Venezuela : chronique de morts annoncés
par Thierry Deronne , Maximilien Arvelaiz , Paul-Emile Dupret
Article publi le 6 décembre 2002

Il y a près de deux heures, comme prévu, ont eu lieu des tirs de "francs-tireurs" non identifiés contre des opposants qui accompagnent les militaires insurgés de la Plaza Francia, au coeur du quartier huppé d’Altamira,  Caracas. On compterait deux morts et six blessés. En plein prime time, au moment où Carlos Ortega réclamait en direct et sur toutes les chaînes de télévision l’intervention au Vénézuéla de l’Organisation des Etats Américains ces images ont surgi sous le titre "Massacre  Altamira". L’ensemble des médias transmet en direct et en chaîne cet événement, accusant Hugo Chavez d’assassin.

L’opposition ayant échoué  réunir une base sociale pour sa "grève générale" il ne lui restait plus qu’ fomenter la violence pour pouvoir accuser Chavez de répression. Déj en avril 2002, les victimes de francs-tireurs, attribuées aussitôt  Chavez par la Maison Blanche, avaient servi de prétexte  un coup d’ Etat. Cette fois, incapables d’obtenir l’appui de l’armée, les mêmes secteurs cherchent  réunir les conditions d’une intervention internationale, le but étant le même : chasser du pouvoir un président démocratiquement élu, mais qui gêne les intérêts actuels de l’administration Bush .

Le pétrole (mis  part l’évolution politique récente de l’Amérique Latine) est un mobile majeur de cette longue lutte, médiatique, politique, et économique contre l’administration Chavez, qui a été le signe avant-coureur de l’émergence en Amérique Latine d’une nouvelle vague progressiste, incarnée récemment par l’élection de Lula au Brésil et de Gutierrez en Equateur.

Qu’elle ait été anipulée directement ou indirectement par les agences de presse dominantes, la matrice journalistique mondiale depuis un mois était l’image d’un pays "ingouvernable, coupé en deux, et d’un Chavez autoritaire, répressif". Depuis plusieurs semaines la rumeur courait de l’irrespect par le Venezuela de ses obligations pétrolières, ce qui relève directement des intérêts nationaux des Etats-Unis, L’éditorial du Washington Post du vendredi 29 novembre était édifiant  cet égard, pressant le gouvernement Bush d’intervenir "avant qu’il ne soit pas trop tard". Rumeur devenue réalité depuis deux jours avec le refus d’un capitaine de cargo, malgré l’opposition de l’ ensemble de son équipage de rejoindre le port. Aux yeux du monde entier, le gouvernement du Vénézuéla semble donc perdre le contrôle de la situation. Les morts de ce soir ne font que renforcer ce sentiment.

Nous l’avions indiqué il y a deux jours dans la lettre que vous avez reçu en même temps que le sénateur belge Jean Cornil ou le maire français Georges Sarre : l’opposition ne cherchait plus qu’une chose, créer ce ou ces morts pour passer  l’étape suivante. Un scénario qu’avait déj pu analyser, photos  l’appui, Maurice Lemoine, envoyé du Monde Diplomatique, présent  Caracas en avril 2002 au moment du coup d’Etat.

Un coup d’Etat médiatique déjá passé dans les annales, mais dont on sait peu qu’il a continué de plus belle, en toute impunité. Ce soir nous en voyons une nouvelle preuve : les chaînes ne cessent d’amplifier politiquement cet attentat, comme si l’auteur ne pouvait être que le président Chavez. Evidemment le gouvernement Chavez, qui vient de condamner le plus énergiquement ce crime, est le dernier acteur politique  avoir

intérêt  ce que se produise ces faits qui renforcent la possibilité d’une intervention ou d’une reprise en main autoritaire du pays. Depuis plusieurs mois l’image dominante du "gouvernement autoritaire prêt  tout pour garder le pouvoir" qui s’était installée insidieusement dans l’opinion mondiale, risque de favoriser la version qui impute ces morts au gouvernement et ouvrir la voie  l’acceptation par l’opinion internationale d’une intervention au Vénézuéla.

Qu’importe l’échec de la grève générale lancée depuis cinq jours, qu’importe l’appui resté majoritaire de la population  ce processus de changement, la situation du Vénézuéla démontre qu’une minorité associée au monopole des images, - et s »re de l’appui des puissants de ce monde-, peut freiner toute volonté de transformation sociale.

Aujourd’hui l’essentiel n’est pas de se définir "pour ou contre Chavez" mais de défendre au Venezuela comme ailleurs la démocratie c’est- -dire le droit d’un peuple  prendre en main son destin et de construire le modèle de développement de son choix, éventuellement en dehors du néolibéralisme dominant.

Les opinions exprimes et les arguments avancs dans cet article demeurent l'entire responsabilit de l'auteur-e et ne refltent pas ncessairement ceux du Rseau d'Information et de Solidarit avec l'Amrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info