| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article2121

Les principaux axes du ¬« socialisme ¬ » de Chavez pour le Venezuela

Le pr√©sident a appuy√© sur l’acc√©l√©rateur des changements. Il pense cr√©er un ¬« Pouvoir populaire ¬ », fonder des ¬« villes communales ¬ » qui s’autogouvernent et r√©organiser le pouvoir territorial. Voici les nouvelles r√©formes.

par Telma Luzzani
29 mars 2007

Il y a quelques semaines, l’annonce faite par Hugo Chavez de la nationalisation d’entreprises de p√©trole, de t√©l√©communications et d’√©lectricit√© a secou√© le continent. Toutefois, ces changements sont minimes par rapport √ l’ensemble des transformations que Chavez envisage pour le futur du Venezuela. De la r√©forme constitutionnelle pour inclure la nationalisation du gaz et la r√©√©lection ind√©finie aux exp√©riences in√©dites comme la cr√©ation de ¬« villes communales ¬ » qui s’autogouvernent, les transformations sont nombreuses et on en sait peu sur elles.

Pour conna√ģtre les d√©tails du plan, [le quotidien argentin] Clar√≠n s’est entretenu avec le constitutionnaliste et d√©put√© chaviste Carlos Escarr√°, qui est √ la t√™te de l’√©quipe qui dessine ces changements. Voici quelques-uns des axes principaux sur lesquels se basera ledit socialisme v√©n√©zu√©lien.

— Plus de pouvoir pour les conseils communaux. Depuis avril 2006, des essais sont en cours, o√Ļ des groupes de 200 √ 400 familles d√©cident, en assembl√©e, quels sont leurs besoins en tant que communaut√© : construire des √©gouts, approvisionner un h√īpital ou n’importe quoi d’autre. Le gouvernement a remet directement les ressources √ l’assembl√©e au travers d’une ¬« banque communale ¬ », sans passer par les maires. Pour cette nouvelle √©tape - a affirm√© Escarr√° √ Clar√≠n - l’objectif sera d’augmenter l’autogouvernement du peuple. Il y aura plus de transferts de pouvoir, de ressources et de capacit√© d’administration directement pour ces conseils communaux.

Le plan s’appelle ¬« Explosion r√©volutionnaire du Pouvoir communal ¬ » et on s’attend √ ce que ces conseils se rassemblent avec le temps en associations et puis en f√©d√©rations. A moyen terme, dispara√ģtront les maires, les conseils municipaux et les conseils paroissiaux, ¬« des figures qui furent import√©es en Espagne par l’invasion mozarabe et ensuite introduites en Am√©rique latine avec la conqu√™te espagnole ¬ », a expliqu√© Escarr√°. ¬« Peut-√™tre qu’√ un beaucoup plus long terme, la figure des gouverneurs [d’Etat] dispara√ģtra aussi ¬ ».

De l’ext√©rieur du gouvernement, on voit les limites de cette id√©e. ¬« Les conseils communaux - a comment√© √ Clar√≠n le sociologue Edgardo Lander √ Caracas - sont positifs car on y discute des probl√®mes de la communaut√©, il y a d√©bat politique et les gens s’impliquent dans la vie de leur quartier. Mais ils ont des c√īt√©s n√©gatifs : leur zone d’incidence est tr√®s limit√©e et, surtout, en d√©pendant des ressources de l’Etat, une relation verticale client√©liste peut s’√©tablir. ¬ »

— La nouvelle G√©om√©trie du pouvoir. Il s’agit d’une r√©organisation du pouvoir territorial dont il n’y a aucun pr√©c√©dent dans le monde. Le Venezuela abandonnerait la conception classique de la r√©publique divis√©e en provinces (Etats) et municipalit√©s. D’autres concepts de l’espace seraient adopt√©s en cr√©ant de nouvelles villes communautaires ou en transformant certaines d√©j√ existantes.

Il est difficile d’imaginer comment une telle exp√©rience sera mise en marche. ¬«  Il y aura des exp√©riences pilotes - explique l’assesseur chaviste. Nous allons construire une autoroute le long de la ceinture de l’Or√©noque [principal fleuve du pays, ndlr] et on va cr√©er alternativement des villes communautaires et des centres industriels qui seront consid√©r√©s comme des territoires f√©d√©raux ¬ ». Une autre exp√©rience sera tent√©e dans les llanos (plaines) v√©n√©zu√©liens ¬« o√Ļ il y a des municipes aux urbanisations tr√®s petites sur une extension √©norme et qui n’ont pas la capacit√© de s’auto-approvisionner et de s’auto-administrer. L’id√©e est d’y renforcer le pouvoir communal ¬ ».

