| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article2255

Salvador
Jon Sobrino, compagnon de tribulation

Leonardo Boff, c√©l√®bre th√©ologien de la lib√©ration qui a eu, lui aussi, maille √ partir en son temps avec le Vatican, prend ici la d√©fense fraternelle de Jon Sobrino, d√©sormais suspect aux yeux de la Congr√©gation romaine pour la doctrine de la foi.

par Leonardo Boff
2 mai 2007

Jon, ami et fr√®re : la ¬« notification ¬ » de la Congr√©gation pour la doctrine de la foi (ex-saint Office) en condamnant tes opinions sur le Christ parce qu’elles ne seraient pas conformes √ la foi chr√©tienne, m’a rempli d’une profonde tristesse. J’ai vu fonctionner contre toi la m√™me m√©thode et la m√™me fa√ßon d’argumenter utilis√©s contre moi en ce qui concerne la doctrine sur l’√‰glise. La m√©thode est celle du pastiche, qui consiste √ prendre des parties de phrases et √ les combiner avec d’autres, en cr√©ant ainsi un sens qui ne correspond pas √ ce que l’auteur a √©crit. Ou bien, si ce n’est pas cela, ils d√©naturent les textes de sorte que l’auteur ne se sent pas repr√©sent√© en eux. Je comprends et soutiens ta d√©cision courageuse : ¬« Je ne me sens absolument pas repr√©sent√© dans le jugement global de la notification ; c’est pourquoi il ne me para√ģt pas honn√™te d’y souscrire. Ce serait en outre un manque de respect √ l’√©gard des th√©ologiens qui ont lu mon oeuvre et n’ont pas trouv√© en elle d’erreurs doctrinales ni d’affirmations dangereuses. ¬ »

De fait, d’√©minents sp√©cialistes en ce domaine ont analys√©, √ ta demande, tes oeuvres : Sesbou√©, de France, Gonz√°lez Faus, d’Espagne, Carlos Palacio du Br√©sil, entre autres. Tous ont √©t√© unanimes √ r√©affirmer ton orthodoxie. Pourquoi ces avis n’ont-ils pas compt√© ? Ceci nous fait soup√ßonner que ta condamnation a √©t√© seulement un pr√©texte pour frapper une fois de plus la th√©ologie de la lib√©ration, engag√©e avec le peuple crucifi√©, ce qui ne pla√ģt pas au Vatican.

Mais ce qui me fait le plus mal est qu’ils te choisissent, toi pr√©cis√©ment, pour cette tentative d’√©puration. Tu es un survivant du martyre, quand en novembre 1989 √ El Salvador toute ta communaut√© compos√©e de six j√©suites, avec l’employ√©e et sa fille, a √©t√© assassin√©e par des √©l√©ments des forces arm√©es.

Tu √©tais all√© en Tha√Įlande me remplacer pour un cours que je ne pouvais pas assurer, et tu as ainsi √©chapp√© √ l’assassinat. Ton t√©moignage ¬« Les six j√©suites martyrs d’El Salvador ¬ » est une des plus belles pages de spiritualit√© et d’√©motion bouleversante √©crites dans l’√‰glise d’Am√©rique latine. Ils t’ont choisi toi que je consid√®re comme le th√©ologien le plus profond d’Am√©rique latine, celui qui articule le mieux spiritualit√© et th√©ologie, insertion dans le peuple crucifi√© et r√©flexion, celui qui (je le dis sinc√®rement) pr√©sente au plus haut degr√© les vertus insignes qui caract√©risent la saintet√©. Ils ont s√©par√© ton oeuvre de ta vie souffrante et menac√©e, comme s’ils pouvaient s√©parer le corps de l’√Ęme. Seules des autorit√©s ¬« charnelles ¬ » qui ont perdu tout sens de l’Esprit, comme dirait Saint Paul, pouvaient perp√©trer une agression de cette ampleur.

Mais il y a une raison plus profonde. Ta th√©ologie g√™ne les autorit√©s religieuses qui reposent sur un pouvoir sacr√© et se sont fossilis√©es sur lui. Tu as toujours insist√© sur le fait que l’√‰glise doit dire la v√©rit√© sur la r√©alit√©, qui dans notre continent est brutale envers les pauvres parce qu’elle les tue par la faim et l’exclusion. C’est pourquoi l’√‰glise doit ici √™tre lib√©ratrice. Articuler foi et justice, th√©orie et praxis, et se faire fondamentalement √‰glise des pauvres et des peuples crucifi√©s.

Mgr Oscar Romero, assassin√© en El Salvador, que tu as tant conseill√©, a bien dit : ¬« On tue celui qui g√™ne ¬ ». Tu participes d’une certaine fa√ßon √ ce destin. Je sais que tu continueras √ travailler et √ √©crire pour que les crucifi√©s puissent ressusciter. Au fond, je sais que tu te r√©jouis dans l’Esprit de pouvoir participer un peu √ la passion du peuple souffrant.

Compagnons de tribulation, nous savons que le service ultime n’est pas destin√© √ l’√‰glise, mais, dans l’√‰glise, √ Dieu, aux personnes, sp√©cialement aux pauvres, qui jugeront un jour si notre th√©ologie a √©t√© seulement orthodoxie et non orthopraxis, une th√©ologie qui sert r√©ellement la lib√©ration.


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Servicios Koinon√≠a (http://www.servicioskoinonia.org/), 30 mars 2007 ; Diffusion d’information sur l’Am√©rique latine (DIAL - http://enligne.dial-infos.org/), 1er mai 2007.

Traduction : Alain Durand, pour Diffusion d’information sur l’Am√©rique latine (DIAL - http://enligne.dial-infos.org/). Traduction r√©vis√©e par l’√©quipe du RISAL.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).


GLOSSAIRE

Romero, √“scar Arnulfo / √“scar Romero

√“scar Arnulfo Romero (1917-1980), archev√™que de San Salvador.
D√®s sa nomination en 1977, il entre en conflit avec le pouvoir, l’arm√©e, la haute bourgeoisie, d√©non√ßant les massacres, les assassinats, la torture, les atteintes aux droits de l’homme qui ont lieu dans son pays en proie √ la guerre. Il sera assassin√© le 24 mars 1980 par les escadrons de la mort au cours d’une messe.

Théologie de la libération / Eglise des pauvres

Dans les ann√©es 60, l’√‰glise catholique est bouscul√©e par les transformations rapides qui s’effectuent de par le monde. Le pape Jean XXIII se lance lui-m√™me dans une grande entreprise de changement : le Concile Vatican II. Pendant ce temps, en Am√©rique latine, un nouveau courant chr√©tien se d√©veloppe (...)