| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article1597

Gouvernements de gauche en Am√©rique du Sud : un faible bilan social en 2005

L’Am√©rique latine a d√©sormais un certain nombre de gouvernements de gauche au pouvoir - et les futures √©lections de 2006 pourraient encore en augmenter le nombre. Un bref bilan peut √™tre fait √ leur sujet pour l’ann√©e √©coul√©e. Dans ce but, un sociologue, un √©conomiste et un politologue ont √©t√© consult√©s par Marcela Valente pour Inter Press Service.

par Marcela Valente
24 janvier 2006

Les nouveaux gouvernements se sont impos√©s de maintenir l’√©quilibre des comptes, d’accomplir ponctuellement les engagements ext√©rieurs et d’attirer des investissements en accordant de solides garanties. Mais les √©lecteurs esp√®rent aussi la mise en Ň“uvre des promesses √©lectorales sur le combat contre la pauvret√© et le ch√īmage et en faveur d’une r√©partition plus √©quitable de la richesse dans la r√©gion la plus in√©galitaire du monde. Pour le sociologue Atilio Bor√≥n, secr√©taire ex√©cutif du Conseil latino-am√©ricain des sciences sociales (CLACSO), le d√©fi est r√©aliste. ¬« Mais il suppose un changement dans le paradigme de politique √©conomique que, jusqu’√ pr√©sent, les pays n’encouragent pas. L’exp√©rience la plus d√©cevante de toutes est celle du Br√©sil ¬ », a-t-il d√©clar√©.

Brésil

Le grand espoir br√©silien est apparu en janvier 2003 avec l’arriv√©e au gouvernement du premier pr√©sident de gauche, Luiz In√°cio Lula da Silva, ex-dirigeant syndical et ouvrier dans la m√©tallurgie. Cependant, la gestion du Parti des travailleurs n’a pas obtenu les r√©sultats attendus en mati√®re d’activit√© √©conomique et de cr√©ation d’emplois. Lula peut mettre en avant quelques r√©alisations. La Fondation Getulio Vargas de R√≠o de Janeiro a signal√© au d√©but de ce mois que la mis√®re a diminu√© de 27,26 % √ 25,08 % de la population en 2004. Cela signifie que sont sortis de l’indigence plus de trois millions de personnes, soit 8 % des 40 millions qui √©taient indigents en 2003. Le salaire minimum a augment√© de 9 % cette ann√©e, et le programme de "bourses pour les familles" (une aide pour les familles pauvres) a touch√© 6,57 millions de foyers en 2004, et l’objectif est d’en atteindre 8,7 millions en 2005 et 11,2 millions √ la fin de la p√©riode de Lula, en d√©cembre 2006. Mais la politique √©conomique de Lula est bas√©e jusqu’√ pr√©sent sur un ajustement excessif des d√©penses pour assurer le paiement des dettes et sur des taux d’int√©r√™t √©lev√©s pour combattre l’inflation, combinaison de mesures qui n’est en rien nouvelle et qui engendre des effets r√©cessifs.

Argentine

En Argentine, o√Ļ gouverne N√©stor Kirchner depuis mai 2003, on voit ¬« une certaine volont√© de changer les choses, au moins dans quelques secteurs ¬ », a estim√© Bor√≥n. Apr√®s une dure crise en 2001, la population vivant dans la pauvret√© avait largement d√©pass√© les 50 %, pour se r√©duire durant les deux derni√®res ann√©es √ 40 %. Mais pour l’essentiel, le gouvernement ¬« s’est maintenu dans les r√®gles strictes du Consensus de Washington, sans changement dans l’orientation de la politique √©conomique ¬ », a-t-il ajout√©. Le d√©nomm√© Consensus de Washington a consist√© en un ensemble de politiques d’ajustement structurel formul√©es dans des programmes de la Banque mondiale, de la Banque interam√©ricaine de d√©veloppement et du Fonds mon√©taire international, entre autres institutions, √ partir des ann√©es 80. Selon Bor√≥n, un changement de fond en Argentine impliquerait que l’on aille vers une r√©forme fiscale qui rendrait le syst√®me moins r√©gressif. Il a cit√© comme exemple : ¬« Vendre une voiture mod√®le 1985 g√©n√®re une obligation fiscale, mais vendre une entreprise de 15 000 millions de dollars, non. ¬ » Ce syst√®me, qui ne touche pas √ la rente financi√®re, a √©t√© h√©rit√© de la gestion de Carlos Menem (1989-1999). Dans cette p√©riode, on a mis pleinement en pratique le mod√®le n√©olib√©ral dans une des versions les plus orthodoxes de la r√©gion. ¬« L’actuel gouvernement maintient cette m√™me structure d’imposition ¬ », a signal√© le sociologue.

