| Rťseau d'information et de solidaritť avec l'Amťrique latine |
http://www.risal.info/spip.php?article771

L’ignominie de l’Empire : le cas des cinq prisonniers politiques cubains

Il n’est pas n√©cessaire d’√™tre un chaud partisan du r√©gime cubain pr√©sid√© par Fidel Castro pour se rendre compte du caract√®re odieux de la situation des maintenant c√©l√®bres CINCOS de Cuba. L’article ci-dessous revient sur leur situation.

par Salim Lamrani
17 décembre 2003

Nombreuses et patentes sont les iniquit√©s commises par le gouvernement de la premi√®re puissance mondiale √ l’√©gard de Cuba, mais il en est une qui d√©passe tout entendement de par sa cruaut√©. Depuis le 12 septembre 1998, cinq jeunes Cubains croupissent arbitrairement dans les ge√īles √©tats-uniennes. Leur crime ? Avoir infiltr√© les groupuscules paramilitaires de l’exil anti-castriste, responsables d’innombrables attentats contre la population cubaine de l’Ile, dans le but de d√©jouer les crimes potentiels de la mafia cubano-am√©ricaine, qui est essentiellement compos√©e de la FNCA (Fondation Nationale Cubano Am√©ricaine). Cette histoire, scandaleusement censur√©e par la presse internationale, tellement honteuse et r√©voltante par son caract√®re tyrannique et l√©onin, m√©rite quelques lignes.

Tout d’abord, il est imp√©rieux d’√©voquer une r√©alit√© avilissante mais qui, gr√Ęce aux filtres de la propagande doctrinale dominante, est tr√®s peu connue : Cuba est le pays qui a souffert de la plus longue campagne terroriste de l’histoire. Pour des raisons id√©ologiques, l’historiographie orthodoxe et conventionnelle ainsi que les consortiums m√©diatiques occidentaux ne souhaitent pas reconna√ģtre ce truisme, alors que l’assise factuelle est abondante et irr√©futable. Et il ne s’agit pas de n’importe quel terrorisme. Il s’agit d’un terrorisme d’√‰tat perp√©tr√© par Washington depuis 1959 sous diverses formes : paramilitaire, √©conomique, bact√©riologique, politique et diplomatique. Par souci de clart√©, un seul aspect de cet effrayant √©ventail sera abord√© : le terrorisme international paramilitaire. [1]

Les actions criminelles lanc√©es contre Cuba s’organisent √ partir du territoire de la Floride. L√ s’entra√ģnent, ouvertement et √ l’arme lourde, des terroristes d’extr√™me droite d’origine cubaine financ√©s par les organisations d’exil√©s telles que la FNCA, Alpha 66, Omega 7 et Brothers to the Rescue, entres autres, et elles-m√™mes subventionn√©es par Washington. Cinq jeunes personnes d’origine cubaine - dont deux d’entres elles disposent de la nationalit√© √©tats-unienne - Gerardo Hern√°ndez Nordelo, Ram√≥n Laba√Īino Salazar, Antonio Guerrero Rodr√≠guez, Fernando Gonz√°lez Llort et Ren√© Gonz√°lez Sehweret, p√©n√©tr√®rent, au p√©ril de leur vie, au sein de ces groupuscules fascistes afin de pr√©venir la r√©alisation d’actes meurtriers contre leur pays. Ils r√©ussirent √ contrarier cent soixante-dix attentats contre Cuba en alertant √ temps les autorit√©s de La Havane. [2]

Le gouvernement cubain informa alors son homologue √©tats-unien et, en juin 1998, une d√©l√©gation du FBI se rendit √ Cuba o√Ļ elle re√ßut une documentation compl√®te concernant les agissements des extr√©mistes de Miami. La r√©action de Washington ne tarda gu√®re : les‚€¶cinq Cubains furent arr√™t√©s pour espionnage alors que les terroristes contre-r√©volutionnaires continu√®rent tranquillement √ s’entra√ģner dans le sud de la Floride. Ils furent imm√©diatement confin√©s dans des cellules d’isolement, et ce, pendant dix-sept mois jusqu’au 3 f√©vrier 2000, alors que la l√©gislation p√©nitentiaire √©tats-unienne pr√©voit un isolement maximum de soixante jours, et uniquement pour les prisonniers dangereux. Tout cela eut lieu avant un proc√®s fallacieux qui allait entrer dans les annales du d√©ni de justice. [3]

