| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article1001

Achats d’armements pr√©occupants
Course aux armements en Am√©rique du Sud ?
9 juin 2004

P√©riodiquement, le fant√īme des vieilles disputes territoriales resurgit en Am√©rique du sud, provoquant une course √ l’armement qui laisse sur le carreau d’autres besoins sociaux dans chaque pays.

Avion de la Force aérienne chilienne. (Noticias Aliadas)

La Bolivie et le P√©rou accusent le Chili de promouvoir une course √ l’armement depuis que le gouvernement chilien a d√©cid√© en 2002 d’incorporer √ sa force a√©rienne 10 avions de chasse am√©ricains F-16 ainsi que quatre fr√©gates hollandaises recycl√©es et deux sous-marins Scorpene italiens pour l’Arm√©e.

Les craintes d’une guerre sont un h√©ritage de la Guerre du Pacifique (1879-83) durant laquelle le P√©rou a perdu la province de Tarapac√° et la Bolivie celle d’Antofagasta, unique territoire c√ītier de ce pays qui d√©veloppe une grande campagne pour un acc√®s souverain √ la mer.

Dans une tentative pour stopper la course aux armements, la Chancellerie a propos√© au Chili, il y a deux ans, un compromis de limitation d’achat d’armes, mais le gouvernement du Pr√©sident Ricardo Lagos a r√©pondu qu’il ne d√©sirait pas augmenter son pouvoir militaire mais bien remplacer les √©quipements obsol√®tes.

Selon des informations publi√©es en f√©vrier par le journal p√©ruvien La Rep√ļblica, le Chili a un programme d’√©quipement belliqueux sup√©rieur √ celui de tous ses voisins r√©unis. Rien que pour l’achat des avions F-16 et les deux sous-marins Scorpene, le Chili a d√©pens√© plus d’un milliard de dollars. De plus, pour 2008, l’arm√©e chilienne disposera de plus de 500 projectiles sophistiqu√©s, incluant des missiles anti-chars et anti-a√©riens.

Des donn√©es du D√©partement de la D√©fense des Etats-Unis signalent que le pouvoir belliqueux du Chili est 5 fois sup√©rieur √ celui du P√©rou.

La Colombie, pour sa part, a convenu avec l’Espagne, au d√©but de cette ann√©e, de l’achat de 46 tanks √©quip√©s avec des canons de 120mm et leurs obus respectifs, lesquels, selon un expert en s√©curit√© ayant demand√© l’anonymat, sont clairement dirig√©s contre le pr√©sident du Venezuela Hugo Chavez.

Sur le c√īt√© atlantique sud-am√©ricain, le Br√©sil va acqu√©rir progressivement, √ partir de 2006, de 53 avions de chasse bombardiers supersoniques AMX, qui auront une capacit√© pour transporter jusqu’√ 4TM de bombes intelligentes, missiles et fus√©es, d’apr√®s le quotidien O Estado de Sao Paulo.

Pour le g√©n√©ral √ la retraite de l’arm√©e br√©silienne, Gerardo Cavagnan, chercheur au N√ļcleo de Estudios Estrat√©gicos de Campinas, √ 100 km de Sao Paulo, les nouvelles acquisitions d’armement ne signifient pas qu’il y ait une course √ l’armement en Am√©rique du sud.

¬« Le Chili n’est pas en train de se r√©armer ; mais bien de r√©armer ses avions, comme s’appr√™te √ le faire le Br√©sil, dont les vieux bombardiers Mirage ne sont plus qu’un tas de ferraille, ¬ » affirme-t-il.

L’expert argentin Rosendo Frago est d’accord avec Cavagnan : ¬« Je ne partage pas le crit√®re selon lequel il existe une course √ l’armement en Am√©rique du Sud. Au contraire, la r√©gion est celle qui consacre la plus petite part de son PIB √ la d√©fense, dans le monde. ¬ »

D’apr√®s des chiffres du Centre d’Etudes Nueva Mayoria d’Argentine, l’Am√©rique latine consacre 1.6% de son PIB √ la d√©fense, moins de la moyenne mondiale qui est de 2.3%.

