| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article2171

Bolivie
Nationalisations en jeu

Reconstruire un appareil d’√‰tat r√©duit √ peau de chagrin apr√®s vingt ans de politiques d’ajustement structurel, tout en faisant face aux compagnies transnationales et aux pressions corporatistes : voil√ l’objectif premier d’Evo Morales.

par Hervé Do Alto
9 novembre 2006

La difficult√© de la t√Ęche du gouvernement Morales est apparue plus √©vidente que jamais ces derniers jours, avec la signature de nouveaux contrats r√©gissant les conditions du partenariat entre l’√‰tat et les compagnies p√©troli√®res concernant l’exploitation des r√©serves de gaz et de p√©trole que poss√®de la Bolivie. Au Palacio de Comunicaciones, situ√© dans le centre de La Paz, o√Ļ fut conclue dix ans plus t√īt la ¬« capitalisation ¬ » (privatisation) de la compagnie d’√‰tat Gisements p√©trolif√®res publics de Bolivie (YPFB), Morales et son √©quipe, les 27 et 28 octobre, ont fait un nouveau pas en avant dans le ¬« processus ¬ » de nationalisation des hydrocarbures entam√© le 1er mai 2006. La dite ¬« migration ¬ » des contrats qui, √ ce jour, n’ont toujours pas √©t√© rendus publics, n’√©tait effectivement pas une mince affaire, tant la pression des compagnies √©trang√®res et, en particulier, celle de la Br√©silienne Petrobras risquaient de repousser les n√©gociations au-del√ de la date limite du 28 octobre, mena√ßant de la sorte la cr√©dibilit√© d’un gouvernement d√©j√ secou√© par la trag√©die de Huanuni [1].

Pourtant, en d√©pit des c√©l√©brations conjointes de Morales comme des compagnies p√©troli√®res, il est bien difficile de savoir, aujourd’hui, qui est vraiment sorti gagnant de ces n√©gociations. Les premi√®res r√©v√©lations laissent entendre que la part de revenus de l’√‰tat sera ramen√©e √ un taux fixe de 50% - au lieu des 82% pr√©vus par le d√©cret du 1er mai -, les 50% restants donnant lieu √ une redistribution √©volutive entre √‰tat et compagnies d√©pendant directement de l’activit√© d’exploration de ces derni√®res. Autrement dit, si une compagnie r√©alise des travaux de prospection, elle b√©n√©ficiera d’une compensation fiscale, sur une dur√©e de deux ans √ partir du d√©but de la dite prospection, pouvant atteindre le plafond de 50 % au titre de retour sur investissements et d’amortissements.

La mesure a √©t√© tr√®s positivement accueillie par l’ensemble de la soci√©t√© bolivienne, des organisations sociales populaires √ une opposition saluant l’action d’un gouvernement ¬« qui a os√© faire ce que nous-m√™mes n’avons pas √©t√© capables de faire par le pass√© : rendre sa dignit√© au peuple bolivien ¬ », dixit le s√©nateur de Podemos (droite), Walter Guiteras. Les revenus pour l’√‰tat bolivien passeront de 250 millions de dollars √ plus de 4 000 millions annuels d’ici quatre ans, selon le ministre des Hydrocarbures, Carlos Villegas. De quoi envisager, √ court terme, le financement de mesures sociales temporairement suspendues aujourd’hui, telle qu’une hausse significative du salaire minimum.

Cependant, la ¬« migration ¬ » des contrats est d√©nonc√©e par quelques voix discordantes au sein de la gauche radicale, notamment en ce qu’elle tourne la page sur plus de dix ans d’exploitation juridiquement ill√©gale du gaz bolivien par ces compagnies (les contrats sign√©s √ cette √©poque n’avaient jamais √©t√© valid√©s par le Congr√®s, comme l’exige pourtant la Constitution). Toutes fond√©es soient-elles, ces critiques omettent toutefois de prendre en compte la d√©pendance d’un √‰tat dont la compagnie, YPFB, a vu sa ¬« refondation ¬ » repouss√©e √ mars 2007, faute de fonds suffisants. Cette faiblesse structurelle de l’√‰tat, qui est √©galement √ l’origine du report pour 2007 de l’annonce d’un plan de nationalisation des mines - initialement pr√©vue pour le 31 octobre dernier - conditionne, pour le moment, les rapports de force entre le gouvernement et ses ¬« interlocuteurs ¬ », des compagnies transnationales aux mineurs coop√©rativistes, imposant de la sorte un horizon d’action concret limitant les perspectives imm√©diates du projet nationaliste, √©tatiste et populaire d’Evo Morales.

De La Paz, Hervé Do Alto

Notes:

[1[NDLR] Lire √ ce propos dans la rubrique ¬« Bolivie ¬ » du RISAL, Pablo Stefanoni, Voyage √ Huanuni, le cŇ“ur minier de la Bolivie, RISAL, 27 octobre 2006 ; Luis A. Gomez, Huanuni et le ¬« m√©tal du diable ¬ », RISAL, 27 octobre 2006.


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Rouge, hebdomadaire de la Ligue communiste R√©volutionnaire (www.lcr-rouge.org), France, novembre 2006.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).


GLOSSAIRE

Capitalisation

Pour parler de la privatisation des services publics en Bolivie, on utilise le terme de ¬« capitalisation ¬ ». De quoi s‚€™agit-il ? Selon le Fonds Mon√©taire International (FMI), ¬«  la capitalisation √©tait un mod√®le de privatisation con√ßu pour garantir un niveau minimal d‚€™investissement √©tranger plut√īt que pour maximiser des revenus de privatisation ¬ ». Ce processus consistait √ transformer l‚€™entreprise publique en soci√©t√©s par actions, dont au moins la moiti√© √©taient acquises par le capital international et le reste √©tant attribu√©s aux ¬« citoyens boliviens ¬ », notamment √ travers des fonds de pension. Une fois capitalis√©es, les anciennes entreprises publiques √©tablissaient des joint ventures avec des transnationales qui devaient s‚€™engager √ y investir l‚€™√©quivalent de la valeur des actions. Donc, la capitalisation a consist√© non pas √ vendre mais √ donner le contr√īle d‚€™entreprises publiques au capital international en √©change de rien, √ l‚€™exception d‚€™argent frais.

Poder democr√°tico y social

Podemos (Poder democr√°tico y social, Pouvoir d√©mocratique et social) est un parti de droite bolivien cr√©√© en 2005 pour contrer l’irr√©sistible ascension du Mouvement vers le Socialisme (MAS) et d’Evo Morales (...)

Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos / YPFB

Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos, entreprise publique bolivienne des hydrocarbures.