| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article1884

Fidel Castro, le futur de Cuba et les vaines illusions de Washington
par Salim Lamrani
24 août 2006

Le 31 juillet 2006, un s√©rieux probl√®me de sant√© a frapp√© le pr√©sident cubain Fidel Castro. Ce dernier a √©t√© contraint de c√©der, de mani√®re provisoire, ses pouvoirs au vice-pr√©sident Ra√ļl Castro, en vertu de l’article 94 de la Constitution cubaine. Cet √©v√©nement a raviv√© les convoitises de Washington et de l’extr√™me droite cubaine sur l’√Žle des Cara√Įbes, d√©sireux de reprendre le contr√īle du pays. Face √ cette menace r√©elle, huit prix Nobel ainsi que plus de 400 personnalit√©s publiques du monde entier ont lanc√© un appel au respect de la souverainet√© de Cuba [1].

Des sc√®nes de liesse, amplement m√©diatis√©es mais limit√©es √ 2 000 personnes sur les quelques 800 000 Cubains qui r√©sident en Floride, ont √©clat√© dans les rues de Miami. Ces c√©l√©brations ont √©t√© tr√®s mal per√ßues par la population de l’√Žle. Elles n’ont fait que d√©t√©riorer l’image d√©j√ passablement √©corn√©e de la communaut√© cubaine de Floride, r√©put√©e, pour une partie d’entre elle, pour son extr√©misme et son intol√©rance. Les manifestations de joie, fr√īlant parfois l’hyst√©rie, ont √©t√© en parfait contraste avec le calme et la s√©r√©nit√© observ√©s √ Cuba [2].

La Fondation nationale cubano-am√©ricaine (FNCA), la plus importante organisation d’extr√™me droite de Floride, qui pr√©tend officiellement mener un combat en faveur des droits de l’homme et de la d√©mocratie, a vainement lanc√© un appel √ l’arm√©e cubaine la conjurant d’orchestrer un coup d’Etat. ¬« Ra√ļl [Castro] n’est pas acceptable ¬ », a affirm√© son pr√©sident Jorge Mas Santos, qui a √©galement incit√© la population √ se r√©beller [3].

Washington a imm√©diatement rejet√© la prise de pouvoir de Ra√ļl Castro et a d√©clar√© travailler activement pour renverser le gouvernement int√©rimaire. ¬« Dans ces moments d’incertitude une chose est s√ »re : les Etats-Unis sont compl√®tement engag√©s dans le soutien des aspirations de d√©mocratie et de libert√© du peuple cubain ¬ », a signal√© le pr√©sident George W. Bush [4].

Le repr√©sentant r√©publicain de Floride, Lincoln Diaz Balart, a √©galement lanc√© un appel au soul√®vement. ¬« Le temps est venu √ Cuba pour une campagne de r√©sistance civique et de d√©sob√©issance civique ¬ », a-t-il assur√©, s’ing√©rant ainsi dans les affaires internes cubaines [5]. La congressiste Ileana Ros-Lehtinen a partag√© cet avis : ¬« C’est le moment. Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de perdre du temps √ cause de la bureaucratie pendant que les √©v√©nements √ Cuba se d√©veloppent rapidement [6] ¬ ».

La secr√©taire d’Etat a conjur√© la communaut√© internationale de faire pression sur le gouvernement cubain en vue d’une √©ventuelle transition vers une soci√©t√© capitaliste. ¬« Nous prions instamment toutes les nations d√©mocratiques √ se joindre pour demander la lib√©ration des prisonniers politiques, la restauration de leurs libert√©s fondamentales et une transition qui conduise rapidement √ des √©lections multipartites. Nous suivons de tr√®s pr√®s les √©v√©nements √ Cuba o√Ļ beaucoup de choses sont en train de changer ¬ », a-t-elle affirm√© [7].

