| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article1063

Sondages tendencieux et manipulations au Venezuela
par Jonah Gindin
12 août 2004

Avec le r√©chauffement de la campagne pour r√©voquer ou confirmer le mandat pr√©sidentiel du pr√©sident Hugo Ch√°vez, des sondages d’opinion sont publi√©s de fa√ßon quasi-quotidienne. Certes, plut√īt que de donner une indication quant au r√©sultat du referendum du 15 ao√ »t, ils renforcent chacun des deux camps dans la certitude de leur victoire. Selon l’entreprise v√©n√©zu√©lienne de sondage Consultores 21, par exemple, le soutien √ la r√©vocation du pr√©sident Ch√°vez √©tait de 65,8% en mars, bien que soit indiqu√© qu’il est maintenant tomb√© √ 54,5% [1].

En mai une autre entreprise de sondage v√©n√©zu√©lienne Datan√°lisis donnait 57,4% de soutien √ la r√©vocation (un vote ¬« oui ¬ »), et 43,6% contre (un vote ¬« non ¬ »). [2] Contredisant directement Consultores 21 et Datan√°lisis, North American Opinion Research Inc. a r√©cemment publi√© les chiffres presque rigoureusement inverses d’un sondage r√©alis√© en juin : 57% de ¬« non ¬ » √ la r√©vocation, 41% de ¬« oui ¬ ». [3] Corroborant ces chiffres, l’entreprise de sondage v√©n√©zu√©lienne Indaga a publi√© les chiffres de 55% pour le ¬« non ¬ » et 42% pour le ¬« oui ¬ ». [4]

Dans deux √©ditoriaux publi√©s √ une semaine d’√©cart dans le quotidien le plus diffus√© du Venezuela Ultimas Noticias, Eleazar D√≠az Rangel a √©voqu√© l’inconsistance historique des entreprises de sondage au Venezuela. D√≠az Rangel note qu’en 1968, la premi√®re fois qu’il y a eu des sondages pour une √©lection pr√©sidentielle, les projections n’avaient aucune ressemblance avec le r√©sultat effectif. La seule entreprise qui ait pr√©vu la victoire du candidat de Copei [le parti d√©mocrate-cr√©tien, ndlr], Rafael Caldera, s’√©tait tromp√© de 12%. Un autre sondage avait pr√©vu que le candidat de Action D√©mocratique [le parti social-d√©mocrate, ndlr], Gonzalo Barrios, et Caldera seraient au coude √ coude. [5]

Selon D√≠az Rangel le probl√®me est que l’industrie des sondages au Venezuela est compl√®tement d√©r√©gul√©e. Il n’y a pas de liste d’entreprises produisant des sondages. De plus, ¬« la situation est compliqu√©e par le fait qu’il n’y a aucun m√©canisme de r√©gulation de la qualit√©, ainsi prolif√®rent des firmes factices qui se m√™lent aux organisations s√©rieuses et l√©gitimes ¬ ». [6]

Alors qu’il existe des normes internationalement reconnues pour les sondages, elles n’ont pas √©t√© appliqu√©es au Venezuela. La World Association of Public Opinion Research (WAPOR) pr√©voit des modalit√©s qui garantissent professionnalisme et objectivit√© dans les sondages d’opinion. Selon WAPOR, ¬« le respect de ce code est jug√© n√©cessaire pour avoir la certitude que les enqu√™teurs sur le terrain sont guid√©s par un ensemble de principes bas√©s sur l’exp√©rience acquise pendant de nombreuses ann√©es. ¬ » [7]

Conscient de l’existence d’organisations non qualifi√©es et non certifi√©es qui font des enqu√™tes d’opinion dans le monde, la World Association of Opinion and Marketing Research Professionals (ESOMAR), en collaboration avec WAPOR, a indiqu√© que : ¬« Beaucoup trop souvent l’expression ‚€˜sondage d’opinion’ est employ√©e de fa√ßon erron√©e pour parler de mesures non scientifiques et non repr√©sentatives de l’opinion publique. La repr√©sentativit√© signifie l’obtention de mesures qui peuvent √™tre g√©n√©ralis√©es pour s’appliquer sans biais statistique √ l’ensemble de la population consid√©r√©e ¬ ». [8]

D√≠az Rangel offre quelques exemples significatifs de l’inconsistance et de la non v√©racit√© des sondages d’opinion au Venezuela, illustrant √ quel point ils sont loin de parvenir aux crit√®res internationaux d’√©tudes de l’opinion. Plus haut nous avons vu comment les projections √©taient √©loign√©es des r√©sultats lors de la victoire de Rafael Caldera √ la pr√©sidentielle de 1968. Mais c’√©tait la premi√®re fois que les entreprises de sondage v√©n√©zu√©liennes abordaient le march√© de l’√©lection pr√©sidentielle, leurs erreurs de calcul pourraient donc peut-√™tre √™tre excus√©es. Malheureusement, elles ne semblent pas avoir avanc√© beaucoup depuis.

