Equateur
Rafael Correa : de missionnaire sal√©sien √ pr√©sident
par Virginia Scardamaglia
Article publiť le 20 mars 2007

Dans un continent nettement catholique, des repr√©sentants de la nouvelle gauche laissent de c√īt√© le mat√©rialisme dialectique et le la√Įcisme r√©publicain pour s’appuyer sur le message transformateur de la th√©ologie de la lib√©ration.

La th√©ologie de la lib√©ration est arriv√©e au pouvoir en Equateur. Marqu√© par une √©ducation catholique durant toute sa vie, le pr√©sident Rafael Correa est le porte-drapeau de cette id√©ologie, qui a pour principes l’option pour les pauvres et le d√©veloppement humain. Correa plaide en faveur d’une r√©volution citoyenne, consistant en un changement radical, profond et rapide du syst√®me politique, √©conomique et social en vigueur. ¬« Un vrai chr√©tien ne peut pas permettre un tel niveau d’in√©galit√© ¬ », a-t-il soulign√© durant sa campagne dans laquelle il s’est d√©fini comme humaniste, chr√©tien et de gauche. ¬« Humaniste car pour moi la politique et l’√©conomie sont au service de l’homme. Chr√©tien car je me nourris de la doctrine sociale de l’Eglise et de gauche car je crois en l’√©quit√©, la justice et la supr√©matie du travail sur le capital ¬ », a affirm√© le dirigeant.

Correa est n√© dans une famille de classe moyenne basse et a commenc√© sa formation religieuse d√®s son enfance, puisque ses parents avaient de profondes convictions catholiques. Il a fait ses √©tudes primaires et secondaires au Coll√®ge San Jos√© La Salle de sa Guayaquil natale et a pass√© son enfance et sa prime jeunesse dans la paroisse de Pedro Carbo, o√Ļ il a int√©gr√© le mouvement Boy Scout et a collabor√© avec les p√®res lasallistes √ des activit√©s culturelles et religieuses. Ses camarades d’√©cole s’en souviennent comme d’une personne juste, qui affrontait ceux qui essayaient d’abuser des plus petits, une qualit√© que, selon les dires de Correa lui-m√™me, il √©tendra au gouvernement.

Il a r√©ussi sa formation acad√©mique gr√Ęce aux bourses qu’il a obtenues en √©tant un √©l√®ve appliqu√©. Ses passages par l’Universit√© catholique de Santiago de Guayaquil et par l’Universit√© catholique de Louvain-la-Neuve en Belgique, un centre intimement li√© √ l’humanisme renaissant, o√Ļ il a √©tudi√© l’√©conomie, ont permis de renforcer les valeurs chr√©tiennes qu’on lui a inculqu√©es depuis son enfance.

Mais ce qui l’a marqu√© pour toujours a √©t√© le volontariat qu’il a effectu√© pendant un an - entre 1986 et 1987 - √ son retour en Equateur. Correa a particip√© √ la mission des p√®res sal√©siens dans la paroisse rurale Zumbahua de la province de Cotopaxi, √ la population majoritairement indig√®ne. ¬« C’est l√ que j’ai fait ma v√©ritable ma√ģtrise ¬ », a pour coutume de dire Correa. Il faut dire que t√Ęter les conditions de vie pr√©caires des indig√®nes, qui ont m√™me affect√© sa sant√© puisqu’il a √©t√© contamin√© par la gale, ont √©branl√© son jeune esprit. ¬« Correa a une grande sensibilit√© sociale, qui vient de sa formation religieuse. Quand quelqu’un se trouve avec des gens plus pauvres, il reste marqu√©. Il se sent appel√© √ faire quelque chose pour eux ¬ », a affirm√© √ P√°gina 12 l’ex-pr√™tre Eduardo Delgado, qui a √©t√© recteur de l’Universit√© polytechnique sal√©sienne. A Zumbahua, le jeune Correa a cat√©chis√©, √©t√© professeur de math√©matiques, a form√© des instituteurs indig√®nes et cr√©√© un r√©seau de micro-entreprises rurales. Parmi ses √©l√®ves a m√™me figur√© l’actuel pr√©fet de Cotopaxi, Cesar Umajinga.