Mais, contrairement √ son vŇ“u, les manifestations de soutien et de sympathie envers le leader cubain se sont multipli√©es aussi bien √ l’int√©rieur de l’√Žle qu’√ travers le monde. La plupart des dirigeants latino-am√©ricains tels que Hugo Ch√°vez du Venezuela, Evo Morales de Bolivie, Mich√®le Bachelet du Chili, Lula du Br√©sil et Vicente Fox du Mexique, entre autres, ont tous souhait√© un prompt r√©tablissement au pr√©sident cubain. Ils ont √©t√© suivis par les dirigeants chinois, alg√©rien, pakistanais, espagnol et bien d’autres chefs d’Etat du monde entier [8].

¬« Nous avons des informations fiables sur [sa] gu√©rison franche et notable¬ », s’est r√©joui le pr√©sident Hugo Ch√°vez, qui a salu√© son ¬« grand camarade et leader socialiste ¬ ». ¬« Il est plus qu’un grand fr√®re, il est un peu le p√®re de nous tous, les r√©volutionnaires de ce continent, et nous serons toujours √ ses c√īt√©s ¬ », a soulign√© le leader v√©n√©zuelien [9].

M√™me le Guatemala, l’un des plus fid√®les alli√©s de Washington, a rejet√© la proposition de l’administration Bush. Lors de la visite du ministre cubain de la Sant√©, Jos√© Ram√≥n Balaguer, qui s’est d√©plac√© pour inaugurer un h√īpital, le pr√©sident guat√©malt√®que Oscar Berger a souhait√© une ¬« une prompte gu√©rison au pr√©sident cubain, le grand sponsor de cet h√īpital ¬ », o√Ļ travailleront de mani√®re b√©n√©vole et gratuite 23 des 600 m√©decins cubains pr√©sents dans le pays. Il a √©galement ajout√© que ¬« beaucoup de Guat√©malt√®ques ont retrouv√© la vue gr√Ęce aux m√©decins cubains ¬ ». ¬« Partout o√Ļ nous allons, nous trouvons ces 600 docteurs courageux qui vont l√ o√Ļ les services de sant√© ne vont pas. Je souhaite remercier Cuba pour sa collaboration dans la formation de m√©decins guat√©malt√®ques ¬ », a conclu le dirigeant d’Am√©rique centrale [10].

L’Eglise catholique cubaine a exhort√© ses fid√®les √ prier pour le bon r√©tablissement de Fidel Castro. ¬« Que Dieu accompagne le gouvernant cubain dans sa maladie et illumine son fr√®re ¬ », souligne le communiqu√© officiel. Le cardinal Jaime Ortega, la plus haute autorit√© religieuse de l’√Žle a rejet√© l’ing√©rence √©tasunienne : ¬« Jamais l’Eglise de Cuba ne soutiendrait, ni m√™me accepterait de quelque fa√ßon que ce soit une intervention √©trang√®re, √ßa jamais ! ¬ », s’est-il exclam√© [11].

Les Etats-Unis ont accru les transmissions radiales et t√©l√©vis√©es de programmes subversifs de Radio et TV Mart√≠ vers Cuba, en violation de la l√©gislation internationale. Le Bureau des transmissions √ Cuba a indiqu√© que d√©sormais les programmes seraient diffus√©s six fois par semaine au lieu d’une fois jusqu’√ pr√©sent. Un nouvel avion G-1 a sp√©cialement √©t√© affr√©t√© pour cela. Le Congr√®s a octroy√© un budget de 28 millions de dollars pour l’ann√©e 2006 √ Radio et TV Mart√≠ pour inciter la population cubaine √ se soulever contre les autorit√©s [12].

Le Pr√©sident Bush a tenu √ rassurer l’extr√™me droite de Floride quant √ ses intentions sur Cuba, lors d’une conf√©rence de presse tenue au Texas. ¬« Une fois que [la transition aura lieu], les Cubains-am√©ricains pourront s’occuper de ce pays et r√©gler le probl√®me de la confiscation de propri√©t√©s ¬ ». Il est peu probable que ce genre de d√©clarations rencontre un accueil favorable aupr√®s du peuple cubain, tr√®s attach√© √ ses acquis sociaux et dont 85% est propri√©taire de son logement. Mais les propos du locataire de la Maison-blanche ont au moins le m√©rite d’√™tre clairs [13].

