| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article2147

Colombie : les U’wa r√©sistent √ la prospection p√©troli√®re
13 avril 2007

Le 15 d√©cembre 2006, le gouvernement de la Colombie a fait conna√ģtre sa d√©cision de reprendre les activit√©s de prospection p√©troli√®re dans les blocs Sirir√≠ et Catleya, qui s’√©tendent sur les d√©partements d’Arauca, Santander, Norte de Santander et Boyac√°, dans le Nord-Est du pays, √ l’int√©rieur du territoire des U’wa.

Le territoire U'wa Pendant plus d’une d√©cennie les U’wa ont dit au monde ce que le p√©trole implique pour leur vie culturelle et spirituelle ; ils n’ont pas cess√© de d√©noncer les cons√©quences que l’exploitation p√©troli√®re aurait pour leur territoire et leur culture, et ils ont m√™me offert leur vie pour se d√©fendre du d√©nomm√© d√©veloppement. Leur lutte et leur conviction ont inspir√© d’autres peuples du reste du monde, qui ont vu comment l’industrie p√©troli√®re, qui ne b√©n√©ficie que quelques-uns, d√©truisait leurs vies. Avec l’argument du d√©veloppement et du progr√®s, on pr√©tend leur imposer ces projets qui n’apportent que la d√©vastation.

De nombreux chercheurs et experts en mati√®re de conflits √©cologiques et sociaux caus√©s par l’industrie p√©troli√®re ont constat√© les d√©g√Ęts que la recherche de p√©trole a provoqu√©s, et provoquera encore, dans les territoires et l’existence des U’wa. Ferry Lynn Karl, professeur de l’universit√© de Stanford, aux √‰tats-Unis, a fait une analyse minutieuse des effets n√©gatifs du projet Sirir√≠/Catleya sur les √©cosyst√®mes et sur la situation √©conomique et sociale des indig√®nes ; elle a pr√©venu en outre que ce projet pourrait susciter une situation de violence dans la r√©gion.

La d√©cision du gouvernement implique la m√©connaissance du droit des U’wa √ leur territoire ancestral, qui comprend le sol et le sous-sol. Le brevet du roi remis par la Couronne √ la Nation Tuneba (U’wa) en 1802 avait ratifi√© et d√©limit√© leur juridiction sur les actuels d√©partements de Casanare, Arauca, Boyac√°, Santander, Norte de Santander, et sur une partie du territoire v√©n√©zu√©lien. Ces droits furent r√©affirm√©s en 1887 par la Loi colombienne n¬ļ 153, ainsi que par l’article 332 de la Constitution de 1991. La d√©cision du minist√®re de l’Int√©rieur de poursuivre le projet p√©trolier Sirir√≠/Catleya viole en outre la Convention 169 de l’OIT et les recommandations accord√©es en 1998 entre le gouvernement national et le peuple U’wa.

Dans le cadre du processus de ¬« consultation pr√©alable ¬ » lanc√© par le gouvernement au sujet de la prospection et l’exploitation de p√©trole dans le territoire U’wa, l’organisation indig√®ne d’Arauca, Ascatidar, a donn√© une r√©ponse n√©gative ; quant √ l’organisation ASOU’WA, qui regroupe les indig√®nes U’wa de Santander, Norte de Santander et Boyac√°, elle a refus√© la consultation. Malgr√© cela, le gouvernement a annonc√© qu’il convoquera les organisations pour qu’elles participent √ la r√©alisation du Plan de gestion environnementale.

Plus de 120 organisations colombiennes et de divers endroits du monde, ainsi qu’une trentaine de particuliers, ont adress√© le 22 d√©cembre 2006 une lettre au pr√©sident de la Colombie, Alvaro Uribe, pour manifester leur √©tonnement et leur indignation face √ la d√©cision de proc√©der √ des explorations p√©troli√®res dans le territoire des U’wa. Dans cette lettre ils lui demandent de reconsid√©rer la d√©cision d’autoriser l’exploration s√©ismique dans le territoire du peuple U’wa et de classer d√©finitivement le projet.

Un vieillard du nom de Gubanu, qui est un werjayu (un sage), a parcouru pieds nus le district de la capitale, en une nouvelle √©tape de la diplomatie U’wa. Avec Luis Tegria Sirakubo, pr√©sident de l’Association des autorit√©s traditionnelles et des assembl√©es U’wa (ASOU’WA), il s’est r√©uni √ Bogot√° avec des repr√©sentants de l’Union europ√©enne, de l’ambassade de Venezuela et de nombreuses organisations sociales et non gouvernementales qui secondent l’opposition de ce peuple √ la r√©alisation d’activit√©s p√©troli√®res dans son territoire. Gubanu a accompli la mission que son peuple lui avait confi√©e : ratifier l’opinion des U’wa au sujet du p√©trole et confirmer qu’ils s’opposent cat√©goriquement au processus de consultation pr√©alable propos√© par le gouvernement, comme ils l’ont manifest√© le 12 octobre 2006.

Les d√©l√©gu√©s U’wa ont eu une r√©union avec la presse, o√Ļ ils ont donn√© leur avis sur l’exploitation p√©troli√®re : non seulement elle extrait le sang de la terre m√®re mais la laisse en tr√®s mauvais √©tat. ¬« C’est pour cela qu’il n’y a plus autant de poisson qu’avant, qu’il fait plus chaud et que l’ay√ļ sacr√© (la feuille de coca), avec lequel le werjayu fait ses travaux spirituels, est mort ¬ », a dit le vieillard.

Pour toutes ces raisons, comme affirment les organisations qui appuient la lutte des U’wa : ¬« Le projet p√©trolier Sirir√≠/Catleya ne doit pas √™tre poursuivi. Nous voulons vous dire [au pr√©sident Uribe] que les U’wa ne sont pas seuls, que nous allons continuer d’appuyer leur lutte courageuse, que nous serons √ leurs c√īt√©s jusqu’√ ce que le gouvernement de la Colombie et les entreprises p√©troli√®res Ecopetrol et Repsol YPF aient compris que ce territoire est sacr√© et que les cultures qui ont des principes n’ont pas de prix ¬ ».

Article fond√© sur des informations tir√©es de : Lettre au pr√©sident de la R√©publique de Colombie, Alvaro Uribe V√©lez, Bogot√°, 22 d√©cembre 2006, publi√©e par le bulletin Ambientalistas en Acci√≥n n¬ļ 55, http://www.censat.org/Documentos/Am... ; “U’was Reactivan Diplomacia a Favor de Su Territorio”, Amazon Watch, http://www.amazonwatch.org/newsroom....


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Bulletin mensuel du Mouvement mondial pour les for√™ts (WRM, World Rainforest Movement), n¬°115, f√©vrier 2007 - Site Internet : http://www.wrm.org.uy.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).