comme un ¬« Stiglitz √©quatorien ¬ » par un analyste politique. Il est le candidat de Alianza Pa√≠s aux √©lections pr√©sidentielles d’octobre 2006. Il disposerait de la sympathie du pr√©sident v√©n√©zu√©lien Hugo Ch√°vez.

[2[NDLR] Le 15 mai 2006, le gouvernement √©quatorien a r√©sili√© le contrat d’exploitation de l’entreprise transnationale Occidental Petroleum Corporation (OXY) qui op√©rait dans l’ouest du pays suite √ des irr√©gularit√©s l√©gales commises par l’entreprise. Il s’agit sans conteste d’une victoire du mouvement social qui r√©clamait depuis longtemps l’expulsion de cette transnationale √©tats-unienne.

[3[NDLR] Lire √ ce propos Angel Guerra Cabrera, le mouvement indig√®ne √©quatorien rel√®ve la t√™te, RISAL, 17 mars 2006.

[4[NDLR] Consultez le dossier ¬« La trahison de Lucio Gutierrez ¬ » sur le RISAL.

[5[NDLR] Consultez le dossier ¬« Plan Colombie / Initiative andine ¬ » sur le RISAL.

[6[NDLR] En 1999, les gouvernements √©quatorien et √©tats-unien signaient une convention octroyant, pour une p√©riode de 10 ans renouvelables, l’usage de la base militaire de la c√īte pacifique de Manta √ l’arm√©e nord-am√©ricaine. Les bases navale et a√©rienne de Manta, en √‰quateur, sur la c√īte, √ une heure de vol de la fronti√®re colombienne sont sous la juridiction exclusive de Commandement Sud (US SouthCom) des forces arm√©es √©tats-uniennes. Manta est un centre de commandement de la marine et de l’aviation, dirigeant notamment des op√©rations cl√©s des mercenaires de la Dyncorp.

Source : Pagina/12 (www.pagina12.com.ar/), Buenos Aires, 16 juin 2006.

Traduction : Marie-Jos√© Cloiseau, pour le RISAL (www.risal.collectifs.net).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info