| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article2371

Bolivie
La nouvelle Constitution existe, l’instabilit√© persiste
par Hervé Do Alto
14 décembre 2007

C’est finalement dans la ville mini√®re d’Oruro, situ√©e √ 3 heures de La Paz, sous la vigilance de centaines de mineurs coop√©rativistes convertis en d√©positaires de l’ordre public, que l’Assembl√©e constituante a conclu ses travaux, en ce dimanche 9 d√©cembre. Une derni√®re session houleuse qui aura permis au Mouvement vers le Socialisme (MAS) d’Evo Morales, et aux 164 constituants pr√©sents (sur 255) de faire approuver un texte constitutionnel au contenu conforme √ ce qu’attendaient les organisations sociales nationales : ainsi, toute privatisation future de ressources naturelles sera √©rig√©e en ¬« trahison √ la patrie ¬ », tandis que la propri√©t√© priv√©e sera respect√©e ¬« dans la mesure o√Ļ celle-ci ne porte pas pr√©judice √ l’int√©r√™t collectif ¬ ». Les autonomies d√©partementales – exig√©es par les √©lites orientales – seront reconnues, mais au m√™me titre que les autonomies indig√®nes revendiqu√©es par les mouvements paysans. Une s√©rie d’avanc√©es d’ores et d√©j√ salu√©es par les syndicats paysans comme par la Centrale Ouvri√®re Bolivienne (COB), selon laquelle ¬« le pays cessera d’√™tre n√©olib√©ral ¬ » avec ce texte. Seul l’article relatif √ la question de la terre n’a pas d√©bouch√© sur un consensus et sera soumis √ un r√©f√©rendum interm√©diaire d’ici le mois de f√©vrier, avant que l’ensemble du texte constitutionnel ne soit lui-m√™me l’objet d’une nouvelle consultation, probablement au mois de mai 2008.

Seule surprise majeure dans ce texte qu’il faudra examiner plus attentivement dans les jours √ venir : la r√©√©lection ind√©finie, d√©fendue jusqu’alors par le MAS, sera d√©sormais r√©duite √ une simple r√©√©lection – ce qui permettrait √©ventuellement √ Morales de rester au pouvoir encore 10 ans. Plus qu’un r√©ajustement cons√©cutif √ la d√©faite de Ch√°vez au Venezuela le week-end pr√©c√©dent, il semblerait que cette concession ait permis le retour du parti de centre-droit, Unit√© Nationale (UN), dans l’enceinte de l’Assembl√©e. Contrairement au reste de l’opposition, UN a effectivement d√©cid√© d’approuver le texte constitutionnel, son leader, l’entrepreneur Samuel Doria Medina, indiquant m√™me samedi qu’¬« en d√©pit des d√©saccords, il [fallait] respecter le souhait de la majorit√© des Boliviens ¬ », appelant ainsi Podemos (droite) et le Comit√© civique Pro-Santa Cruz √ assumer leur d√©faite √©lectorale. Ces derniers, bien s√ »r, n’ont pas tard√© √ d√©noncer la validit√© de la derni√®re session pl√©ni√®re, accusant le MAS de passage en force, tel le maire de Santa Cruz, Percy Fern√°ndez, qui se fendait dimanche soir d’une d√©claration aux relents racistes que chacun pourra appr√©cier √ sa juste valeur : ¬« Dans ce pays, bient√īt, il faudra se peindre et se mettre des plumes pour exister ! ¬ ». √€ l’√©vidence, cette droite composite, articulant les secteurs sociaux les plus conservateurs du pays aux √©lites √©conomiques de Santa Cruz, est toujours tent√©e par la politique du pire, et voudra sans doute mobiliser une derni√®re fois ses bases afin de retirer toute l√©gitimit√© √ un processus constituant qu’ils ont pourtant √©t√© les premiers √ vouloir mettre en √©chec. Une nouvelle √©preuve de feu pour la ¬« R√©volution d√©mocratique et culturelle ¬ » d√©fendue par le MAS qui, en France comme ailleurs, aura besoin du soutien sans faille des mouvements de solidarit√© avec l’Am√©rique latine.

******

L’OEA apporte son soutien au gouvernement Morales

Au vu de son histoire, il est bien difficile de soup√ßonner l’Organisation des √‰tats Am√©ricains (OEA), entit√© cr√©√©e en 1948 sous le regard bienveillant des √‰tats-Unis, d’une quelconque sympathie envers les projets de transformation sociale promus par les gouvernements du Venezuela, de l’√‰quateur et de la Bolivie. Sa seule grande crise n’eut-elle pas lieu lors de l’exclusion de Cuba, un an √ peine apr√®s que Fidel Castro e√ »t d√©clar√© que la r√©volution carib√©enne √©tait une r√©volution socialiste ? Pourtant, c’est bien le secr√©taire g√©n√©ral de l’OEA, le Chilien Jos√© Miguel Insulza, qui, en ce dimanche 9 d√©cembre, a salu√© les efforts consentis par le gouvernement pour promouvoir des changements sociaux profonds en Bolivie, par le biais de l’Assembl√©e constituante. √€ cette occasion, il a d’ailleurs d√©nonc√© ¬« l’attitude peu d√©mocratique des forces politiques conservatrices (…) qui √©prouvent encore une grande nostalgie pour un pass√© fait d’autoritarisme ¬ ». Des d√©clarations √ garder en m√©moire, alors que les accusations de ¬« totalitarisme ¬ » √ l’encontre d’Evo Morales vont probablement pleuvoir dans une grande partie de la presse fran√ßaise et internationale…


En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Rouge, hebdomadaire de la Ligue Communiste R√©volutionnaire (LCR – http://www.lcr-rouge.org/), d√©cembre 2007.

Les opinions exprimťes et les arguments avancťs dans cet article demeurent l'entiŤre responsabilitť de l'auteur-e et ne reflŤtent pas nťcessairement ceux du Rťseau d'Information et de Solidaritť avec l'Amťrique Latine (RISAL).


GLOSSAIRE

Centrale Ouvrière Bolivienne / C.O.B.

Description non disponible.

Comité Civique Pro-Santa Cruz / Comité Pro Santa Cruz

Le Comit√© Pro Santa Cruz, qui regroupe des organisations corporatives de toute origine dans l’ensemble du d√©partement bolivien de Santa Cruz, est cependant soumis √ l’influence des organisations patronales. La majorit√© des Cruc√©niens le consid√®rent comme leur ¬« gouvernement moral ¬ ».

Mouvement vers le socialisme (MAS)

Le Mouvement vers le Socialisme - Instrument politique pour la souverainet√© des peuples (MAS-IPSP) est un parti politique de gauche bolivien n√© en 1996 et dont le leader historique est l’actuel pr√©sident de la Bolivie : Evo Morales. (...)