Chili

Bor√≥n a consid√©r√© aussi comme ¬« une frustration ¬ » le r√©sultat de la gestion du socialiste Ricardo Lagos au Chili. Lagos s’appr√™te √ finir son mandat avec un haut niveau de popularit√©. Toutefois, pendant son administration, ¬« il y a eu progr√®s √©conomique ¬ » mais pas r√©duction de l’in√©galit√©. La coalition de centre-gauche qui gouverne le Chili depuis 1990 n’est pas arriv√©e √ renverser l’in√©galit√© sociale laiss√©e par le r√©gime militaire. ¬« Le Chili √©tait un des pays les plus √©galitaires d’Am√©rique latine - avant la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990) - et il s’est transform√© maintenant en l’un des plus in√©gaux de la r√©gion ¬ », a d√©clar√© Bor√≥n. Toutefois, le Chili a pu r√©duire la pauvret√© de moiti√©, en la faisant baisser de 38,5 % de la population en 1990 √ 18,8 % en cette ann√©e 2005, tandis que l’indigence a √©t√© diminu√©e de 12,9 √ 4,7 % dans la m√™me p√©riode. Il est le premier pays latino-am√©ricain √ atteindre le premier des huit objectifs de d√©veloppement du mill√©naire.
La mieux plac√©e pour succ√©der √ Lagos est la socialiste Michelle Bachelet qui fera face en janvier, au second tour des √©lections, √ son rival de droite Sebasti√°n Pi√Īera [1]. Le politologue argentin Rosendo Fraga, directeur du Centre d’√©tudes pour la nouvelle majorit√©, a indiqu√© que ¬« le Chili a fait baisser la pauvret√©, mais il est certain qu’il n’a pas progress√© de mani√®re significative en mati√®re d’in√©galit√© ¬ ». ¬« Au Br√©sil, les indicateurs sociaux de 2004 montrent un certain progr√®s ¬ » ; en Argentine et au Venezuela, en d√©pit de la croissance √©conomique qui aura eu lieu cette ann√©e, ¬« la pauvret√© est rest√©e stable ¬ », a observ√© Fraga. ¬« R√©duire la pauvret√© avec une croissance soutenue est possible. Mais diminuer l’in√©galit√© para√ģt plus difficile ¬ », a-t-il indiqu√©. Une action conjointe des pays de la sous-r√©gion pourrait √™tre efficace pour avancer dans la lutte contre l’in√©galit√©, mais cette action devrait √™tre conduite par le Br√©sil et l’Argentine, qui sont les pays dont le poids √©conomique est le plus lourd, a dit Bor√≥n. ¬« Nous ne pouvons pas demander que ce soient la Bolivie ou l’Uruguay qui prennent la t√™te du mouvement ¬ », a-t-il expliqu√©.

Uruguay et Bolivie

En mars est arriv√© au pouvoir en Uruguay le premier gouvernement de gauche de son histoire [2]. Son pr√©sident, Tabar√© V√°zquez, a mis en marche un vaste programme social pour combattre la pauvret√© et l’indigence, dont a √©t√© charg√© le nouveau minist√®re du d√©veloppement social.
Pendant ce temps, en Bolivie, le paysan Evo Morales a remport√© les √©lections de ce mois de d√©cembre, dans un triomphe sans pr√©c√©dent pour un dirigeant indig√®ne. ¬« Il semble que Morales soit quelqu’un de tr√®s coh√©rent et qu’il parvienne √ r√©aliser des avanc√©es sur le terrain social, soutenu par un fort mouvement populaire ¬ », a estim√© Bor√≥n. Selon ce dernier, le gouvernement d’Hugo Ch√°vez au Venezuela ¬« essaye un nouveau sch√©ma √©conomique, social et politique ¬ » qui suppose que l’on sorte ¬« du Consensus de Washington. Le chemin suivi est important, mais il n’est pas fait pour √™tre imit√©. Les changements doivent correspondre √ des processus originaux propres √ chaque pays ¬ » a-t-il estim√©.