Correa a peut-√™tre eu son contact le plus proche avec la th√©ologie de la lib√©ration durant cette ann√©e dans la sierra [zone montagneuse, les Andes, ndlr], puisque dans la mission de Zumbahua les sal√©siens cherchent √ combiner l’√©vang√©lisation des paysans indig√®nes avec leur d√©veloppement humain, en se basant tant sur la th√©ologie de la lib√©ration que sur la p√©dagogie de l’opprim√© de Paulo Freire. Ce lieu a tant de signification pour Correa qu’un jour avant son investiture officielle, un rituel a √©t√© c√©l√©br√© √ Zumbahua au cours duquel des repr√©sentants de peuples indig√®nes lui ont remis le b√Ęton de commandement [symbole de pouvoir et d’autorit√©, ndlr] et l’ont lav√© des ¬« mauvaises √©nergies ¬ », comme une mani√®re de lui confirmer leur appui. Au cours du rituel, une messe a √©t√© c√©l√©br√©e par le p√®re sal√©sien Luigi Ricardi et on y a rappel√© le d√©funt monseigneur Leonidas Proa√Īo, une personnalit√© de r√©f√©rence de la th√©ologie de la lib√©ration en Equateur.

Toutes ces influences ont form√© Correa qui a pris ses fonctions de pr√©sident le lundi 15 janvier. Le mandataire n’a pas peur d’√™tre clair sur son message lib√©rateur, lequel a pris forme dans son discours d’investiture. ¬« La nouvelle conduite √©conomique de l’Equateur donnera la priorit√© √ une politique digne et souveraine, c’est-√ -dire, plus que lib√©rer des march√©s, lib√©rer le pays des atavismes et des puissants int√©r√™ts nationaux et internationaux qui le dominent, avec une claire option pr√©f√©rentielle pour les plus pauvres et oubli√©s et en faisant passer l’√™tre humain avant le capital. ¬ »

Sa proposition de gouvernement est bas√©e sur cinq axes de r√©formes ou ¬« r√©volutions ¬ » : r√©volution constitutionnelle et d√©mocratique, r√©volution √©thique, r√©volution √©conomique et productive, r√©volution √©ducative et sanitaire et r√©volution pour la dignit√©, la souverainet√© et l’int√©gration latino-am√©ricaine. ¬« Correa consid√®re qu’il doit offrir toutes les possibilit√©s de l’Etat pour d√©velopper des projets sociaux qui diminuent l’iniquit√© √©conomique et sociale du pays ¬ », a affirm√© au cours d’une conversation t√©l√©phonique Vladimirio Alvarez Grau, ex-recteur de l’Universit√© catholique de Guayaquil, o√Ļ a √©tudi√© l’√©conomiste.

Correa a d√©j√ fait les premiers pas dans cette direction. Il a doubl√© le bon de d√©veloppement humain [1], augment√© les d√©lais aux paysans en retard [de remboursement de cr√©dits, ndlr] aupr√®s de la Banque nationale de financement, r√©duit son propre salaire et ceux des fonctionnaires du gouvernement et est en train de se pr√©parer pour la consultation populaire qui d√©cidera de l’installation de l’Assembl√©e nationale constituante. ¬« Mon r√™ve est de voir un pays sans mis√®re, sans enfants des rues, une patrie sans opulence, mais digne et heureuse. Une patrie amie, partag√©e entre tous ¬ », a-t-il affirm√© lors de son investiture.

Notes :

[1[NDLR] Le bon de d√©veloppement humain est une sorte d’allocation sociale destin√©e aux Equatoriens les plus pauvres. Il a √©t√© cr√©√© par le gouvernement de Jamil Mahuad en 1998. Par d√©cret pr√©sidentiel, Rafael Correa l’a fait pass√© de 15 √ 30 dollars.

Source : P√°gina/12 (http://www.pagina12.com.ar/) 21 janvier 2007.

Traduction : Micha√« l Dias Dos Santos, pour le RISAL (http://www.risal.collectifs.net/).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info