Lors de l’√©lection pr√©sidentielle de 1988, Carlos Andr√©s P√©rez (AD) a battu Eduardo Fern√°ndez (Copei) 54,6% √ 41,7%, une diff√©rence de 13%, soit environ 1 300 000 √©lecteurs. L’entreprise de sondage am√©ricaine Gallup avait justement pr√©vu la victoire de P√©rez, mais avait l√©g√®rement sur√©valu√© sa majorit√©, lui attribuant 25% d’avance sur Fern√°ndez, soit environ 2 500 000 voix. [9]

Plus r√©cemment, lors des √©lections pr√©sidentielles de 2000, l’entreprise de sondage v√©n√©zu√©lienne Mercan√°lisis a publi√© les chiffres pour la grande Caracas -une zone comprenant Caracas et ses environs, en tout 1 219 696 inscrits, soit environ 10% de la population-. Mercan√°lisis pr√©voyait que Ch√°vez et son plus proche concurrent Francisco Ar√≠as C√°rdenas obtiendraient respectivement 48% et 46%, une victoire de Ch√°vez par une diff√©rence de 2%. Malheureusement pour Mercan√°lisis, Ch√°vez a largement battu Ar√≠as C√°rdenas dans la grande Caracas, 61,38% √ 33,90%, soit une diff√©rence de 27,5%. [10]

D√≠az Rangel souligne que les entreprises v√©n√©zu√©liennes de sondage ont √©chou√© √ pr√©voir les r√©sultats de la majorit√© des √©lections pour lesquelles elles avaient effectu√© des sondages. En raison du manque de r√©gulation et en l’absence de crit√®res universels, il est impossible de faire la diff√©rence entre les entreprises dont les √©checs sont le r√©sultat d’une m√©thodologie inad√©quate et celles qui manipulent d√©lib√©r√©ment les r√©sultats pour satisfaire des personnalit√©s politiques, des partis, ou les organisations qui les sponsorisent. La solution, selon D√≠az Rangel, est un syst√®me de r√©gulation national, de pr√©f√©rence g√©r√© par le Conseil national √©lectoral (CNE). Cela signifierait transparence et supervision et donnerait des crit√®res appliqu√©s √ l’√©chelle nationale, cela pourrait √©lever la valeur des sondages au-del√ des niveaux de subjectivit√© et de non v√©racit√© o√Ļ ils demeurent. Cependant, une telle solution d√©pend encore de l’honn√™tet√© et de la coop√©ration des entreprises de sondage qui ont elles-m√™mes montr√©es la force de leurs partis pris int√©ress√©s. [11]

Dans un article publi√© dans NarcoNews Bulletin l’an pass√©, Justin Delacour [12] signalait certaines des entraves les plus notables pour l’√©laboration de sondages dans des conditions responsables au Venezuela. D√®s le d√©part il y a un fort parti pris parmi les sondeurs. Il citait la d√©claration du pr√©sident de Datan√°lisis au Los Angeles Times selon laquelle la seule solution pour sortir de l’impasse politique actuelle au Venezuela c’est que Ch√°vez soit tu√©.

Plus r√©cemment, un analyste cl√© de Datan√°lisis, Luis Le√≥n, √©tait signal√© comme un des conseillers de l’institution am√©ricaine Center for International Private Enterprise (CIPE) dans un document de la National Endowment for Democracy (NED), organisme am√©ricain √©galement. Le CIPE et le CEDICE, institution v√©n√©zu√©lienne d’information √©conomique, ont √©t√© des contributeurs cl√©s √ l’√©laboration du programme Plan Consenso Pa√≠s de l’alliance d’opposition Coordination D√©mocratique (CD). C’est le programme, rendu public le vendredi 9 juillet 2004, de l’opposition pour l’apr√®s-Ch√°vez. [13]

Le parti pris de Le√≥n n’est pas toujours rest√© cach√© dans les documents classifi√©s de la NED. Ainsi lors d’une r√©cente conf√©rence de presse de Datan√°lisis, Le√≥n a d√©clar√© : ¬« Ch√°vez n’est pas compl√®tement hors du jeu, mais il est en mauvaise posture ¬ ». ¬« Si le vote se d√©roule l√©galement, a-t-il poursuivi, Ch√°vez devrait perdre ¬ » [14]. C’est une affirmation surprenante provenant d’un suppos√© sondeur professionnel, surtout √ la lumi√®re du fait, mentionn√© ci-dessus, qu’il y eu une myriade de sondages pr√©voyant les deux r√©sultats possibles pour le referendum r√©vocatoire du 15 ao√ »t. De plus, √ en juger par les r√©sultats pass√©s de Datan√°lisis dans la pr√©diction des √©lections, l’assurance de Le√≥n est encore moins de mise.