Un nouveau modèle encore lointain

Pour Jos√© Luis Coraggio, √©conomiste et expert dans les politiques sociales, ¬« il n’y a pas de raison ¬ » pour qu’un gouvernement qui g√®re avec prudence les comptes publics se voie emp√™ch√© d’adopter des mesures qui permettent de r√©duire la pauvret√© et de proc√©der √ une plus juste r√©partition de la richesse. ¬« C’est un probl√®me de volont√© politique ¬ », a-t-il remarqu√©. ¬« Dans nos pays, il y a une capacit√© contributive, mais il y a beaucoup d’√©vasion, et, pour changer cela, on manque beaucoup de volont√© ¬ », a indiqu√© Coraggio, membre du Plan F√©nix, fond√© en 2001, qui regroupe des universitaires de l’Universit√© de Buenos Aires dans le but de faire des apports pour la construction d’un nouveau mod√®le de d√©veloppement. ¬« Il y a des indices d’un nouveau mod√®le, mais nous en sommes encore loin ¬ », a dit l’expert en pensant au groupe de pays de la sous-r√©gion qui font face au m√™me d√©fi. Coraggio a estim√© que l’Argentine et le Br√©sil ¬« avancent peu et avec des efforts ¬ » dans des politiques sociales. Tandis que ¬« le Chili se pr√©sente comme le nouveau paradigme du d√©veloppement, mais, l√ , ils se sont habitu√©s √ vivre dans un mod√®le absolument in√©gal ¬ ». Expert en √©conomie populaire et d√©veloppement local, Coraggio croit qu’on devrait rechercher un mod√®le d’√©conomie sociale, avec un meilleur acc√®s au cr√©dit, √ la terre et √ la technologie, et avec un Etat qui jouerait le r√īle de ¬« garant du d√©veloppement ¬ ».
Pour Bor√≥n, l’argument de la r√©sistance suppos√©e des Etats-Unis au d√©veloppement de l’Am√©rique du Sud ¬« est pu√©ril ¬ », mais il reconna√ģt que ¬« tout gouvernement engag√© dans un programme de changement aura √ faire face √ des r√©sistances tenaces et √ des adversaires redoutables ¬ ». Le sociologue ne croit pas non plus que les investissements √©trangers seront √ la baisse si les gouvernements progressistes avancent dans le domaine social. Au contraire, ¬« les investissements vont venir quand le march√© int√©rieur se d√©veloppera aux dimensions de toute la population ¬ » par un pouvoir d’achat plus √©lev√©, a-t-il indiqu√©. La plupart des pays d’Am√©rique du Sud ne suivent d√©j√ plus l’orientation √©conomique des ann√©es 90, mais ¬«  ils avancent tr√®s lentement vers un nouveau paradigme ¬ ». Selon Bor√≥n : ¬«  Il faut une volont√© politique tr√®s claire pour aller plus √ fond, et pour le moment (celle-ci) n’appara√ģt pas. ¬ »

Notes:

[1[NDLR] Cet article a √©t√© publi√© en d√©cembre 2005, avant la victoire de Michelle Bachelet √ l’√©lection pr√©sidentielle du 15 janvier dernier.

[2[NDLR] Consultez le dossier ¬« La gauche au pouvoir ¬ », sur RISAL.


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Inter Press Service (http://www.ipsnoticias.net/), d√©cembre 2005.

Traduction : Diffusion de l’information sur l’Am√©rique latine (DIAL - http://www.dial-infos.org/).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).