La proc√©dure p√©nale ne fut rien de moins qu’une grotesque parodie. Un seul exemple parmi tant d’autres : la d√©fense n’eut pas acc√®s aux preuves avanc√©es par le procureur car elles furent √©trangement class√©es secr√®tes. L’affaire fut tellement entach√©e d’irr√©gularit√©s que la International Association of Democratic Lawyers dont les membres se r√©partissent dans plus de quatre-vingt-dix pays, le National Jury Project et le National Lawyers Guild demand√®rent vainement la r√©vision de l’affaire. Trente et un membres du Parlement britannique condamn√®rent √©galement le proc√®s. Parmi les violations l√©gislatives se trouvait l’Amendement VI de la Constitution des Etats-Unis qui √©tablit le droit des accus√©s √ un proc√®s r√©gulier et √ un jur√© impartial, deux conditions inexistantes √ Miami. L’atmosph√®re profond√©ment politis√©e de Floride et la captieuse campagne de presse, lanc√©e √ l’encontre des cinq accus√©s avant le d√©but de l’instruction judiciaire, les condamnaient sans √©quivoque, faisant d’eux les parfaits boucs √©missaires d’une aversion anti-r√©volutionnaire √©rig√©e en dogme depuis plus de quatre d√©cennies. [4]

Les t√©moignages du g√©n√©ral Whilhem, ex-commandant en chef des services d’intelligence ; de l’amiral Eugene Carroll, ex-chef adjoint des op√©rations navales et du colonel George Bucker, membre de commandement de la d√©fense a√©rienne des Etats-Unis, attest√®rent de la l√©gitimit√© des activit√©s des cinq accus√©s, en soulignant le danger repr√©sent√© par les h√©ritiers de Batista. Le g√©n√©ral James Clapper, ex directeur de la DIA (Defense Intelligence Agency) - les services secrets du Pentagone - qui comparut en temps qu’expert devant la Cour, affirma que les accus√©s n’avaient pas men√© d’actions relevant de l’espionnage. [5]

Malgr√© ces t√©moignages, le verdict, rendu en d√©cembre 2001, fut kafka√Įen : tous furent reconnus coupables des vingt-six chefs d’accusation (parmi lesquels l’espionnage et l’assassinat), d√©montrant ainsi qu’il s’agissait avant tout d’une affaire politique. Gerardo Hern√°ndez Nordelo fut condamn√© deux fois √ la prison √ vie plus 15 ans de r√©clusion (parmi les chefs d’accusation : l’homicide volontaire. Il fut reconnu responsable de la mort des pilotes des avions de l’organisation terroriste Brothers to the Rescue, abattus par la force a√©rienne cubaine le 24 f√©vrier 1996, apr√®s avoir viol√©, √ maintes reprises, l’espace a√©rien de l’√ģle et menac√© la s√©curit√© de la population de La Havane. Une accusation surr√©aliste). Ram√≥n Laba√Īino Salazar se vit infliger la prison √ perp√©tuit√© plus 18 ans de privation de libert√©. Antonio Guerrero Rodr√≠guez fut condamn√© √ la prison √ vie plus 10 ans, Fernando Gonz√°lez Llort √ 19 ann√©es de prison et Ren√© Gonz√°lez Sehweret √ 15 ann√©es de prison. Bref, des sentences inou√Įes d√©passant le cadre juridique. [6]