Les tentatives √©tasuniennes pour isoler Cuba ont rencontr√© peu d’√©cho et sont vou√©es √ l’√©chec. Seule l’Union europ√©enne se pr√™te docilement √ la politique d’agression du gouvernement Bush. En effet, Cuba jouit d’un prestige de plus en plus important dans les pays du Tiers-monde gr√Ęce aux impressionnantes missions de sant√© et d’√©ducation qu’elle y m√®ne, et qui ont permis par exemple √ pr√®s de 250 000 Latino-am√©ricains de retrouver la vue en 2005. La croissance de plus de 10% en 2005, les relations commerciales particuli√®rement d√©velopp√©es avec le Venezuela et la Chine, ainsi que les r√©centes d√©couvertes de gisements p√©troliers au large des c√ītes cubaines ne font que fortifier l’√©conomie cubaine et contribuent √ am√©liorer le niveau de vie de la population.

Enfin, les sp√©culations autour de l’avenir de Cuba √©manent d’un postulat inexact qui consiste √ penser que le processus r√©volutionnaire cubain repose sur les √©paules d’un seul homme, Fidel Castro. En r√©alit√©, il s’agit d’un processus profond√©ment ancr√© au sein de la soci√©t√© cubaine, construit par pr√®s de quatre g√©n√©rations de Cubains et sans doute irr√©versible. Si une √©ventuelle disparition du pr√©sident Fidel Castro entra√ģnera s√ »rement une fracture √©motionnelle et affective dans la mesure o√Ļ il s’agit d’un leader politique, moral et spirituel extr√™mement appr√©ci√© par la population, elle ne remettra aucunement en cause la structure politique, √©conomique et sociale du pays. Washington peut toujours se bercer de douces illusions.

Notes:

[1Andrea Rodriguez, ¬« Intelectuales piden respetar soberan√≠a cubana ¬ », Associated Press, 7 ao√ »t 2006.

[2Andrea Rodriguez, ¬« Muchos cubanos en la isla molestos por festejos en Miami ¬ », El Nuevo Herald, 2 ao√ »t 2006.

[3Alejandra Chaparro, ¬« La FNCA lanza un llamado a los militares ¬ », El Nuevo Herald, 3 ao√ »t 2006.

[4Rui Ferreira, ¬« Washington a ciegas con la situaci√≥n en Cuba ¬ », El Nuevo Herald, 4 ao√ »t 2006.

[5Andres Oppenheimer, ¬« Hostile Words Play Into Castro’s Hands ¬ », The Miami Herald, 3 ao√ »t 2006.

[6Rui Ferreira, ¬« Washington advierte a cubanos contra un √©xodo o una flotilla ¬ », El Nuevo Herald, 3 ao√ »t 2006.

[7Rui Ferreira, ¬« EEUU rechaza versiones sobre una invasi√≥n a Cuba ¬ », El Nuevo Herald, 5 ao√ »t 2006.

[8El Nuevo Herald, ¬« Aliados de Castro en la regi√≥n expresan optimismo ¬ », 6 ao√ »t 2006.

[9El Nuevo Herald, ¬« Ch√°vez : Fidel Castro est√° en ‚€˜notable recuperaci√≥n’ ¬ », 6 ao√ »t 2006.

[10Juan Carlos Llorca, ¬« Ministro cubano : Castro se ‚€˜recupera satisfactoriamente’ ¬ », Associated Press, 4 ao√ »t 2006.

[11Rui Ferreira, ¬« EEUU rechaza versiones sobre una invasi√≥n a Cuba ¬ », op.cit. ; El Nuevo Herald, ¬« Aliados de Castro en la regi√≥n expresan optimismo ¬ », op.cit.

[12Laura Wides-Mu√Īoz, ¬« EEUU intensifica transmisiones de TV Mart√≠ a Cuba ¬ », Associated Press, 8 ao√ »t 2006.

[13Rui Ferreira, ¬« Bush traza una l√≠nea entre Cuba y el exilio ¬ », El Nuevo Herald, 8 ao√ »t 2006.