Pourquoi Bush a-t-il peur du Venezuela ?
par Leigh Phillips
Article publi le 17 décembre 2003

Si l’on en croit le général James Hills, chef du Commandement Sud des ‰tats-Unis (centre militaire étasunien chargé de l’Amérique latine), le Venezuela est devenu un sanctuaire de terroristes islamistes. Ses affirmations selon lesquelles l’île de Margarita, au large des côtes vénézuéliennes, serait un centre de « blanchiment d’argent et de trafic de drogue ou d’armes  », ont été relayées dans l’édition d’octobre du mensuel US News & World Report.

Au début de cette année, le magazine néoconservateur Weekly Standard demandait au Congrès étasunien et  l’Organisation des ‰tats américains (OEA) d’imposer des sanctions au Venezuela. Ce magazine rapportait les accusations d’un pilote vénézuélien ayant fait « défection  » aux ‰tats-Unis selon lesquelles le président Hugo Chávez entretenait des relations avec al-Qaida. Lors d’une transaction, Chávez aurait ainsi versé un million de dollars  Oussama ben Laden (bien qu’on ignore pourquoi le Venezuela, au bord de la faillite, subventionnerait le milliardaire ben Laden).

¿Qué pasa ? De telles histoires, semées de sources officielles anonymes, de pures inventions, de soi-disant transfuges et de liens avec des groupes terroristes internationaux, sont de plus en plus fréquentes dans la presse étasunienne. Elles rappellent tellement une certaine époque de propagande appuyée par l’Administration -mise  jour lors du scandale Iran-Contra- qu’on est en droit de se demander : « mais qui donc conseille le président Bush sur l’Amérique latine ?  ».

La réponse est : Otto Reich, responsable spécial pour les questions de l’hémisphère occidental. Dans les années 80, alors qu’il était chef du Bureau de la diplomatie publique au Département d’‰tat, c’est lui qui semait la désinformation sur le gouvernement gauchiste sandiniste du Nicaragua dans la presse étasunienne. Selon l’une de ces informations fabriquées, relayée par certains quotidiens crédules, le minuscule Nicaragua avait acheté des avions de chasse MIG pour attaquer les ‰tats-Unis. Lorsque le scandale Iran-Contra éclata, le vérificateur des comptes étasunien conclut que le bureau de Reich avait « mené des activités clandestines prohibées de propagande  ». Aujourd’hui, au grand dam du Sénat, le voil de retour de son exil politique, concentrant ses efforts le Venezuela et Chávez.

‰lu en 1999, Chávez a introduit une série de réformes sociales modérées (gratuité de l’éducation, services de santé pour les pauvres, réforme agraire, mais pas de grandes nationalisations ou d’impôts destinés  la redistribution). Il est possible que ces réformes irritent les élites locales et étasuniennes, mais ce qui a placé Chávez sur un cap de collision avec les besoins les plus pressants des ‰tats-Unis, c’est son pétrole -qualifié « d’excrément du diable  » par un ministre vénézuélien des années 70.

Le Venezuela est l’un des trois principaux fournisseurs de pétrole étranger aux ‰tats-Unis (le Canada et l’Arabie Saoudite en sont les deux autres). Or, sous la présidence vénézuélienne de l’OPEP, le prix du baril de pétrole a grimpé de 10 USD  20 USD. D’où l’énorme bénéfice permettant de financer des programmes sociaux au Venezuela, mais pas vraiment au go »t des ‰tats-Unis.

En novembre, Chávez annonçait l’initiative Petrosur lors du Congrès des parlements andins. Cette initiative vise  combiner les réserves pétrolières du Venezuela avec celles de l’‰quateur, du Brésil et de Trinité-et-Tobago, pour ainsi intégrer les ressources pétrolières du continent.

Chávez est un survivant. Enlevé en 2002 lors d’un coup d’‰tat manqué de 48 heures soutenu par Washington, il fut remis en place quand les quartiers les plus pauvres de Caracas se vidèrent dans les rues pour protester et certains secteurs militaires se rebellèrent contre les putschistes. Au début de cette année, il a aussi défait une « grève générale  » de deux mois contre son gouvernement. Il s’agissait en fait d’un lock-out mené par les cadres de la société pétrolière.

Mais le mois dernier, au risque de mener le pays  la guerre civile, l’opposition de droite lançait le reafirmazo, une pétition de quatre jours pour exiger un référendum révocatoire de Chávez. Les résultats ne seront pas publiés avant le mois prochain, mais selon la constitution du pays, si les partisans du référendum parviennent  réunir au moins 20% de l’électorat, soit 2,4 millions de signatures, alors un référendum révocatoire doit être organisé dans les quatre mois.

Les Vénézuéliens qui sont en bas de l’échelle adorent Chávez, noir et indigène, comme eux. Par contre, les classes moyenne et privilégiée du pays lui en veulent furieusement pour la perte de leurs privilèges. Dans les quartiers les plus riches de Caracas, les queues des signataires de la pétition faisaient le tour des pâtés de maisons. Dans les barrios, les centres de collecte étaient pour ainsi dire déserts.
La collecte de signatures s’est terminée ce 1er décembre et l’opposition crie victoire, parlant de 2,8  4 millions de signatures. Les chavistes estiment qu’elle n’en a réuni que 1,95 million et l’accuse de fraude  grande échelle. Une accusation appuyée par des observateurs internationaux et la fédération syndicale indépendante. Les cadres locaux de Pepsi-Cola, Coca-Cola et d’autres multinationales sont soupçonnés d’avoir obligé leurs travailleurs  signer. Le Conseil national électoral (CNE) devrait se prononcer sur la validité des signatures dans la deuxième semaine de janvier.
« Cette certitude, des chavistes et anti-chavistes, d’avoir battu l’autre bord ne présage rien de bon pour l’avenir immédiat du pays  » -écrit Gregory Wilpert, un journaliste travaillant  Caracas. Si l’opposition ne parvient pas  « convoquer un référendum auquel elle aspire si intensément ... elle ne manquera pas de protester et ses éléments les plus radicaux lanceront une nouvelle campagne de déstabilisation.  »

Un groupe paramilitaire d’opposition s’est d’ores et déj formé. Si le CNE proclame la défaite de l’opposition, des groupes extrémistes -comme le Bloc démocratique et les Militaires démocratiques (groupuscule de hauts officiers  la retraite)- accuseront certainement le gouvernement d’avoir saboté la pétition. Et leur tactique peut être la violence, de fomenter des troubles, et même de poser des bombes.
Comment Washington doit réagir ? « La politique de Bush  cet égard est assez contradictoire  »- affirme Wilpert. « D’un côté, d’importantes personnalités l’encouragent  maintenir une relation stable et pacifique avec le Venezuela, mais de l’autre, certains conseillers le poussent  prendre la voie du changement de régime  ». Des conseillers tels que M. Otto Reich.

Source : New Statesman (http://www.newstatesman.com/), décembre 2004.

Traduction : Gil Lahout, pour RISAL.

Les opinions exprimes et les arguments avancs dans cet article demeurent l'entire responsabilit de l'auteur-e et ne refltent pas ncessairement ceux du Rseau d'Information et de Solidarit avec l'Amrique Latine (RISAL).
RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail : info(at)risal.info