Les conditions de d√©tention sont plus que pr√©caires et les cinq prisonniers sont plac√©s dans des p√©nitenciers diff√©rents, distants d’au moins 1 700 kilom√®tres les uns des autres, pour entraver les visites consulaires. Ils sont respectivement d√©tenus en Californie, au Texas, au Colorado, en Caroline du Sud, et au Wisconsin. Ils sont tenus √ l’√©cart des autres d√©tenus depuis le d√©but de leur emprisonnement et se trouvent de nouveau r√©guli√®rement en cellule d’isolement depuis le 29 f√©vrier 2003. De plus, ils ne peuvent pas recevoir la visite de leurs familles en raison des visas qui leur sont refus√©s. [7] Au nom de la d√©ontologie et de la justice, au nom de leur innocence, cette inacceptable infamie doit cesser. La m√©moire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti r√©clame justice pour les Cinq. [8]

Suite aux odieux attentats du 11 septembre 2001, George W. Bush a d√©clar√© que le terrorisme √©tait l’ennemi de la civilisation. Soit. Dans ce cas, il est imp√©ratif de mettre hors d’√©tat de nuire l’une des plus dangereuses organisations terroristes du monde : la FNCA et ses ramifications. Tant que ces criminels av√©r√©s ne seront pas sous les verrous et tant que ces cinq prisonniers politiques moisiront injustement dans leurs cellules, la lutte contre le terrorisme lanc√©e par Washington ne sera qu’un faux-fuyant sp√©cieux destin√© √ promouvoir des int√©r√™ts imp√©riaux. Le jour viendra o√Ļ le gouvernement des Etats-Unis ne pourra plus ensevelir la v√©rit√© sous un atticisme vermoulu et il devra affronter enfin son histoire.

Au XIX√®me si√®cle, alors qu’il luttait contre la tyrannie espagnole, Jos√© Mart√≠, l’Ap√ītre cubain, √©crivit : ¬« A leur naissance, les hommes voient s’ouvrir devant eux deux chemins : celui du joug qui oblige et subjugue ou celui de l’√©toile qui illumine et tue. Tu choisiras l’√©toile. Le chemin sera escarp√© ... Quand un homme tombe pour une cause juste, des milliers d’autres se soul√®veront. Et quand il ne restera plus un seul homme, m√™me les pierres prendront les armes ¬ ». Gerardo, Ramon, Antonio, Fernando et Ren√©, √ leur naissance, les hommes voient s’ouvrir devant eux deux chemins. Vous avez choisi l’√©toile.

Notes:

[1Salim Lamrani, ¬« Une Impunit√© totale¬ » dans Le lobby cubain aux Etats-Unis de 1959 √ nos jours (France : Cuba Solidarity Project, juillet 2003), perso.club-internet.fr/vdedaj/cuba/lobby.html (site consult√© le 22 novembre 2003).

[2Mumia Abu-Jamal, ¬« Los Cinco impidieron m√°s de 170 actos terroristas contra Cuba¬ », Granma Internacional, (2 janvier 2003), 2. www.granma.cu/espanol/ene03/juev2/cinco.html (site consult√© le 22 novembre 2003).

[3Leonard Weinglass, ¬« Un juicio justo no puede llevarse a cabo en Miami-Dade, afirma Weinglass¬ », Rebeli√≥n, (17 novembre 2002), 1. www.rebelion.org/ddhh/winglass171102.htm (site consult√© le 22 novembre 2003). Ricardo Alarc√≥n de Quesada, ¬« A Sun That Will Never Burn Out¬ », Free The Five, (11 f√©vrier 2002), 2. www.freethefive.org/bacground.cfm (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Julio Fern√°ndez Bult√©, ¬« Tratamiento cruel e inhumano a los prisioneros cubanos¬ », Granma Internacional, (26 avril 2002). www.antiterroristas.cu/index.php ?tpl=noticia/anew&noticiaid=84&noticiafecha=2002-09-11 (site consult√© le 22 novembre 2003).