Pour le g√©n√©ral √ la retraite colombien Manuel Jos√© Bonett, ¬« l’armement, il y a toujours eu et il y en aura encore, parce que les fabricants d’armes et leurs int√©r√™ts dans le monde sont trop puissants et sont fort connect√©s avec la grande politique des pays riches, lesquels auront toujours besoin de vendre des armes pour maintenir leurs √©conomies. ¬ »

Dans ce sc√©nario, il est difficile, si pas impossible, d’√©tablir des compromis effectifs de d√©sarmement en Am√©rique latine, malgr√© la rh√©torique des forums intergouvernementaux et les bonnes propositions des organisations comme la Commission √©conomique pour l’Am√©rique latine (CEPAL - ONU) qui, depuis la moiti√© des ann√©es 90, a commenc√© √ travailler sur une m√©thodologie d’homog√©n√©isation des d√©penses militaires √ la demande des gouvernements chilien et argentin, qui se sont disput√©s pour le canal de Beagle, √ l’extr√©mit√© sud du continent.

Cette initiative est fondamentale pour √©claircir les discussions sur les co√ »ts op√©ratifs et administratifs, de substitution ou r√©novation des √©quipements, potentiel belliqueux ou autres sujets qui emp√™chent d’arriver √ des accords.

Les conversations sur le d√©sarmement sont g√©n√©ralement des dialogues de sourds et l’initiative de la CEPAL, qui cherche √ atteindre la transparence comme base de n√©gociations effectives, court le risque d’√©chouer par manque d’informations de confiance.

¬« Les gouvernements ne sont pas dispos√©s √ rendre disponible l’information sur leurs d√©penses de d√©fense, ¬ » a dit Santiago Escobar, chercheur √ l’Institut d’Etudes strat√©giques et de S√©curit√© internationales, bas√© √ Santiago du Chili. ¬« Il y a une esp√®ce d’alliance corporatiste avec les forces arm√©es. C’est pour cela que j’ai propos√© la cr√©ation d’un Observatoire de la s√©curit√©, un organisme ind√©pendant comme ceux qui existent √ Londres, Stockholm ou aux Etats-Unis ¬ »

Escobar consid√®re que ¬« le Chili a d√©pens√© excessivement ¬ » dans ce qu’il appelle une ¬« surdose de fers sans modernisation op√©rative ¬ ». Les F-16 repr√©sentent une ¬« question de prestige ¬ » pour la force a√©rienne, car ce sont des √©quipements avanc√©s, mais sans infrastructure de communication ad√©quate, ni autres compl√©ments n√©cessaires.

Chaque d√©collage d’une chasseur-bombardier sophistiqu√© implique une d√©pense de $3000, et un entrainement optimal pour utiliser ces avions demande au moins 16 heures de vol par semaine, avec deux √©quipages, ce qui d√©passe le budget de n’importe quel budget militaire latino-am√©ricain a indiqu√© Escobar.

L’ex-Chancelier p√©ruvien Luis Gonz√°lez Posada a signal√© que l’achat d’armes est en train d’√™tre privil√©gi√© au d√©triment du d√©veloppement social.

¬« Il n’existe pas de risque de conflit, ¬ » a affirm√© Gonz√°lez, parce que la majorit√© des disputes frontali√®res sont d√©j√ r√©solue, comme c’est le cas pour l’Argentine et le Chili et l’Equateur et le P√©rou, disputes qui en fin de compte sont g√©n√©ratrices de l’armement.

Pour Gonz√°lez Posada, l’assignation des fonds importants √ l’acquisition d’armement de haute technologie et d’un grand pouvoir destructif implique un gaspillage des ressources. ¬« Le co√ »t d’un avion de combat F-16 √©quivaut √ donner √ la population 17.000 maisons gratuitement, ¬ » a-t-il observ√©.


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Noticias Aliadas, 23 mai 2004.

Traduction : Zo√© Maus, pour RISAL.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).