Ces villes autonomes s’autogouverneront. Le minist√®re de l’Economie populaire transf√®re les ressources aux banques communales qui s’organisent en coop√©ratives. Ces banques emploient l’argent en accord avec ce qui a √©t√© d√©cid√© √ l’avance par l’assembl√©e de citoyens. C’est ainsi que cela fonctionne actuellement.

Combien de temps sera-t-il n√©cessaire pour faire des changements aussi profonds, en partant du principe que, du fait qu’ils soient in√©dits, ils seront bas√©s sur la dynamique de l’essai et de l’erreur ?

¬« La r√©forme constitutionnelle sera mise en oeuvre en 2007. Mais il est impossible que tous les changements se fassent cette ann√©e ¬ », a d√©clar√© Escarr√°.

— R√©forme des pouvoirs de l’√‰tat. Un autre plan ambitieux de Chavez. Au Venezuela, il y a actuellement cinq pouvoirs : l’ex√©cutif, le l√©gislatif, le judicaire, le citoyen et l’√©lectoral. Le chavisme pense r√©former les pouvoirs d√©j√ existant et en cr√©er un sixi√®me : le Pouvoir populaire. En quoi cela consiste-t-il ? On ne le sait pas. ¬« Comment il s’organisera et comment il fonctionnera, c’est pr√©cis√©ment le travail de r√©flexion que nous menons actuellement ¬ », r√©pond Escarr√°.

Ce qui a d√©j√ avanc√©, par contre, c’est la r√©forme int√©grale du Pouvoir judiciaire ¬« qui a assur√© jusqu’√ pr√©sent l’impunit√© de d√©lits comme la corruption ¬ ». Le gouvernement reconna√ģt au moins deux points non r√©solus : l’acc√®s limit√© des V√©n√©zueliens √ la Justice et ¬« les cas grossiers de corruption, de bureaucratie qui freinent les actions de l’√‰tat et dont la cons√©quence est que les biens et services n’arrivent pas √ la communaut√© comme cela devrait √™tre le cas ¬ ».

Pour cela, le chapitre intitul√© ¬« Morale et lumi√®res ¬ » (qui traite des facteurs √©thiques et culturels), plusieurs mesures sont envisag√©es. ¬« Nous allons dessiner des mod√®les pour mesurer l’efficacit√© et, surtout, pour punir durement les cas de corruption et tout ce qui en d√©finitive pollue l’action de l’√‰tat ¬ ».

— L’axe √©conomique. Le plan vise √ √©tablir une ¬« √©conomie sociale, humaniste, solidaire, en renfor√ßant les coop√©ratives d’entreprises de production sociale, de micro entreprises et d’autogestion ¬ ». Ils essayeront d’en finir avec le Venezuela rentier et de diversifier la production pour donner une base plus solide √ l’√©conomie v√©n√©zu√©lienne.

Sur les nationalisations, il y aura plus de surprises encore. En parlant de la r√©forme constitutionnelle - le premier grand changement qui permettra les transformations mentionn√©es -, Carlos Escarr√° laisse filtrer : ¬« Quand on a r√©gul√© le p√©trole dans la Constitution de 1999, on n’a pas inclus le gaz. Avec la prochaine r√©forme, on inclura dans les r√©serves de l’√‰tat les hydrocrabures solides, liquides et gazeux. Il y aura une r√©vision int√©grale de la Constitution ¬ », ce qui risque de provoquer √ l’avenir des √©tincelles avec l’entreprise br√©silienne Petrobras.

Finalement, le changement le plus pr√©occupant est la r√©√©lection ind√©finie. ¬« C’est une grave erreur ¬ », affirme le sociologue Lander. ¬«  La richesse que ce qui se passe aujourd’hui au Venezuela ne peut d√©pendre d’une seule personne. Il faut toujours des leaderships alternatifs, une rel√®ve et surtout, ce qu’il manque, un plus grand d√©bat ¬ ».

******

Les axes du « socialisme  »

******

— 1er moteur : la loi hablitante, voie directe au socialisme.

— 2e moteur : la r√©forme constitutionnelle : √©tat de droit socialiste.

— 3e moteur : morale et lumi√®res, √©ducation bas√©e sur des valeurs socialistes.

— 4e moteur : la nouvelle g√©om√©trie du pouvoir, la r√©organisation socialiste de la nouvelle g√©opolitique de la nation.

— 5e moteur : explosion du pouvoir communal, d√©mocratie "protagonique", r√©volutionnaire et socialiste.


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Clar√≠n (http://www.clarin.com/), Buenos Aires, 14 janvier 2007.

Traduction : Fr√©d√©ric L√©v√™que, pour le RISAL (http://risal.collectifs.net/).

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).