[4Paul McKenna, ¬« Nunca hubo prueba alguna de que los Cinco Patriotas fueran a causa da√Īo a los EE.UU.¬ », Granma Internacional, (15 ao√ »t 2002), 2. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/00208.html (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Leonard Weinglass, ¬« El apoyo internacional realza la importancia del caso ante los tribunales, dice Weinglass ¬ » Agencia de Informaci√≥n Nacional, (18 janvier 2003), 1. www.injusticia_en_miami.cubaweb.cu/coberturacompleta/2003/ene2103weiglass.htm (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Simon Wollers, ¬« Rob Miller of the Cuba Solidarity Campaign in Britain : We Question the Judicial Process of the Five¬ », Antiterroristas.cu, (4 novembre 2002), 1. www.antiterroristas.cu/index.php ?tlp=noticia/anew&noticiaid=558&noticiafecha=2002-12-10 (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Simon Wollers, ¬« National Jury Project : El juicio de Miami quit√≥ cualquier posibilidad a los acusados cubanos¬ », Antiterroristas.cu, (19 d√©cembre 2002), 1. www.antiterroristas.cu/index.php ?tlp=noticia/anew&noticiaid=612&noticiafecha=2002-12-23 (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Jean-Guy Allard, ¬« Esc√°ndalo de esp√≠as para salvar a la FNCA¬ », Granma Internacional, (26 juin 2001),11. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0089.html (site consult√© le 22 novembre 2003).

[5Ricardo Alarc√≥n de Quesada, ¬« Historia de una infamia¬ », Radio Camagueya (pas de date), 4. www.cadenagramonte.cubaweb.cu/heroes/injusticia_miami3.htm (site consult√© le 22 novembre 2003).

[6National Jury Project, ¬« A General Analysis of the Trial of the Cuban Five¬ », Free The Five, (janvier 2003), 2. www.freethefive.org/legal.cfm (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Saul Landau, ¬« Murder Charges Against Castro ?¬ », Z Magazine, 31 ao√ »t 2001. www.zmag ;org/ZSustainers/ZDaily/2001-08/31landau.htm (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Cilio Diaz, ¬« Miami, un lugar imposible para la justicia¬ », Radio Camagueya, (pas de date), 1-2. www.cadenagramonte.cubaweb.cu/heroes/injusticia_miami5.htm (site consult√© le 22 novembre 2003).

[7Felix Lopez, ¬« De hombres de sacrificio necesita la Libertad¬ », Granma Internacional, (7 mai 2002), 2-3. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0049.html (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Felix Lopez, ¬« La mafia de Miami, los narcoterroristas y el esc√°ndalo Ir√°n-Contras¬ », Granma Internacional, (4 juillet 2001), 1. www.granma.cubaweb.cu/miami5/espanol/0085.html (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Granma Internacional, ¬« Cuba acusa a EE. UU. de violar derecho de los cinco¬ », (10 mars 2003). www.granma.cu/espanol/marzo03/lu10/cinco10.html (site consult√© le 22 novembre 2003) ; Agencias, ¬« Los Cinco prisioneros pol√≠ticos en los EE. UU., en confinamiento solitario¬ », Rebeli√≥n, (11 mars 2003). www.rebelion.org/internacional/110303cinco.htm (site consult√© le 22 novembre 2003).

[8Le c√©l√®bre cas de Sacco et Vanzetti est une analogie presque parfaite. Dans cette affaire historique comme dans celle des Cinq, les caract√©ristiques sont √©trangement similaires : une arrestation pour des raisons politiques, une accusation fallacieuse et un verdict extr√™mement lourd. Arr√™t√©s en 1920 √ Brockton, au Massachusetts, Sacco et Vanzetti, deux anarchistes de Boston, furent accus√©s, √ tort, de vol √ main arm√©e et de meurtre. En r√©alit√©, leur engagement politique, qui ne plaisaient que tr√®s peu aux autorit√©s √©tats-uniennes, √©tait la principale cause de leur condamnation. Malgr√© la mobilisation internationale en leur faveur, ils furent condamn√©s √ la peine capitale et √©lectrocut√©s en ao√ »t 1927. Voir Howard Zinn, A People’s History of the United States (1980. New York : Harper Collins, 1999), p. 376.