Une forme de r√©gulation nationale et de supervision est certainement n√©cessaire. Si, comme D√≠az Rangel le sugg√®re, certaines entreprises de sondage ont en fait biais√© leurs r√©sultats pour complaire √ leurs sponsors, ils devraient en th√©orie rendre des comptes √ une autorit√© nationale. Cependant, la r√©alit√© est que m√™me sans intention manipulatrice, pour les entreprises de sondages il y a de nombreuses fa√ßons d’obtenir les r√©sultats qu’elles d√©sirent. Mieux, si les sondages d’opinion continuent d’√™tre cit√©s par chacun des concurrents pour donner l’apparence qu’ils sont en avance, la tendance √ produire des sondages plaisant aux sponsors continuera d’exister.

M√™me sans manipulation directe, les entreprises de sondage d√©cident encore de l’√©chantillonnage s√©lectionn√©, puis √©laborent et pr√©sentent les questions. Malheureusement, m√™me pour le meilleur des futurs pour les sondages au Venezuela, aucune r√©gulation ou supervision ne peut les d√©barrasser de cela.

Notes:

[1Alex Kennedy, “Venezuela’s Chavez Gains in Poll Ahead of August Vote (Update 2),” www.bloomberg.com, http://quote.bloomberg.com/apps/news?pid=10000086&sid=aE0jcNiXPM2E&refer=latin_america (July 7, 2004).

[2Peter Wilson, “Venezuela’s Chavez would lose Recall Vote, Poll Finds (Update 1),” bloomberg.com, http://quote.bloomberg.com/apps/new... (June 23, 2004).

[3“Investigaci√≥n de ‚€˜North American Opinion Research’ indica que Ch√°vez ser√≠a ratificado con 57% a favor,” elobservador online, http://elobservador.rctv.net/Noticias/VerNoticia.aspx?NoticiaId=158555&Tipo=14 (3 July, 2004).

[4Mart√≠n Sanchez, “Venezuela’s President has 57% Support Ahead of Recall, New Poll Says,” venezuelanalysis.com, http://www.venezuelanalysis.com/news.php?newsno=1304 (July 3, 2004).

[5“I : Historias de las Encuestas,” Ultimas Noticias, www.ultimasnoticias.com.ve, also available at : www.rnv.gov.ve/noticias/index.php ?act=ST&f=15&t=6489 (4 July, 2004).

[6Eleazar D√≠az Rangel, “II : √‰xitos y Fracasos de las Encuestas,” Ultimas Noticias, www.ultimasnoticias.com.ve, also available at : www.rnv.gov.ve/noticias/index.php ?act=ST&f=15&t=6677 (11 July, 2004).

[7“Code of Professional Ethics and Practices : Introduction,” World Association of Public Opinion Research, www.unl.edu/wapor/ethics.html.

[8“ESOMAR/WAPOR Guide to Opinion Polls including the ESOMAR International code of Practice for the Publication of Opinion Poll Results : 3. Representativeness of Opinion Polls” World Association of Opinion and Marketing Research Professionals (ESOMAR)/World Association of Public Opinion Research (WAPOR), www.esomar.org (1998, reprinted in 2003).

[9Rangel, “II : √‰xitos...”

[10Ibid.

[11Ibid.

[12Justin Delacour, “Can you Believe Venezuela’s Pollsters ?” NarcoNews Bulletin, www.zmag.org/content/showarticle.cfm ?SectionID=45&ItemID=2985 (6 February, 2003). Cet article a √©t√© traduit en francais et publi√© sur RISAL : http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=287 (ndlr)

[13Mart√≠n Sanchez, “Venezuela’s Opposition Plan Promises Return to Free Market and Elimination of Referenda,” venezuelanalysis.com, www.venezuelanalysis.com/news.php ?newsno=1308 (13 July, 2004).

[14Peter Wilson, “Venezuela’s Chavez would lose Recall Vote, Poll Finds (Update 1),” bloomberg.com, http://quote.bloomberg.com/apps/news?pid=10000086&sid=aKNvYA3oDmVM&refer=latin_america (June 23, 2004).


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Venezuelanalysis.com (www.venezuelanalysis.com, 13 juillet 2004.

Traduction : France - Am√©rique Latine (FAL).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).